Breaking News

3 questions à… Mireille Barclais

3 questions à… Mireille Barclais
IMG_0104


Remporter, en 1995, le concours Palme Espoir de la Mode, organisé par le Printemps Haussmann à Paris, dans la catégorie « jeunes créateurs », aura été décisif dans le parcours de la Martiniquaise, Mireille Barclais. Mais ce sont surtout des rencontres artistiques et humaines, notamment avec Ungaro ou Scherrer qui la décideront à créer sa propre marque. C’est en 2005 que naît sa boutique en ligne. Elle habille femmes et enfants et excelle également dans l’accessoire en tout genre. Le mélange de matières: rabanne, toile de jute associées à de la soie et du satin sont désormais sa signature. Pour une mode «féminine et chic», tout en légéreté.



Quelques mots sur votre dernière collection qui met le blanc et le noir à l'honneur…

Lorsque j’ai été contactée l’année dernière, par Imane Ayissi pour participer au calendrier Black & White afin d’aider à lutter contre l’illettrisme des migrants en France, j’étais loin d’imaginer l’impact positif que cet engagement aurait sur mes créations. En effet j’ai voulu transmettre un peu de cette démarche à mes clientes qui se sentent concernées par ce fait qui est on ne peut plus d’actualité. C’est donc une collection qui voyage…

Un de mes modèles couture,  porté par une personnalité, illustrera une des pages du prochain calendrier 2016.

Quelle place occupent les accessoires chez Mireille Barclais?

Accessoiriser un modèle est pour moi primordial lorsque je crée une collection de prêt-à-porter. Des formes s’imposent à moi tout naturellement et je m’imagine la femme s’appropriant cet article de mode aussi naturellement, comme faisant partie d’elle même.

Votre définition du chic à la française?

Je dirais que c’est avoir une certaine élégance naturelle qui fait fi de tout diktat ou code vestimentaire. C’est se sentir libre, en tout temps, de porter ce que l’on souhaite.

IMG_0183

Découvrez ses dernières créations sur: www.mireillebarclais.fr



Related Articles

Le « dbChronicle »: un sac à main high tech

Après avoir travaillé pour Gucci, Dior ou encore Calvin Klein, Diana Broussard a lancé sa marque éponyme et fut l’une des premières à ouvrir sa boutique à West Village, sur Christopher Street, en 2001…

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...