Breaking News

  • Lis Thé Ratures: 3 espaces en un seul et même lieu

    Le lieu est atypique et agréable. Né à l’initiative d’une passionnée de littérature et de cultures africaines. Son « salon de thé-librairie-espace de coworking » lui ressemble. Il est métissé, accueillant et ouvert sur tous les mondes…

    Partager :
    ...

  • Michelle Jean-Baptiste signe «Bao Wei 宝味»

    Un instant dans le rêve, alors la lecture nous téléporte en Chine pour un voyage initiatique aux saveurs gourmandes…

    Partager :
    ...

  • De toutes les nuits, les amants… de Mieko Kawakami

    Véritable icône pop au Japon, Mieko Kawakami est à la fois romancière, poétesse mais aussi chanteuse dans un groupe de rock et… mannequin. Jeune femme touche-à-tout de 36 ans, elle a remporté en 2007 le prestigieux prix littéraire Akutagawa […]

    Partager :
    ...

  • 3 Questions à…..

    Le Haïku est un poème en 3 lignes, 3 petites lignes qui à elles seules ouvrent plus grand notre regard sur la vie. Passionnée par le Haïku, Pascale Senk nous le présente dans cet ouvrage, à partir d’une enquête et de son expérience personnelle. Ecoutons-la nous raconter cet art…

    Partager :
    ...

  • « Toutankhamon » de Kama Sywor Kamanda

    Dans le cadre de la sortie de la tragédie « Toutankhamon », les Éditions Dagan organisent une lecture et une séance de dédicace de l’éminent dramaturge, poète, conteur et romancier congolais Kama Sywor Kamanda […]

    Partager :
    ...

  • Qui sont les lauréates de l’édition 2015 de la Cité des Mots ?

    Catherine Zoungrana, Présidente de l’AADC (Association Actions Diversité Culturelle), organisatrice des concours de La Cité des Mots […]

    Partager :
    ...

3 Questions à…..

3 Questions à…..

"L'Effet Haïku", un très bel ouvrage de Pascale Senk

PSenk_portrait rappoché_©Hermance Triay
Pascale Šenk
Le Haïku est un poème en 3 lignes, 3 petites lignes qui, à elles seules, ouvrent plus grand notre regard sur la vie.
Conçu il y a des siècles par de grands maîtres japonais, il a traversé le temps, les frontières et a été revisité par de grands écrivains (Paul Claudel, Jack Kerouac…) et par des amateurs éclairés et anonymes.
Sa pratique (en lire, en écrire seul ou en groupe) se développe actuellement en France, comme en témoigne la multiplication des blogs, des concours dans les écoles, des séminaires en entreprise qui s’y intéressent…
Pascale Senk est spécialiste en psychologie et en développement personnel. Ex-rédactrice en chef à Psychologies magazine, elle est  aujourd’hui responsable des sujets « psychologie » au Figaro.
Passionnée depuis 10 ans par le Haïku, elle nous le présente dans cet ouvrage, à partir d’une enquête et de son expérience personnelle. Ecoutons-la nous raconter cet art…
1) Quand et comment avez-vous découvert l'Art du Haïku?

Il y a une dizaine d’années, une amie totalement enthousiaste m’a raconté qu’elle passait ses nuits à échanger sur Internet des poèmes courts avec des « haïkistes » du Québec, des Etats Unis… Journaliste, j’ai alors voulu « creuser » ce sujet. Je me suis mise à lire les maîtres classiques japonais, ai écrit un grand article pour le magazine auquel je collaborais, ai voulu rencontrer les poètes qui se regroupent dans des ateliers en France… Depuis, cette passion de lire et composer des haïkus ne m’a jamais lâchée!

2) Quel effet cela a produit sur vous et sur votre mode de vie?

Je suis certainement plus attentive aux petits détails et situations inattendues du quotidien; Je suis devenue encore plus contemplative et admirative de la nature, de la beauté d’un geste… Je suis plus recentrée sur le présent et quand parfois « je déborde » de stress ou de préoccupation, je reviens à ce que m’a appris la composition de haïku: n’existe que ce qui est là sous tes yeux, autour de toi… Le reste n’est qu’élucubrations mentales et projections… Comme le zen, le haïku nous rappelle que le vrai refuge est dans la réalité présente, sensorielle: ce qui est là, juste sous mon nez!

3) Quel est le plus beau Haïku que vous ayez jamais lu et pourquoi?

J’en aime tant! et pour des raisons si différentes les uns des autres… Mais il y a celui ci, de Hosaï,  que j’adore. Ce poète de la fin du XIXe siècle avait pris comme nom de plume -ce qui était l’usage- « celui qui a lâché prise ». Et justement, ce haïku m’invite quand je le lis à me rappeler combien il est important de parfois renoncer, lâcher, faire confiance…

Ce coeur
en quête de ceci ou de cela
dans la mer je libère

(Traduction: Cheng Wing Fun et Hervé Collet – Editions Moundarren)

Couv_Effet haiku_Leducs

 

15,00 € – 192 pages – septembre 2016

Photo: copyright Hermance Triay

Si vous avez déjà eu l'occasion d'écrire des haïkus, nous serions heureux de les partager avec nos lecteurs!
N'hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de la poésie japonaise, dans les commentaires tout en bas.

Partager :


Related Articles

Livres à la Une

Comme tous les romans de la Sénégalaise Ken Bugul, Cacophonie se dévore tellement la romancière sait nous tenir en haleine […]

Partager :

Pangée: art contemporain d’Afrique et d’Amérique Latine

« Pangée: art contemporain d’Afrique et d’Amérique Latine » Du 2 avril au 31 août à la Saatchi Gallery, Duke of York’s HQ, King’s Road, London SW3 4RY Empruntant son titre au bloc préhistorique qui réunissait l’Afrique […]

Partager :

La muse panafricaine

Energie pure et globalité de l’expression : parée avec élégance de couleurs, tissus et pierres, entourée de ses musiciens -dont son mari, le guitariste Colin Laroche de Féline, avec lequel elle a démarré sa carrière en 1999- et flanquée de ses instruments en bois et peaux, à cordes ou en lamelles, l’Ivoirienne Dobet Gnahoré explose […]

Partager :
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié.
Required fields are marked*