Bientôt des amendes pour cause de bêtise ?

Bientôt des amendes pour cause de bêtise ?

L’annonce d’un délit de harcèlement de rue par Marlène Schiappa, la Secrétaire d’État française chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a fait grand bruit. C’est surtout son application concrète qui semble poser problème.

Marlène Schiappa, Secrétaire d’État française chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes


 

Le harcèlement de rue pose plusieurs questions

La question de la caractérisation du harcèlement quand il s’agit d’interactions dans la rue va sans doute s’avérer ardue. A partir de combien de demandes ou de réflexions va-t-on considérer qu’il s’agit de harcèlement ? S’il s’agit d’une bande de copains qui s’adressent tour à tour à une femme, y aura-t-il un délit de harcèlement en réunion où ne sera pas comptabilisée la parole par individu, mais par le groupe tout entier ? La parole de la femme sera-t-elle souveraine ou quels moyens de preuves devra-t-elle apporter ? Ou y aura-t-il renversement de la charge de la preuve ? Est-ce que les regards qui déshabillent seront considérés comme du harcèlement de rue ? Dans ce cas, leur transposition dans le cadre général sera incontournable.

Que se passera-t-il si une femme se fait siffler et qu’un tiers s’interpose alors même que la principale intéressée n’y trouve rien à redire, soit par indifférence, soit tout simplement parce qu’elle trouve ce mode de communication flatteur ? Ne pourrait-elle pas se retrouver dans une situation de confrontation avec son « sauveur » ?

Ces quelques questions semblent déjà constituer un terreau fertile pour une mise en œuvre extrêmement difficile de cette loi. Quelques rares condamnations seront-elles suffisantes pour changer les mentalités ?

 

Pourquoi les femmes ne portent pas plainte ?

Harcèlement sexuel nouvelle loi 7885

Harcèlement sexuel nouvelle loi 7885

L’affaire Harvey Weinstein montre bien que la peur de perdre son travail, d’être blacklistée dans son milieu professionnel, même pour des femmes (et des hommes) célèbres est -au-delà de la sidération première- la raison principale du silence. Et pour cause : les études montrent que 95% des femmes qui portent plainte pour harcèlement perdent leur emploi !

Pour les salariées ne serait-il pas possible de « sanctuariser » leur poste pendant la procédure pour ne pas ajouter la précarité au traumatisme et mettre ainsi les patrons qui auraient tendance à tourner la tête face à leurs responsabilités ?

De la même manière, les agents qui connaissent les penchants coupables de certains producteurs ne devraient-ils pas être tenus pour responsables quand ils mettent de jeunes artistes en contact avec ces prédateurs ? C’est peut-être aussi dans leur mission d’agent de protéger leurs clients. Sans être des gendarmes, ils pourraient leur faire comprendre clairement qu’ils ne toléreront pas ces agissements ; qu’ils les dénonceront même. C’est le nombre qui fera la force de cette stratégie.

Une femme (ou un homme) harcelé) doit pouvoir être entendue, porter plainte et se voir rendre justice dans des délais raisonnables grâce à une procédure rapide.

 

Quelle société souhaitons-nous finalement ?

Ceci étant posé, les contours du harcèlement que définira la loi définira aussi le type de société dans lequel hommes et femmes cohabiteront, harmonieusement ou pas. Souhaitons-nous une société à l’américaine où il sera interdit à deux personnes de sexe opposé de se retrouver dans une pièce avec la porte fermée ? Souhaitons-nous une société de la suspicion permanente ou au contraire, saurons-nous raison garder et reconnaître la bêtise ou la maladresse dans certaines attitudes ?

Quel serait le montant idéal d’une amende pour la bêtise d’un homme qui essaie d’attirer l’attention d’une femme en la sifflant ou en insistant lourdement ?
Le débat est ouvert et les injonctions d’agir et de penser dans un seul sens ne sauraient en tenir lieu.

Partager :


Related Articles

Tous Humains et Solidaires, une association pour «sauver» des enfants en Centrafrique…

La guerre intestine en Centrafrique fait non seulement beaucoup de victimes mais elle contraint de nombreux habitants à fuir leurs villages. Mariette Machia-Rhim, traiteur à Paris, a crée en 2014, « Tous Humains et Solidaires » dans le but d’aider les enfants en particulier et leur redonner le sourire…

Partager :

Interview exclusive: Marge Simpson sur Femmes au Pluriel!

C’est avec gentillesse et simplicité que la comédienne française Véronique Augereau a reçu l’équipe de FP dans son domicile parisien, pour nous parler de son métier. Elle évoque son parcours exceptionnel […]

Partager :

Comment rester féminine malgré un cancer?

Nous avons été sensibles à l’appel de cette perruquière au grand cœur. Nous lui laissons la parole sur FP afin de sensibiliser le plus grand nombre à son projet de crowndfunding en faveur des femmes atteintes de cancer.

Partager :
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié.
Required fields are marked*