Breaking News

Election de Trump: un 11 septembre à l’envers

Election de Trump: un 11 septembre à l’envers

Comme un coup de semonce. Un tir sans sommation. Un grondement de tonnerre par beau temps. Ainsi sommes-nous, comme groggy, après la victoire de Trump aux élections américaines.

Qui l’eût cru? On jouait à se faire peur en évoquant une possible victoire de Donald Trump mais notre ail « repoussoir de démons » était les sondages qui donnaient Clinton gagnante. Pensez donc: elle avait même connu une remontée après la nouvelle affaire des emails, relancée par le FBI la semaine dernière! On invoquait la puissance du couple Obama qui s’était lancé à corps perdu dans la campagne. On invoquait la cote d’amour du président et de la Première Dame. On invoquait la préséance de la raison sur la folie. Et on en oubliait commodément la marge d’erreur. Pas seulement.

On oubliait que les révolutions ne se font plus en prenant la Bastille. Que les peuples ne se sentent plus compris, se sentent même méprisés par les élites et sont prêts à tous les extrêmes pour se faire entendre d’eux. Jusqu’à voter contre leurs propres intérêts. Comme un amoureux éconduit qui se suicide pour faire souffrir son «bourreau» mais dont le sacrifie ne rencontre que la plus grande indifférence.

Souffrir pour au moins attirer l’attention des élites sur leur sort. Une demande de respect exacerbée. Sont-ce les clés qui pourraient expliquer le vote massif en faveur de celui qui a été longtemps considéré comme un clown, le bouffon du roi?

Ou la chronique de la victoire annoncée d’Hillary Clinton a-t-elle tout simplement démobilisé son électorat? Ou sa froideur légendaire a-t-elle suscité l’indifférence ?

Mais comment tenter d’expliquer l’impensable?

Beaucoup d’Américains ont honte de donner cette image rétrograde de leur pays. Beaucoup déplacent déjà leurs fonds vers des cieux plus cléments ou des structures moins risquées. D’autres encore envisagent de quitter leur patrie pour le tout proche Canada (au moins dans un premier temps).

Si Donald Trump ne se ressaisit pas pour se montrer à la hauteur de sa fonction et qu’il met en pratique les invectives et insultes qui constituaient son seul programme, qui en souffrira frontalement? Tous les bénéficiaires de l’Obamacare qui ne peuvent pas s’expatrier et qui perdront leur couverture sociale. Les femmes qui verront restreindre leurs droits à l’avortement, au congé maternité, les employés de base dont les salaires minimaux étaient en train d’être révisés à la hausse dans de nombreux états, les «petits Blancs» qui s’appauvriront encore puisque défendant ses intérêts financiers, Trump fait produire en Chine plutôt qu’en Amérique selon l’adage éprouvé du «faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais».

Comment ne pas penser aux élections qui s’approchent en France? Qui, dès demain, parmi les candidats désireux de gagner à tout prix, va se lancer sur les traces de Trump dans l’espoir fou de réitérer l’exploit? La patrie de Descartes pourra t-elle résister aux coups de boutoir de la haine, de la division, de la stigmatisation ?

09/11: le 11 septembre de toute une planète*. Et des fraternités à reconstruire, comme les tours.

* Pour les Américains, le 11 septembre, date de l’attentat, s’écrit 09/11, car ils inversent le mois et l’année par rapport aux Francophones.
Photo de titre: « J’ai voté »
Crédit photo: Brett Neilson

Et vous? qu’avez-vous pensé de ces élections présidentielles américaines? des campagnes menées par les candidats? Etes-vous satisfait(e)s du résultat? 



Related Articles

Quand la peur mène la danse

Régulièrement depuis 1988 et de manière réitérée, les «personnalités préférées des Français» sont issues de l’immigration… Yannick Noah a eu ce titre 10 fois, Zinédine Zidane 6 fois, Omar Sy 1 fois et Djamel Debbouze, Gad Elmaleh ou encore Nagui sont régulièrement cités…. Or, l’air ambiant est plutôt au rejet de l’autre (…)

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...