KCPK ou la Pop française haute définition

KCPK : entre influences électrices et créativité cinématographique

Nous avons eu le plaisir de découvrir en exclusivité le tout dernier EP de KCPK, et notamment « The End » dont vous pourrez apprécier le génie musical couplé au savoir-faire et à la créativité cinématographique.

L’éléctro française a fait son grand retour avec l’EP « Critics », sorti le 6 octobre, chez PIAS.
Aujourd’hui KCPK joue à merveille avec ses influences très éclectiques. Ils nous offrent un savoureux mélange bercé entre électro, hip hop et la new wave.

Pour KCPK, le début commence certainement par la fin. En effet, le titre « the end » est à coup sûr une réussite tant d’un point de vue de la performance musicale, son style très international, mais aussi sur la conception et la réalisation du clip.

Les références de notre coup de cœur musical

Le single « Critics » est un featuring avec AaRon, le duo préféré de John Malkovitch fort connu entre-autres pour la musique de film de « Je vais bien ne t’en fais pas ».

Le clip de « The end » que l’on peut qualifier d’électro dark-wave est réalisé avec génie par Loïc Andrieu, ancien opérateur de steadicam de Luc Besson. Nicolas Loir en est le directeur photo (aussi directeur photo de Woodkid, Ghostpoet, Snoop Dog…). Au travers de ce clip, ils manient l’art du storytelling cinématographique. La qualité et l’efficacité des effets couplés à cette ambiance digne des films néo vintage des années 90 est très appréciable.

L’ep se poursuit avec 3 remixes de « Critics » dont le premier est avec Get a room (label de Yuksek « partyfine records »). Ils ajoutent leur touche funk et disco. Le second de Shall Ocin est puissant, nourri de beats techno hyper profonds. Enfin, le troisième remix, aux notes Italo disco de FK club utilise le synthé à la mode de Giorgio Moroder.

Issu de la scène rémoise KCPK a travaillé avec Woodkid, the chemical brothers… Ils ont créé la fameuse soirée Panik qui a accueilli Laurent Garnier et Amon Tobin.

En 2016, ils réalisent le single « who wants it » avec le rappeur STS. La musique a été retenue pour la campagne publicitaire digitale de Black opium dYves st Laurent, réalisée par Louis de Caunes.

L’histoire de « The End »

Ce sont des fragments de vie d’une étudiante anxieuse, confrontée à une relation maternelle troublante, et une obsession amoureuse non réciproque. C’est une mélodie captivante soutenue par la voix de Cooper Rose, chanteur compositeur de folk Anglaise. C’est un voyage étrange dans les angoisses de l’adolescence, imprégné d’une tension sexuelle latente laquelle dépeint l’inévitable fin de la jeunesse et de la pureté.

« Critics » de KCPK est d’une rare créativité, fascinant, troublant, innovant. L’ep scelle définitivement le groupe KCPK comme une référence de la scène électro française à l’international.

Partager :


Related Articles

Gospel sur la colline: un spectacle surprenant!

Le titre de la comédie musicale « Gospel sur la Colline » peut être trompeur. Alors si vous vous attendez à des chanteurs en grandes robes colorées, vous serez surpris…

Partager :

Rodolphe Lauretta sort son premier opus : « RAW »

Femmes au pluriel a rencontré pour vous Rodolphe LAURETTA, saxophoniste de talent, lequel vient de sortir un tout premier album « RAW » sur le Label Onze heure Onze. Il passe à la petite Halle de La Villette le 30 septembre pour la sortie de son Album « RAW ».

Partager :

Keke Palmer, la nouvelle princesse de l’Amérique

Quelle femme n’a pas un jour rêvé d’être une princesse ? Issue d’une génération qui a grandi au rythme des films Disney, la chanteuse-actrice et présentatrice […]

Partager :
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié.
Required fields are marked*