Breaking News

  • Jazz Color à Groslay!

    Groslay accueille son premier festival de Jazz. Pour cette première édition,la ville a choisi de proposer en plein air et totalement gratuitement une programmation éclectique et de haut calibre. Annick Tangorra nous éclaire…

    Partager :
    ...

  • Emoi Photographique

    A Angoulême, se déroule actuellement et jusqu’au 30 avril, un Festival de photographie, sur le thème de l’Histoire. Des photos qui ont tout à dire, certaines poignantes, d’autres joyeuses ou encore tendres…

    Partager :
    ...

  • Lis Thé Ratures: 3 espaces en un seul et même lieu

    Le lieu est atypique et agréable. Né à l’initiative d’une passionnée de littérature et de cultures africaines. Son « salon de thé-librairie-espace de coworking » lui ressemble. Il est métissé, accueillant et ouvert sur tous les mondes…

    Partager :
    ...

  • Tony Carreira dans le coeur des Femmes!

    Nouvel album de Tony Carreira, véritable phénomène dans son pays natal, le Portugal mais aussi dans le monde…11 duos, 11 déclarations d’amour, 11 grands classiques de la chanson populaire française.

    Partager :
    ...

  • Michelle Jean-Baptiste signe «Bao Wei 宝味»

    Un instant dans le rêve, alors la lecture nous téléporte en Chine pour un voyage initiatique aux saveurs gourmandes…

    Partager :
    ...

  • Y’a pas d’avion à Orly

    Théâtre: S’il n’y a pas d’avions à Orly, on vole tout de même au dessus d’un nid de coucous!

    Partager :
    ...

La muse panafricaine

La muse panafricaine

Energie pure et globalité de l’expression : parée avec élégance de couleurs, tissus et pierres, entourée de ses musiciens -dont son mari, le guitariste Colin Laroche de Féline, avec lequel elle a démarré sa carrière en 1999- et flanquée de ses instruments en bois et peaux, à cordes ou en lamelles, l’Ivoirienne Dobet Gnahoré explose sur la scène de ses concerts.

Elle chante, joue et danse sans répit, laissant son public sans souffle.

Dans les textes de ses chansons fiévreuses, interprétées parfois avec une inflexion grave du timbre, parfois avec les allures inspirées de la conteuse, Dobet Gnahoré lance son message de rédemption de l’Afrique -à travers le travail, dit-elle- et un appel lancinant pour que les souffrances des femmes cessent sur le continent.

Après Ano Neko (2004), Na Afriki (2007), Djekpa La You (2010), son quatrième album, N’dré (publié, comme les autres, par Contre Jour), s’ouvre avec une prière, Allah, chantée en Bété et Malinké, les deux langues principales de la Côte d’Ivoire, en signe d’espoir d’une réconciliation qui tarde à venir dans son pays.

« Dans mes années de formation au Village Ky-Yi Mbock de Were Were Liking, à Abidjan, affirme-t-elle, j’ai appris, avec les arts et le développement de ma personnalité, à avoir des croyances sans frontières ».

Dobet Gnahoré est la première artiste africaine à remporter, en 2010, un Grammy Awards pour la composition originale de Palea repris par la chanteuse India Arie.

Dobet Gnahore en concert le 5 juin prochain à Londres (Angleterre), à l’affiche du Songlines Encounters Festival, et aux Nuits atypiques de Langon (France, 22-29 juillet).

Partager :

Related Articles

Des séries à succès au féminin

C’est un phénomène qui prend de l’ampleur. Difficile de passer à côté. Surtout pour les accros que nous sommes : les actrices sont à la tête de séries qui cartonnent sur le petit écran […]

Partager :

Selma ou la marche déterminante pour le droit de vote des citoyens noirs américains

Avec 4 nominations aux Oscars et le prix de la Meilleure chanson originale avec le titre Glory, Selma est un film […]

Partager :

Djazia Satour prend son envol

Jeune chanteuse de la scène française née en Algérie, elle quitte son pays à l’âge de 15 ans, pour poser ses valises en France […]

Partager :
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié.
Required fields are marked*