Breaking News

La nouvelle référence reggae, le phénomène caribéen

La nouvelle référence reggae, le phénomène caribéen

 

Le groupe, The King’s Son s’est formé au hasard de rencontres sur l’île paradisiaque d’Antigua dans les Caraïbes. Venus de différents horizons, Marcy, Ty, Souljah Man et Jay-Seb se réunissent autour de la musique et de valeurs communes. Empreint de leurs racines reggae, leur mode de vie insulaire les incite à écrire sur des choses essentielles. Comme l’explique leur premier tube « I’m not rich« , pas de bling-bling, mais de la positivité, un appel au partage et au respect. « Nous ne sommes pas riches, mais nous avons des proches sur qui compter et de l’amour. C’est la seule vraie richesse » déclarent-ils en choeur.

« I’m not rich, but I live like a millionaire

You know I live like a millionaire

Some say I ain’t got a care in the world

But I do

I care about me and you, I care about me and you

I care about right and wrong, so I gotta be strong »

 

C’est au sein de leur atelier artistique, qu’ils ont créé ensemble les titres de leur premier album. Si Ty vit aujourd’hui entre New York et Antigua, il a grandi sur l’île et y a toujours trouvé son inspiration. Cet auteur, compositeur, interprète rencontre Souljah Man il y a 12 ans. C’est lors d’une session studio qu’ils découvrent Marcy. La voix et l’écriture de la jeune femme de 25 ans les impressionnent et ils lui proposent de les rejoindre pour monter le groupe The King’s Son. Elle raconte d’ailleurs « Lorsque nous avons commencé à travailler ensemble, c’est comme si nous nous étions toujours connus. C’était une évidence ! « . Jay-Seb arrive plus tard, de retour d’un shooting photo, ce mannequin-musicien participe à une jam session à Antigua et assure les percussions et les choeurs pour Ty. C’est ainsi que le groupe se retrouve au complet. Le groupe The King’s Son prend alors vie sous ce nom inspiré de leurs racines reggae et caribéennes avec tous les symboles de leur culture.

Leur 1er single « I’m not rich » en featuring avec Blacko connait le succès dès son entrée sur les ondes françaises en restant plus de 7 semaines dans le TOP10 de l’airplay général. Le public est au rendez-vous et adhère à cet esprit « roots », en plébiscitant le clip qui cumule déjà près de 8 millions de vues en France.

Tournée à Antigua, la vidéo met en scène Jay-Seb qui se fait le représentant du groupe dans cette histoire d’amour à la Robinson où il prône le retour à l’essentiel : fiers représentants de leur île qui a rendu tout cela possible.

Cette simplicité et cette authenticité leur apportent le soutien du public. Le titre dépasse rapidement les frontières françaises puisqu’il est signé chez B1 Recordings (Pitbull, Avicii, Milow…) et Ultra Music (Omi, Calvin Harris…) et annonce un album fort au message universel. « Vous pouvez donner cet album à un enfant de 10 ans comme à votre grand-père. Nos paroles sont positives, elles portent un message de vie, c’est important pour nous » résume Souljah Man.

Cet opus porte le nom du groupe « The King’s Son » et a été enregistré entre Antigua et Paris. Un éclectisme que l’on retrouve à la production et à la réalisation avec le duo Torsten Stenzel (Moby, The Shady Brothers…) et Matthieu Mendès (M Pokora, Kendji Girac…). Si la composition est assurée en grande partie par Ty (on retrouve aussi des titres composés par Matthieu Mendès, Orti…) chacun écrit ses couplets. La création se fait comme aux débuts, en groupe et en échangeant autours des morceaux. Avec le mélange détonnant des personnalités, des styles et des voix c’est une harmonie parfaite qui se dégage. Souljah Man apporte sa touche ragga, Marcy donne sa douceur, Ty sa force tranquille et Jay-Seb son rythme.

L’album « The King’s Son » sort le 10 juillet et est composé de 12 titres dont 3 covers importantes à leurs yeux (« People Everyday » d’Arrested Development, « Dreadlock Holiday » de 10CC, et « One of us » de Joan Osborne). Des artistes urbains majeurs tels que Blacko et Youssoupha ont rejoint le groupe sur les singles « I’m not rich« , et « Love is the air« . On y retrouve les rythmes reggae du groupe teintés de pop et de ragga comme sur « One life » ou sur « King of the world« . Ils ne transigent pas sur les thèmes de leurs chansons, et sur les valeurs qu’ils souhaitent partager avec leur public, comme sur « Be the change » qui rappelle que le changement commence par soi-même. Un album riche, fait pour nourrir les âmes autant que pour faire danser. Un vrai vent de fraîcheur dans ce monde matérialiste et si rapide.

The King’s Son résume tout ce pour quoi la musique est faite. En toute simplicité et avec leur coeur, ils sont là pour donner tout ce qu’ils ont de meilleur. Un beau message pour 4 magnifiques artistes qui « gardent les pieds sur terre et la tête bien accrochée » (Marcy) qui « refusent de se travestir » (Souljah) et qui « veillent les uns sur les autres » (Ty) pour se protéger et ne pas se perdre. Pari est fait que cet album trouvera le chemin du public et qu’ils seront bien vite plus que de simples messagers.

The King's Son - Photo PromoThe-King's-Son-(Cover-Album-BD) (1)


Tags assigned to this article:
Blackoi'm not richmusiqueReggaethe king's son

Related Articles

Mademoiselle: Se raccrocher à ses rêves!

Théatre: C’est la belle et pétillante histoire de Mademoiselle, meneuse de revue, célèbre en son temps qui a enflammé toutes les grandes scènes parisiennes. Le Casino de paris, le Lido, le Moulin Rouge, les Folies Bergère….

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...