Breaking News

Le jeûne ou la détox des déchets profonds!

Le jeûne ou la détox des déchets profonds!

Le jeûne est sans conteste le moyen le plus efficace pour désincruster les déchets de l’organisme. En effet, pendant la durée du jeûne, le corps ne recevant plus un carburant à brûler, il est dans l’obligation de le trouver à l’intérieur de lui-même. L’organisme va donc puiser dans ses propres tissus, cela s’appelle l’ « autolyse ». « Auto » signifie « soi-même » et « Lyse » représente la digestion.

Ce sont alors des enzymes qui agissent sur les différentes substances dont est composé notre organisme : protéines, graisses, sucre, etc. La nature étant bien faite, l’autolyse n’attaque bien évidemment pas tous les tissus de manière aveugle et indifférente. Sinon nos organes auraient été endommagés sitôt le jeûne commencé.

Lors de l’autolyse, les tissus sont dégradés du moins important au plus important c’est-à-dire que les moins utiles sont autolysés en premier, tandis que les tissus les plus importants le sont en dernier. Les organes vitaux, quant à eux, sont presque complètement épargnés.

La force vitale dirige donc d’abord, avec intelligence, l’autolyse des déchets puis celle des tissus pathologiques (tumeurs, graisses excédentaires…) et ce n’est qu’après que vient l’autolyse des tissus plus utiles comme ceux des muscles, de la peau, etc.

C’est dans ce procédé que réside toute l’efficacité du jeûne car les déchets sont dégradés en énergie utilisable et les toxines sont brûlées.

Conséquence : les déchets disparaissent des tissus organiques ; le terrain est nettoyé en profondeur. Le jeûne résout donc le problème de l’élimination des toxines incrustées en profondeur en les dégradant sur place.

Bien évidemment, plus le jeûne est long plus la quantité de déchets éliminés sera importante.

Conjointement à l’autolyse à lieu une mise à jour éliminatoire. En effet, à l’inverse d’une alimentation normale, lors d’un jeûne nous fabriquons moins de déchets que nous en éliminons. L’organisme a donc enfin la possibilité de se débarrasser des déchets qu’il est contraint de repousser dans les profondeurs tissulaires. Il rattrape ainsi son retard.

Lors de ces montées de toxines, la modification de la composition du sang se fait sentir sur l’état physique et psychique du jeûneur. Ce dernier peut se sentir abattu, épuisé, démoralisé ou oppressé. Des crises curatives plus ou moins violentes peuvent aussi avoir lieu. Mais cela ne dure que les premiers jours.

En plus de l’autolyse et de la mise à jour éliminatoire, un troisième phénomène à lieu pendant le jeûne : la régénération tissulaire.

Elle est possible par le nettoyage de l’organisme mais aussi par l’utilisation judicieuse des substances autolysées. Les éléments prélevés dans les tissus peu importants sont utilisés à la réparation de ceux qui en ont besoin. On peut donc noter la réparation de petites lésions, des plaies qui ne se cicatrisent jamais se cicatrisent enfin.

Le jeûne est donc « LA » méthode de désincrustage par excellence. Néanmoins elle ne peut être pratiquée à la légère et doit être adaptée au cas de chacun. Le suivi par un praticien est donc nécessaire pour le réaliser dans les meilleures conditions.

 

D’ici là, restez proches de la Nature.

 

 

NB: Jeune et Inanition

Le jeûne est la privation volontaire de tout aliment solide ou liquide, excepté l’eau dans un but particulier : diète, régime, cure, carême…. Alors que l’inanition est la privation non volontaire de nourriture qui entraîne l’épuisement, voire la mort.

 

Crédit photo: D.R.

 

Emmanuelle S. LEVIXHI

Naturopathe – Éducateur de santé

www.manu-naturo.fr


Tags assigned to this article:
autolysecicatrisationdéchetsJeûne

Related Articles

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...