Breaking News

Le lâcher-prise (Deuxième partie)

Le lâcher-prise (Deuxième partie)

Jean Klein est né à Berlin en 1912. Originaire d’Europe centrale, il a été naturalisé français après la fin de la guerre. Auteur et maitre spirituel français, il fut aussi médecin de formation et, musicologue. Il a appris le violon à l’âge de sept ans et, enseigna le chant, à partir de 1948. Jean Klein est à l’origine de plusieurs ouvrages en français et en anglais dont des recueils d’entretiens. Il enseigna durant de nombreuses années, le yoga en France puis dans divers pays européens (Suisse, où il réside en partie, Italie, Espagne, Grèce, Grande-Bretagne, Pays-Bas). Tout au long de sa vie, il a dispensé des cours (à travers l’Europe et les États-Unis) un enseignement de la philosophie et, de la non-dualité dont les apports à la sensibilité occidentale sont reconnus par plusieurs auteurs contemporains qui d’ailleurs se disent héritiers de ses enseignements. Qui mieux que lui pourrait orienter cette rubrique dédiée, cette semaine, au lâcher-prise ? A propos de celui-ci, souvent, j’aime à revisiter le témoignage de ses expérimentations : « Un changement complet survient un soir, sur Marine Drive à Bombay. Je regardais les oiseaux et soudain, je fus entièrement saisi par eux, comme si tout cela se passait en moi. J’eus réellement connaissance, conscience de moi-même. Le matin suivant, face à la variété de la vie quotidienne, je sus que ma compréhension de l’Être était une réalité. La vie coulait sans interférence de l’ego. Je me trouvais dans une paix incomparable. Toute séparation entre vous et moi disparut dans l’Unité. Je me connus dans l’immédiat de l’instant présent, dans une liberté, plénitude, une joie pure. Je ressentais une totale gratitude et, non un sentiment traversé d’affectivité. Mon maître m’avait donné la compréhension de la vérité, j’en vivais la lumineuse réalité». Cela est un de ses plus beaux témoignages quant à la rencontre de soi».

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre ». Ces mots ne sont ni de Boèce, ni de Saint François d’Assise encore moins du Dr Reinhold Niebuhr comme cela a été souvent affirmé. Ils sont bien de Marc Aurèle empereur romain, philosophe stoïcien à qui ils furent empruntés dans différents contextes. Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne puis changer, le courage de changer les choses que je peux, et la sagesse d’en connaître la différence. Qui donc parmi nous, n’a jamais entendu ou murmuré cette fameuse supplique appelée la prière de la sérénité ? Cette prière qui nous invite à obtenir la sagesse de faire la différence entre le changeable et l’inchangeable. Pour y parvenir nous devons lâcher-prise.

Dans le prochain article nous parlerons des thérapies dites «  alternatives» et, comment traiter les phobies grâce à l’E.MD.R. / L’E.F.T. N’hésitez pas à me faire part des sujets et des questions qui vous interpellent, envoyez moi vos avis, remarques et, demandes personnelles par e-mail sur makoumanji@gmail.com

Je serai ravie d’y répondre !

Par Mâ KOUMANJI

email : makoumanji@gmail.com
tél. : 06 05 79 36 62



Related Articles

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...