Breaking News

L’important est de s’aimer soi-même

L’important est de s’aimer soi-même

Même si pour beaucoup, pris par la frénésie de la rentrée, les fêtes semblent déjà loin, il est encore temps de sacrifier à la tradition des vœux.

Au risque d’être traités d’égoïstes, d’individualistes, de narcissiques, pourquoi ne pas placer 2016 sous l’égide de l’amour de soi ? Trop souvent, on ne voit que le côté malsain d’un tel sentiment parce qu’on n’en perçoit que le caractère excessif. Mais si on prenait le temps de considérer ses bienfaits sur soi et sur les autres ?

Pour commencer, il est bien agréable d’être toujours en compagnie de quelqu’un qu’on apprécie. La sérénité s’en trouve augmentée. Et une bonne partie du stress dû au fait d’être confronté à longueur de journée à des gens dont on apprécie peu la présence s’en trouve diminuée. Aussi, l’amour de soi nous permettrait d’accepter notre mauvais caractère, nos imperfections physiques, nos insuffisances diverses et variées, tout comme nous le faisons avec ceux que nous aimons puisqu’eux non plus ne sont pas parfaits. Nous apprendrions à être indulgents envers nous-mêmes.

Sartre nous a dit depuis longtemps que « l’enfer, c’est les autres ». Alors imaginons un instant que « les autres » n’existent pas. Ou -pour être réalistes- que le regard, l’opinion des autres n’a plus aucune valeur. Tout simplement parce que chacun connaîtrait sa valeur intrinsèque et déciderait de s’accepter tel qu’il est. Les insultes n’auraient pas de prise sur nous, le racisme ne nous toucherait pas, l’indifférence ne serait plus qu’on concept. L’énergie déployée pour se faire aimer, admirer, ou au pire, accepter, serait dépensée dans des activités plus enrichissantes.

Rêvons un peu d’un monde où l’amour de soi serait la règle.

Certains « jeunes de banlieue » frappés d’ostracisme ne nourriraient plus de haine à l’égard de l’autre, du nanti, parce qu’ils ne mesureraient plus leur valeur à l’aune de leur rejet.

Le musulman et le juif ne ressentiraient plus le mépris affiché par certains pour leur religion.

Le nanti ne craindrait plus que ses relations soient intéressées seulement par son argent, parce qu’il saurait qu’il est digne de l’attention qu’on lui porte.

L’immigré, le réfugié ne sentiraient plus peser sur leurs épaules tout le dédain et le mépris du monde parce la dignité cachée par leurs oripeaux leur permettrait de tenir droit.

Il m’a toujours semblé que derrière la frénésie pour se faire accepter, l’impératif de faire partie d’un club, d’un clan, il y a un grave déficit d’amour de soi. Les enfants qui se suicident parce qu’ils ont été critiqué sur les réseaux sociaux ; les femmes et les hommes qui se laissent humilier par leurs conjoints ; les employés qui ne se rebiffent jamais devant la maltraitance ; les serviteurs de l’État prêts à tout pour se faire élire puis rester en poste…

En 2016, apprenons à nous aimer nous-mêmes, mieux que d’habitude. Et aidons les autres à se construire un nid d’amour pour eux-mêmes, par le respect et la bienveillance. C’est le seul moyen de vivre en harmonie en créant autour de soi des cercles concentriques de paix.


Tags assigned to this article:
2016amour de soiBonheurpaixsérénitévœux

Related Articles

Interview exclusive de Lilou Macé – Partie1

Tel un chef d’orchestre, elle rassemble des âmes qui ont trouvé leur voie. Tout comme elle… Lilou Macé, c’est son nom, est un être rafraîchissant à l’énergie communicative. Dans chacune de ses vidéos- vues des milliers […]

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...