Breaking News

Que « faire » avec nos émotions ?

Que « faire » avec nos émotions ?

Accompagnant des personnes depuis maintenant un certain nombre d’années, je me suis rendue compte que les émotions restaient encore souvent une grande inconnue pour beaucoup de personnes.

J’ai longtemps eu l’impression moi-même d’être le jouet de mes émotions qui déboulaient comme ça sans prévenir quand je ne m’y attendais pas !

Le pire était que lorsque j’ai commencé à lâcher le contrôle c’est comme si j’avais ouvert une vanne qui surgissait de plus en plus abruptement et que je ne savais absolument pas gérer !

A suivi toute une période où j’avais vraiment l’impression de les laisser circuler, mais avec le recul aujourd’hui cela me fait sourire. J’étais plutôt dans l’obligation de les vivre mais je n’avais aucune acceptation vis à vis d’elles.Je me mettais beaucoup de pression et chaque émotion était vécue comme un signe de faiblesse. Petit à petit j’ai compris la différence entre « être obligé de laisser sortir » et accueillir…

L’accueil de l’enfant intérieur

Prenons un exemple tout simple.

Vous venez de changer de coupe de cheveux, toutes vos amies adorent et toute fière vous paradez devant votre homme qui lui vous demande ce qu’il y a à manger n’apercevant même pas votre nouvelle coupe !

Vous rongez votre frein pendant tout le repas et lorsque vous sortez du four votre nouveau gâteau au chocolat et que toute la famille en mange comme s’il s’agissait d’un gâteau Picard, sans même un merci, alors là c’est les grandes eaux et vous foncez vous coucher l’âme en peine.

Les larmes coulent et vous avez l’impression de vivre votre émotion sauf que vous n’avez pas touché son origine…L’émotion est restée en superficie car c’est l’adulte qui pleure…

Et si vous contactiez l’origine ? S’il y avait une petite fille en vous dont le père était tellement occupé par ses propres problèmes qu’il n’avait jamais le temps de venir vous voir danser, jouer du tennis, chanter par exemple ?

Et là l’émotion commence à descendre dans vos muscles profonds et vous respirez à l’intérieur EN AYANT DE LA TENDRESSE pour cette petite fille que vous étiez.

Vous écoutez vibratoirement cette émotion, vous « l’enveloppez », si vous avez des difficultés imaginez une personne enveloppante qui vous prend dans ses bras.

Et là l’alchimie peut s’opérer car l’enfant en vous qui n’a peut-être jamais pu être écoutée sur le sujet se sent entendue et comprise.

Souvent on a peur de descendre en nous de peur de devenir des victimes. Mais une victime c’est tout le contraire. Une victime demande aux autresde prendre en charge ses émotions. Ici nous sommes à l’opposé.

Vous être l’adulte et l’enfant en même temps !La respiration aide l’émotion à circuler dans le corps, à vivre une décristallisation.La dimension énergétique est ici importante de façon à pouvoir envelopper l’émotion qui ainsi va pouvoir circuler.

Les rêves peuvent aussi servir de support pour entrer dans une émotion profonde au réveil et l’écouter.

Que « faire » avec la colère ?

Lorsque vous êtes en colère le processus est similaire, mais demande de savoir contre qui cette colère s’adresse à l’origine.

Il s’agit aussi de descendre en relation avec les énergies de la terre jusque dans son bassin et dans ses jambes pour aller contacter la rage à l’origine de cette colère.

Une fois que vous êtes descendus dans le bassin, je vous invite à imaginer que vous enveloppez cette rage afin qu’elle monte le long de votre canal central, tel l’énergie de la *Kundalini.

Ainsi lorsque le Plexus et la gorge se débloquent, l’énergie peut monter et là colère se transforme en puissance et affirmation de soi et la vous pouvez dire et émaner le « stop ». Des mouvements psychocorporels peuvent aider lorsque les cuirasses sont trop importantes.

Lorsqu’elle sort au niveau du cœur, empêchée de franchir la gorge, elle se transforme en une sorte « d’aboiement défensif » qui n’est qu’une forme d’impuissance déguisé, souvent teinté de culpabilité.

Si elle tourne en rond au niveau du bassin elle crée des symptômes et autres maladies dans cette zone (kystes aux ovaires, maux de ventre, voire Cancer de l’Utérus ou de la Prostate…).

Il est intéressant de voir aussi quels conditionnements avaient court dans notre famille : quelles émotions étaient autorisées ou non.

Ainsi nous pouvons protéger une colère par une tristesse et vice et versa.

Parfois quand on écoute une émotion, une autre est juste derrière, comme un sandwich émotionnel…

Les submergements émotionnels

Lorsque vous êtes dans une période de submergement émotionnel c’est que votre inconscient vous invite à une descente.

L’inconscient aime les rendez-vous et vous verrez qu’il les respecte. C’est une bonne manière de pouvoir continuer à gérer sa vie dans des périodes « testantes ».Donnez donc rendez-vous à votre inconscient à heure fixe !

Et là vous pouvez écrire ou écouter l’émotion, la dessiner, comme vous voulez : cela permet de pouvoir descendre en vous dans de bonnes conditions et de pouvoir vivre « normalement » le reste du temps !

Si le submergement revient lors d’une situation dans la journée et que vous n’êtes pas dans une situation pour le gérer vous rappelez le rendez-vous à votre inconscient en le rassurant sur le fait qu’il va être écouté.

*La kundalini est une énergie lovée en bas de la colonne vertébrale, représentée sous forme de serpent et qui s’éveille en montant le long des chakras lors des pratiques spirituelles ou autres déblocages psychologiques.

Par Ariane Clément.


Tags assigned to this article:
ColèreÉmotionsEnfantsGérerTendresse

Related Articles

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...