Sophia Amoruso, boss des affaires?

Sophia Amoruso, boss des affaires?

Sophia Amoruso, décrite comme « La Cendrillon de la technologie» par The New York Times, est une businesswoman Californienne. Fondatrice, PDG et directrice artistique de «Nasty Gal», une boutique en ligne de vêtements vintage. Elle est l’auteure du livre «Girlboss» qui raconte son parcours avec humour. Source d’inspiration, son ouvrage a également été adapté en série télévisée.

Un incroyable parcours entrepreneurial au féminin

Née à San Diego le 20 avril 1984, Sophia Amoruso est une véritable visionnaire de la vente en ligne. Rebelle, fauchée et ancienne voleuse à l’étalage sans diplôme, sans emploi et souffrant d’une hernie, elle décide d’obtenir un emploi stable afin de bénéficier de l’assurance maladie. Elle devient alors surveillante dans une école d’art et peut enfin se soigner.

Elle se découvre un don dans l’achat de vêtements vintage. Pendant ses heures libres, elle décide de se consacrer à son passe-temps favori: dénicher des vêtements uniques, vintage, pour les revendre sur Ebay. Elle crée des look et les poste sur les réseaux sociaux. Self-made-woman, elle se bat bec et ongles pour créer un empire de la mode tout en gardant le contrôle de chaque étape concernant son entreprise.

Les commandes se multiplient et de là commence une belle aventure. C’est ainsi que pour motiver et inspirer d’autres femmes, elle écrit, en 2014, «Girlboss» qui raconte son parcours.

Netflix, inspiré par la carrière de la femme ambitieuse, décide d’en faire une adaptation éponyme, diffusée cette année. La série est un mélange de développement personnel et de business. Une espèce de booster d’ambition.

 

Ses projets: aider les jeunes artistes et rebondir

En 2016, après la faillite de son entreprise « Nasty Gal Vintage », le licenciement de plus de 400 personnes et son divorce, elle décide de travailler sur de nouveaux projets et consacre son temps à sa fondation «Girlboss». Sa mission? Aider les jeunes entrepreneuses dans les domaines du design, de la mode, de la musique et des arts.

Son billet d’humour « recommencer à zéro après une faillite et un divorce », posté sur son site est à ce propos très inspirant. Il fait réfléchir sur le monde de l’entreprise, celui des affaires. Son parcours est la preuve que l’on peut bâtir un empire à force de travail, mais aussi grâce à une passion, à une forte intuition et une bonne dose de bon sens.



Related Articles

Des cosmétiques Bio pour toutes les bourses

Joséphine Tauvy est créatrice de « La Kaz Naturelle », une entreprise artisanale de fabrication de cosmétiques, à base de produits naturels, pour visage, cheveux et corps. Son plus? Ses produits ne dépassent pas 15€. Une façon de rendre le naturel accessible à tous. Interview.

Sandy Blain voit « la vie devant soie »

Sandy Blain fait travailler cinq personnes en France et surtout une soixantaine au Cambodge, où elle a créé une marque-concept qui met la soie en lumière: « La vie devant soie ». Elle répond à nos questions…

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...