Breaking News

Stand Up for African Mothers !

Stand Up for African Mothers !

A l’occasion du gala « eHealth4Africa » de l’association AMREF qui se tiendra demain 1er juin au Pavillon Cambon-Capucines, en présence de Manuel Valls, Zazie, Béatrice Schönberg, Keziah Jones, François de Ricqlès et Laura Flessel, entre autresnous souhaiterions vous présenter une campagne qui, chemin faisant, a déjà accompli des prouesses.

Tout part d’un constat alarmant: des études révèlent que pour la seule année 2013, 180.000 femmes d’Afrique subsaharienne sont mortes pendant leur accouchement, ce qui représente 2/3 des décès maternels à l’échelle mondiale! Par manque de moyens (un bloc opératoire en cas de complications, des médicaments, des antibiotiques, du matériel stérilisé) et de personnel (des sages-femmes qualifiées, un obstétricien, un anesthésiste…), des femmes meurent en donnant la vie et ce, alors que 80% de ces décès pourraient être évités.

AMREF Flying Doctors, première ONG de santé publique en Afrique, a vu le jour au Kenya (1957). Chaque année, ce n’est pas moins de 150 programmes en faveur de 12 millions de bénéficiaires (avec une priorité donnée aux femmes et aux enfants), dans 30 pays d’Afrique subsaharienne, qui sont mis en place. l’AMREF, c’est aussi le premier organisme à but non lucratif de formation de personnel de santé africain produisant, chaque année, 150 000 infirmiers, agents de santé communautaires, assistants médicaux et sages-femmes.

Plusieurs fois récompensée, cette association, de solidarité internationale de loi 1901, s’est donnée pour mission, grâce à des collectes de fonds et des actions d’information militante, de créer des programmes de terrain, avec pour objectif l’obtention de résultats concrets et rapides.

En 2011, afin de lutter contre cette forte mortalité maternelle, l’association a lancé sa campagne « Stand Up for African Mothers » qui vise la formation de 15 000 sage-femmes en Afrique, ce qui contribuera à réduire de 25% la mortalité maternelle en Afrique Subsaharienne.

Au Kenya, au Mozambique, en Ethiopie, en Ouganda, au Sénégal, au Soudan du Sud, en Tanzanie, en Zambie et dernièrement en Côte d’Ivoire, 7 000 sages-femmes sont entrées en formation. Hautement qualifiants, mis en place avec l’aide des gouvernements et ministères du pays, ces programmes de formation garantissent l’employabilité immédiate de ces jeunes femmes, à l’issue du cycle  et leur permettront d’assurer, en plus d’un accouchement optimal, un suivi tout au long de la vie des femmes et nourrissons dont elles se sont occupées: suivi de la grossesse, soins du nourrisson, vaccination des nouveaux-nés, éducation sexuelle des plus jeunes, prévention de la transmission du VIH mère/enfant, droit des femmes à disposer de leur corps, etc…

 » J’aimerais que le monde entier connaisse la situation des mères africaines et prenne conscience du besoin de sages-femmes formées pour les prendre en charge. La mortalité maternelle en Afrique est alarmante et pour moi, cette campagne est un pas dans la bonne direction. Il faut attirer l’attention du monde entier. Je suis juste une sage-femme mais il y a beaucoup de choses que je dois faire là-bas, là où personne ne va. Le monde a besoin de voir toute cela.« 

Esther Madudu

Esther Madudu, candidate au Prix Nobel de la Paix 2015 est porte-parole pour la campagne « Stand Up for African Mothers » (aux côtés de Graça Machel Mandela, épouse de Nelson Mandela) depuis 2011. Elle est le symbole de toutes ces femmes, sages-femmes dévouées, qui travaillent en milieu rural à améliorer les choses et qui mènent tous les jours, incognito, la danse de lutte contre la mort.

Grâce à une médiatisation poussée, l’AMREF n’est pas seule et peut compter sur le soutien de nombreux collectifs créés partout dans le monde. En France, une quinzaine d’ambassadrices, mères ou non, célébrités issues d’univers divers et variés, menant souvent une vie trépidante, se mobilise pour informer des progrès de la campagne et se réunisse régulièrement pour lever des fonds de soutien.

Quelques noms d’ambassadrices, femmes de coeur, célébrités engagées:

Aissa Maïga, Béatrice Schönberg, Caterina Murino, Caty Forget, Françoise Le Guennou-Remarck, Haweya Mohamed, Inna Modja, Laura Flessel, Marie-Josée Keller, Mathide de Calan, Mouna Kadiri, Muriel Gavila, Nadège Beausson-Diagne, Nicole Notat, Samira Ibrahim, Shirley Souagnon, Zazie…

Mais les ambassadrices de bonne volonté, ce sont aussi des centaines de sages-femmes françaises qui s’organisent pour aider à la formation de leurs consoeurs en Afrique et qui ont déjà permis, depuis 2013, de récolter près de 50 000 euros en faveur de ce programme de formation!

Une action à saluer chaleureusement…

Pour en savoir plus et faire un don:



Related Articles

Comment rester féminine malgré un cancer?

Nous avons été sensibles à l’appel de cette perruquière au grand cœur. Nous lui laissons la parole sur FP afin de sensibiliser le plus grand nombre à son projet de crowndfunding en faveur des femmes atteintes de cancer.

No comments

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Sentez-vous libre de commenter, s'il vous plait...