Mois : novembre 2015

Who is Tatou Dembele?

We all got different ways to express ourselves through art. Some can sing others can dance… Don’t be fooled by this innocent cute face this young lady can draw!

Mature, gifted, talented and passionate Tatou Dembele is a young Ivoirian-Canadian woman who was born with a pencil in her hand. She takes the art of portraying to another level. A pride for the continent! With more than 60 000 followers the young entrepreneur is also the founder of Ivorian Food, a website dedicated to ivorian gastronomy.

Follow your heart and intuitions. Be consistent. Never let any negative energy invade your mind and space. Be mindful of you circles. To top it all, be confident about yourself because you are absolutely worthy, she says.

What or how do you feel when you're painting?

When I paint, I feel great. I simply feel like doing what I love! I am excited and calm. Sometimes, I start with a project in mind and I end up with something completely different. I like to let my mind wander when I paint. You know, life can get very logical sometimes: A leads to B that leads to C and for you to go to E, you must cross D.

When I paint, I can go from E to D. I can stop there if I want. I can come back again and go from H to U and so on. I am absolutely free, within the limits of my canvas. What a contradiction (laugh)!

You're a foodie like me, what kind of food or drink inspires you?

I like colors. I love everything that is contrasted and full of colors: Vegetable salads, fruit salads, fresh virgin cocktails, and grilled fish especially during summer time. I love BBQ’s. I love African meals. I love sorbets. What a beautiful question. You had my mind going to the moon and back (laugh). I do have a website dedicated to the Ivorian Food: Ivorianfood.com. I suggest you to take a look at this!

How does your background impact your art?

I am a young and educated African lady living outside of Africa. I am aware of my chances and I am working hard toward my goals. Immediately, I believe that I am an asset for my continent. Everything that I sketch or paint is a reflection of my culture, that “thing” that defines who we truly are.

On one hand, I am deeply attached to my roots and I believe that we can see this into my sketches and paintings. Most of all, I love painting black women and children. To me, they are the most vulnerable and I feel it is a great thing to raise awareness.

On the other hand, I get emotional sometimes (laugh) and my everyday life and surrounding are also great sources of inspiration for what I produce!

How has your art changed overtime?

I believe that I draw and paint with more maturity now, more than before. I explore new subjects. I get involved into new projects that actually matter not only to me. I continue to have fun but more rigorously. I had the chance to practice a lot my drawing skills and my sketches and portraits are starting to look more realistic, I guess.

How do you react to critics?

Constructive criticism is absolutely welcome. How would I be able to do better if I do not take into consideration the feedbacks? “Tatou, this artwork looks good, but it would be better if you do something about the proportions for example…” I like this kind of feedback because I can pinpoint my weaknesses and work on them. I crave for constructive critics.

Is there any celebrity who bought their portraits?

I never even thought about selling a portrait to a celebrity (laugh)! All I want to do is gift the ones that I draw and that have the chance to meet with their portraits. In return, they offer more than the material things.

Tatou with Davido

What's the best piece of advice you've ever been given?

Summer 2015. As I was complaining to my father that people can be so mean at times, he interrupted me and told me, looking right through my eyes:

You are humble and that is good, but Tatou, you have to be very proud of yourself and never let anyone or anything affect you to the point of not being able to move forward“.

These words are dear to my heart. I want to thank my father for these words, after which, I never had the chance to complain again (laugh)!

What are your next projects?

I am thinking about my first art exposition and it is something that I have to work on. I am thinking of giving art sessions to my younger peers so that we can learn together and have fun while doing so. I see this as an extracurricular activity.

I also want to work on IvorianFood.com, my home business. IvorianFood is the reference on social networks in terms of image and recipes sharing when it comes to Ivorian cuisine. I am going to put IvorianFood on a whole other level.

site partenaire:

Pour voir l’interview en entier www.nowweseetv.com

Partager :

Olympe de Gouges: un modèle à suivre!

En 1791, elle écrit les droits de la femme et de la citoyenne. Elle est aussi une défenderesse des faibles et des opprimés, de cette « masse silencieuse » qui courbe l’échine, qui subit le joug des plus forts, des mieux nantis pour qui l’égalité est un gros mot.

Son action déterminée concerne aussi la lutte contre toute forme d’esclavage, pour l’assistance aux personnes âgées notamment leur hébergement, aux enfants et aux femmes en détresse.

Née à Montauban en 1748, elle étudie seule, assoiffée de connaissances vecteur indispensable à la réalisation de sa « mission », veuve à 18 ans, elle dépasse ce douloureux évènement en s’investissant toujours plus dans sa démarche vers le respect de la vie des humains.

Pour son combat elle apprend la maitrise du langage afin de forger sans violence, la plus puissante des armes fatales, « les mots », sans doute inspirée par le texte suivant :

  • « Un philosophe grec a un jour demandé à son serviteur Esope qui n’était pas moins philosophe que lui (il est d’ailleurs connu pour ses fables), de lui préparer le meilleur des repas.

Et Esope lui a servi une langue en disant : avec la langue on peut rendre heureux, on peut adoucir la douleur, soulager le désespoir, relever les abattus, inspirer les découragés, aider son semblable. Alors son maître lui a dit : eh bien, sers-moi la plus mauvaise des choses, et il lui a derechef servi une autre langue en disant : avec la langue on peut maudire et briser le cœur, on peut détruire des réputations, amener la discorde, la guerre au sein des familles, des communautés et des nations ».

(Recopié suivant les écrits de Fernand Legrand).

 

Olympe écrit plusieurs livres, des pièces de théâtre (dont Zamore et Mirza ou l’heureux naufrage, au répertoire de la Comédie Française à l’époque), des discours politiques, la plupart de ces phrases servent la cause de son projet humanitaire.

Elle s’illustre aussi avec ses articles qui critiquent et dérangent les pouvoirs en place responsables de toutes les inégalités supportées par ses concitoyens.

Après avoir traversé la « Révolution », puis dénoncé les violences indignes de 1792, cette belle jeune femme, Marie Gouze de son vrai nom, finira sa vie à 45 ans sous la guillotine au main du bourreau (c’est la deuxième femme à subir ce sort injuste après Marie Antoinette), suite à une parodie de jugement.

Son investissement généreux va perdurer et servir la cause des plus fragiles au sein de la société, son nom résonne toujours de ces actes pour être aujourd’hui encore un modèle à suivre.

DeGouges

Partager :

L’impasse: entre réel et irréel

Serait-il possible de rêver d’un monde poétiquement habitable?
Un monde qui ne serait plus aride?
Un monde dégagé de la violence et des fondamentalismes, où les hommes s’entre-tuent?
Un monde où la liberté et la paix soient le patrimoine le plus prisé de la vie?
Un monde qui ne rende pas le prochain, ni soi-même, une “chose”?

C’est au Théâtre Clavel ( Paris 19e) que La Compagnie Des Descendants a élu domicile depuis le 3 novembre.
Julien Romano, Jonathan Bruzat et Karen Peyrard y jouent “L’impasse”.
Une pièce furieusement d’actualité qui donne à réfléchir sur le sens de nos choix et de nos vies.

L'histoire...

Inspirée d’une histoire vraie qui pourrait l’être…

L’impasse relate un fait divers mettant en scène deux frères et une femme que tout oppose mais que le destin a décidé de réunir pour la seconde fois de leur vie.

Manque d’amour, fautes inavouées, destins bousculés…

Entre maladresse, incompréhension, rancunes, violence et désarroi, cette pièce est une invitation à la remise en question.

La remise en question de nos valeurs, de ce que nous sommes.

Surtout, elle nous fait nous poser une question essentielle :

“Ce qui nous arrive est-il écrit d’avance ou est-ce que nos choix peuvent changer notre vie ?”

Au sujet de la pièce...

L’impasse est une pièce axée sur l’être humain.

Avec cette pièce, j’ai voulu mettre en lumière les rapports qu’ont les hommes et les femmes entre eux aujourd’hui. 

Nous y présentons trois personnages, deux hommes et une femme, aux caractères différents mais possédant chacun leurs blessures.

Cette pièce est le reflet de cette capacité que nous avons à considérer notre prochain comme une «vulgaire» chose et ce, même s’il s’agit de notre sang.

L’être humain agit ainsi car plus personne ne lui apprend à aimer. Non pas parce que nous oublions ce que c’est, mais plutôt parce que l’amour est devenu tabou, délaissé au profit d’une autre forme de communication, la violence. Et cette violence est devenue «normale». Elle est normalisée et encouragée.

Relatant un fait divers avec tout ce que ce mot peut comporter de plus affreux et de plus énigmatique, L’impasse suggère cette part d’humanité qui réside en chacun de nous; cette part obscure et inavouée que nous cachons aux yeux du monde:

Nos failles, nos doutes, nos espoirs, nos rêves envolés, nos blessures…

Qui, aujourd’hui, ne s’est jamais senti pris au piège de cette impasse mentale, dans laquelle nous sommes confrontés à nos choix?

Pris entre un passé trop lourd et un avenir trop obscur, nous en oublions que c’est MAINTENANT que nous pouvons changer les choses. C’est MAINTENANT qu’il nous ait offert de changer, d’oublier, de pardonner et d’avancer.

L’avenir n’est pas tracé, il n’est pas écrit. Le destin peut nous précipiter dans des situations douloureuses, que ce soit pour notre mémoire ou notre cœur, mais il est toujours temps de DECIDER.

DECIDER de vivre et d’aimer sa vie ou décider de s’abandonner à un choix trop dur, une solution trop facile.”

Julien Romano, auteur et metteur en scène de “l’impasse”.

 

« Faire preuve de courage demande beaucoup de courage.  Aimer en demande encore plus. »

L’impasse

Théâtre Clavel

3, rue Clavel 75019 Paris

Du 3 novembre au 27 avril 2016

Tous les mardis et mercredi à 20h

Réservations: 07 64 07 87 78

Ce texte est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 3.0 Unported (CC BY-SA 3.0). 

Partager :

Le sérum sublimissime

argan 50ml
sérumgrandHD
huile graine figue 15ml dimensionné site
argan 50ml
sérumgrandHD
huile graine figue 15ml dimensionné site

                             Les produits Ever Bio Cosmetics sont connus des aficionados, des spas et autres instituts de beauté.

                                                                                                                                                                 La marque élabore des produits de luxe, à la portée de tous, exclusivement avec des huiles naturelles pures et bio, extraites par première pression à froid. Incroyablement hydratantes, ces huiles précieuses sont aussi naturellement efficaces contre les rides et les signes de l’âge de la peau.

Que vous souhaitiez retarder les signes de l’âge ou voir apparaître des changements sur votre peau déjà mature, que vous ayez la peau sèche, mixte ou grasse, cette gamme va vous plaire.

A l’occasion des fêtes de fin d’année, la marque propose différents coffrets dont un dédié à notre chouchou: le sérum Sublimissime. A base huiles d’argan et de graines de figue de barbarie pures, non coupées, issues de l’agriculture biologique, première pression à froid. Ce sérum a des vertus naturellement efficaces luttant contre les rides et les signes de l’âge. Ces huiles sont rares et précieuses, tout comme l’est votre  peau.

C’est pour cela que l’on aime leur slogan: “longue vie à votre peau!

coffretserumgrandhd
grand coffret EVER
grand coffret2 EVER

Partager :

Le jeûne ou la détox des déchets profonds!

Le jeûne est sans conteste le moyen le plus efficace pour désincruster les déchets de l’organisme. En effet, pendant la durée du jeûne, le corps ne recevant plus un carburant à brûler, il est dans l’obligation de le trouver à l’intérieur de lui-même. L’organisme va donc puiser dans ses propres tissus, cela s’appelle l’ « autolyse ». « Auto » signifie « soi-même » et « Lyse » représente la digestion.

Ce sont alors des enzymes qui agissent sur les différentes substances dont est composé notre organisme : protéines, graisses, sucre, etc. La nature étant bien faite, l’autolyse n’attaque bien évidemment pas tous les tissus de manière aveugle et indifférente. Sinon nos organes auraient été endommagés sitôt le jeûne commencé.

Lors de l’autolyse, les tissus sont dégradés du moins important au plus important c’est-à-dire que les moins utiles sont autolysés en premier, tandis que les tissus les plus importants le sont en dernier. Les organes vitaux, quant à eux, sont presque complètement épargnés.

La force vitale dirige donc d’abord, avec intelligence, l’autolyse des déchets puis celle des tissus pathologiques (tumeurs, graisses excédentaires…) et ce n’est qu’après que vient l’autolyse des tissus plus utiles comme ceux des muscles, de la peau, etc.

C’est dans ce procédé que réside toute l’efficacité du jeûne car les déchets sont dégradés en énergie utilisable et les toxines sont brûlées.

Conséquence : les déchets disparaissent des tissus organiques ; le terrain est nettoyé en profondeur. Le jeûne résout donc le problème de l’élimination des toxines incrustées en profondeur en les dégradant sur place.

Bien évidemment, plus le jeûne est long plus la quantité de déchets éliminés sera importante.

Conjointement à l’autolyse à lieu une mise à jour éliminatoire. En effet, à l’inverse d’une alimentation normale, lors d’un jeûne nous fabriquons moins de déchets que nous en éliminons. L’organisme a donc enfin la possibilité de se débarrasser des déchets qu’il est contraint de repousser dans les profondeurs tissulaires. Il rattrape ainsi son retard.

Lors de ces montées de toxines, la modification de la composition du sang se fait sentir sur l’état physique et psychique du jeûneur. Ce dernier peut se sentir abattu, épuisé, démoralisé ou oppressé. Des crises curatives plus ou moins violentes peuvent aussi avoir lieu. Mais cela ne dure que les premiers jours.

En plus de l’autolyse et de la mise à jour éliminatoire, un troisième phénomène à lieu pendant le jeûne : la régénération tissulaire.

Elle est possible par le nettoyage de l’organisme mais aussi par l’utilisation judicieuse des substances autolysées. Les éléments prélevés dans les tissus peu importants sont utilisés à la réparation de ceux qui en ont besoin. On peut donc noter la réparation de petites lésions, des plaies qui ne se cicatrisent jamais se cicatrisent enfin.

Le jeûne est donc “LA” méthode de désincrustage par excellence. Néanmoins elle ne peut être pratiquée à la légère et doit être adaptée au cas de chacun. Le suivi par un praticien est donc nécessaire pour le réaliser dans les meilleures conditions.

D’ici là, restez proches de la Nature.

NB: Jeune et Inanition

Le jeûne est la privation volontaire de tout aliment solide ou liquide, excepté l’eau dans un but particulier : diète, régime, cure, carême…. Alors que l’inanition est la privation non volontaire de nourriture qui entraîne l’épuisement, voire la mort.

Crédit photo: D.R.

Emmanuelle S. LEVIXHI

Naturopathe – Éducateur de santé

www.manu-naturo.fr

Partager :

Christina Galstian, une étoile de la danse qui rayonne dans la vie…

Christina Galstian

Son art est un sortilège délicieux parfumé aux effluves délicates de mille fleurs.

Dans ses rêves improbables, elle dessine des chorégraphies où ses personnages sont des anges qui glissent sur la piste avec la fluidité imaginée au rythme d’une musique qui fusionne chaque mouvement dans un spectacle enchanteur.

Sans baguette, sa magie transforme un ballet en cascade lyrique qui prend possession du spectateur grâce à son torrent d’émotions.

Attention, vous ne sortirez pas indemne de cette relation créée en « son espace » échappé du temps.

Christina et sa fille

Autrefois pour vivre en paix, Christina aurait dû masquer cette fascination qu’elle exerce sur les humains par son rayonnement. Aujourd’hui, ses talents incomparables de créatrice, d’interprète, d’animatrice et de maître de Ballet la désigne comme une artiste d’exception qui offre sans compter des instants de bonheur.

Compagnie Yeraz

Quelle fée a conçu, à partir de son imagination fertile, ce cocktail de valeurs spirituelles intenses: amour, générosité, sensibilité avec des qualités rares: créativité, énergie, romantisme, mélancolie-euphorie, perfectionnisme, intuition, humilité, pour concevoir la femme et l’artiste qui ne vit que pour le partage?

Compagnie Yeraz

Christina est arménienne. Pendant ses 19 premières années, elle vit dans son pays avant d’émigrer vers la France, sa deuxième patrie maintenant.

Ses origines, un métissage de cultures slave, orientale et occidentale, façonnent son esprit dès l’enfance. Ainsi plusieurs de ses talents se révèlent déjà et sont le reflet d’une multitude d’influences, sans doute la source de l’opulence de chacune de ses créations.

Christina est aussi la charmante maman d’une fille et d’un garçon qui l’adorent.

Avec son mari et ses enfants, ils se retrouvent au sein de la Compagnie Yeraz qu’elle a fait naître en 2000 et où ils partagent le même plaisir.

Prochain spectacle:

  • Le 21 novembre à Alfortville en région parisienne

Renseignements et réservations au 06 24 33 35 86

 

  • Pour en savoir plus sur la Compagnie Yeraz et son école de danse :

http://compagnie-yeraz.com/accueil.html

L’extrait de sa biographie contribue à comprendre l’étendue des capacités de cette personnalité hors du commun, pourtant si proche des autres au quotidien.

  • Etudes : Deug, Licence et Maitrise de Russe à la Sorbonne.
  • Langues parlées : français, arménien, russe, anglais.
  • Théâtre : Cours Florent (professeur Isabelle Nanty),

Rôles principaux dans: Peines d’amour perdues de Simon Abkarian – Ma Solange, comment te décrire mon désastre de Philippe Calvario – L’ultime chant de Troie de Simon Abkarian – Le roi Cymbeline d’Hélène Cinque.

  • Cinéma : YES de Sally Potter – La petite fille en costume marin de Marc Rivière – Le lac et la rivière de Sarah Petit – Aram (chorégraphie) de Robert Kéchichian – L’armée du crime de Robert Guédiguian – Un début prometteur d’Emma Luchini – Une histoire de fou de Robert Guédiguian.
  • Danse : Conservatoire National de Danse d’Arménie (danse traditionnelle et caractère),
  • En Arménie : Ballet National d’Arménie: Direction V. Khanamirian – Ensemble KROUNK: direction A. Kharibian,
  • En France : Ballets Gayane: danseuse – Ensemble Navasart: chorégraphe et danseuse – Compagnie Nakissa les sept pavillons d’amour: danseuse – Compagnie Nakissa Ümar Khayam: danseuse (danse persane),
  • Chorégraphie: Christina Galstian créée en 2000 à Alfortville – la Compagnie de danse YERAZ (environ 60 danseuses et danseurs).

Ses chorégraphies ont été présentées en France dans les salles les plus prestigieuses: Casino de Paris, Olympia, Théâtre des Champs Elysées – à l’étranger en  Belgique, Pays Bas,  Allemagne, Angleterre, Etats Unis, Porto Rico…

  • Télévision dans plusieurs émissions : La chance aux chansons de Pascal Sevran pour chorégraphies de danses arméniennes – Vivement Dimanche de Michel Drucker pour danses persanes avec Sharokh Galam Meshkin et Parfums d’Arménie de YERAZ.

Partager :

Mariana Ramos à la voix d’or

Portrait, à la manière d'un acrostiche...

M ariana, Dakaroise de naissance mais d’origine capverdienne, baignant depuis toujours dans les eaux turquoises de la Musique.

A moureuse mélomane mais pas seulement… Danseuse aussi depuis sa plus tendre enfance et souvent en concert.

R amos, comme Toy de Bibia, son père, guitariste de l’ensemble emblématique du Cap Vert Voz de Cabo Verde, avec qui elle a souvent joué.

I risée Mariana! Comme le timbre de sa voix ample, onctueuse qui se pare de milles éclats au contact des rythmes de la tradition capverdienne: le funana endiablé, la coladeira enjouée, le batucu ou la cola sanjon traditionnels…

Et se veloute et s’exalte quand elle s’enroule autour des accords nostalgiques de la Morna.

A son actif, 5 albums:

Di Dor em Or en 2000 (“de l’obscurité à la lumière” littéralement)

Bibia en 2004, en hommage à ses grand-mères et à toutes ces femmes dévouées et courageuses.

Mornador en 2008 (“le faiseur de Morna”)

SuaviDança en 2011 ( “mot-valise composé de suavité et de danse”)

– et Quinta en 2015Case Verde Productions qu’elle présente actuellement. “13 chansons miraculeuses, gorgées de sensualité, d’une gaîté instinctive et d’un vague à l’âme se délectant du souvenir du bonheur passé, une rêverie ravissante et si simple appelée sodade.” Bouziane Daoudi

N otoriété, comme celle qu’elle a peu à peu connue, au fil des années et des tournées, au fil des rencontres et des collaborations avec des auteurs-compositeurs surdoués, des musiciens talentueux partageant comme elle le goût de “la fusion des styles” et du métissage.

A rchipel de son coeur, lieu en titre de sa grande inspiration, sceau de sa création musicale, le Cap Vert chanté par Mariana Ramos sait cependant s’enrichir des multiples influences dont elle se nourrit (rock, samba brésilienne, tcha tcha créole, musique contemporaine africaine, jazz vocal, mazurka tropicale, musique pop…) et la palette de ce qu’elle offre n’en est que plus somptueuse.

Venez la découvrir (ou la ré-apprécier)
ce vendredi 27 novembre au New Morning à 20h30.
Vous en sortirez conquis!

Crédit photos: site de Mariana Ramos   –  Daniel Anger – Mindelo infos

Partager :

Vendredi 13 novembre 2015… Une nuit de guérilla à Paris…

La Rédaction adresse à toutes les victimes et leurs familles, qui souffrent de cette violence, ses pensées les plus émues…

De tous les pays, nous recevons des messages de soutien, pour la population parisienne, des prières qui prouvent la force du lien invisible qui nous relie tous.

Partout dans le monde, une vie qui disparaît provoque une vague douloureuse que chacun peut ressentir.

Il n’est pas question de différence, religion, couleur de peau, origine sociale, localisation géographique, tout cela s’efface pour apporter une force positive en faveur de la vie et de la paix.

Malgré l’émotion brutale de cette souffrance infligée à nos voisins, nos familles, nos frères, nous devons choisir le meilleur chemin pour dépasser ce choc indécent.

Beaucoup d’interrogations hantent nos esprits et font jaillir des questions sans réponses faciles.

Quel langage utiliser auprès de nos enfants? Ils ressentent cette douleur qui nous affecte, ils attendent nos propos rassurants…

Doit-on stigmatiser une population plus qu’une autre ou rechercher dans notre société les racines du «mal qui nous enflamme» et dans ce cas quelle démarche envisager?

La priorité aujourd’hui est sans doute d’organiser la protection de tous les pays où le danger existe.

Mais devons-nous apporter la guerre à la guerre ou choisir une voie humaniste qui est sans doute la seule qui peut  “bouleverser” durablement la spirale infernale de la barbarie?

En effet, il est facile de «récolter» dans une société fragile, des individus prêts à tuer et à mourir…

La riposte toujours plus forte va créer, quelle que soit la responsabilité des belligérants, des martyrs qui vont entretenir ce foyer.

Dans quelques jours, les dirigeants de la plupart des pays vont se rencontrer à Paris pour une «cause louable», l’Ecologie de la Terre, alors proposons-leur un acte de «folie» humaine, celui de financer, IMMEDIATEMENT, SANS COMPTER, une lutte implacable contre la pauvreté et tous les supplices qu’elle engendre…

Des milliers de milliards ont été utilisés pour «sauver le système bancaire», l’enjeu est encore beaucoup plus important…

Mesdames, Messieurs les gouvernants, cette folie vous rendra «Grands» dans l’histoire de l’humanité.

Oui, nous devons protéger nos enfants partout sur Terre… Tout de suite!

Nous avons les moyens de financer cette guerre pacifique, elle sera victorieuse, elle va transformer non seulement la vie de ceux qui subissent ces inégalités injustes mais aussi celle des mieux nantis, grâce à plus de sérénité et de bonheur du partage.

Photo: RFI Courtesy
En hommage aux victimes des attentats à Paris – Des centaines de personnes devant la porte de Brandenburg – Berlin – le 14 novembre 2015.

Partager :

Cet hiver, toutes au Pycnogénol®!

“Pycnogénol®: si ce mot ne vous évoque rien, il est grand temps de le compter comme l’un de vos alliés santé au quotidien.

Alors, le Pycnogénol® c’est quoi ? C’est un ingrédient santé naturel et “made in France” puisqu’il s’agit d’extrait d’écorce de pin maritime des Landes aux nombreuses vertus :

  • éclat de la peau
  • renforcement du système immunitaire
  • santé de la femme
  • énergisant naturel pour les sportifs

Tous ces bénéfices santé ont été démontrés depuis plusieurs années. Il s’agit d’ailleurs de l’ingrédient santé ayant fait l’objet du plus grand nombre de recherches et d’études !

Nous l’avons testé, associé à du zinc et de la vitamine C. En gélule, il est pratique et facile d’utilisation. Le Pycnogénol® réduit considérablement les effets néfastes du rhume (écoulement nasal, fatigue, nez qui coule, mal de gorge, fièvre). C’est un allié santé à privilégier toute l’année et particulièrement avant et pendant l’hiver.

Pycnogenol
Pycnogenol-gelule
Partager :

Les forces vives au féminin…

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) nous invite, par la voix de la Délégation aux Droits de la Femme et à l’Egalité, à réfléchir à la situation «inégalitaire» entre les femmes et les hommes dans notre pays.

Une étude présentée le 28 octobre par trois femmes dynamiques, Claire Guichet (Groupe des Organisations étudiantes et Mouvements de jeunesse), Geneviève Bel (Groupe des Entreprises et vice-présidente du CGPME) et Katherine Auberty (administratrice de la délégation) fait la démonstration d’une «condition» féminine qui doit évoluer.

Avant d’évoquer les «outils» proposés, nous pouvons en effet faire quelques constats troublants:

– Sur 581 députés actifs, 151 sont des femmes soit 26%.

– Sur 348 sénateurs, 92 sont des femmes soit 26,4%.

– Sur 101 présidences de Conseil Départemental, 10 sont des femmes soit 9,9%.

– en 2014, seulement 16 % des femmes sont Maires.

Dans toutes les structures de notre pays, nous retrouvons des situations identiques. Dans les entreprises les plus importantes, dans les associations, dans tous les rouages de la vie courante, les inégalités sont fortes.

Ensemble, les femmes et les hommes en marche
pour un projet de partage qui dépasse tout…

La considération de compétence est injustement dégradée, à égalité de diplômes ou de références, la rémunération est en moyenne inférieure de 20%;  à l’inverse les attentes, les exigences du “système” sont plus grandes.

En moyenne, la tâche ménagère est principalement à la charge de l’épouse ou de la compagne, même si elle exerce une activité professionnelle ou sociale, cela semble être la “norme”.

Pire encore, la confiance est “à géométrie variable”, les discriminations, notamment face aux actes violents, sont inexcusables et dangereuses.

En France aussi, les droits sont différents… Allons-nous réagir?

Nous avons de bonnes raisons pour cela.

L’histoire de l’humanité nous révèle que le “métissage” est la première source de l’Evolution, la femme dispose d’un savoir qui lui est propre, c’est une maman, elle apprend donc une “stratégie humaine” que la violence masculine tente trop souvent de lui contester alors que son regard est souvent une source intarissable d’équilibre.

Dans toutes les sociétés, le recours aux femmes est une bénédiction, il n’apparaît pas au premier plan, masqué par l’impudeur de ceux qui veulent se l’approprier, mais il est réel et indispensable.

Beaucoup d’hommes prennent conscience de cette “anomalie”. Tous ceux qui ne l’ont pas fait, peuvent avancer d’un pas pour contribuer à une meilleure qualité de vie pour tous.

La Birmanie, en panne de démocratie depuis de nombreuses années, nous montre la “voie royale” vers l’égalité et le progrès.

Hommes et femmes ont voté massivement (+ de 70 % des suffrages) pour le parti de l’opposante au régime en place, Aung San Suu Kyi, (ndlr, prix Nobel de la Paix en 1991) qui remporte 90 % des sièges dans les 2 chambres.

Bien entendu, nous allons suivre la “marche en avant” de ce pays de plus de 51 millions d’habitants, avec l’intime conviction de sa réussite sociale et démocratique.

Mesdames, des exemples comme celui-ci, pour la gouvernance d’un pays, dans le cadre d’activités professionnelles ou associatives, doivent vous inciter à “transgresser” les barrières, à montrer votre détermination et vos qualités en sachant que beaucoup d’hommes sont prêts à vous accompagner sur ce chemin certes difficile, mais éminemment excitant.

Oui, tout est possible…
Surmonter n’importe quel obstacle est possible,
il suffit de se projeter au-delà.

Quelques recommandations de « forces vives au féminin ».

* Eveiller les consciences sur les inégalités au sein des organisations,

* Positionner l'Organisation comme un espace serein et émancipateur,

* Diversifier les modèles d’investissement militant,

* Renforcer les politiques volontaristes de féminisation…

Partager :