Mois : janvier 2017

N'Zassa Mode

Festival N’Zassa Mode, L’Afro Optimisme, voyage au sein d’un arc en ciel de talents et de couleurs.

Avec la deuxième édition du Festival N'Zassa Mode, l'Afrique de la mode dévoile ses charmes et continue de séduire le monde avec des créateurs de génie, artistes de talent servis par des textiles ancestraux riches et variés.

A l’occasion d’une conférence de presse, à l’Unesco, le 24 janvier 2017, le thème de circonstance de cette deuxième édition a été dévoilé: Afro Optimisme. Mode, tourisme et solidarité sont toujours les mots clés de ce festival atypique. Rendez-vous est pris à Abidjan, du 9 au 12 mars pour une deuxième édition résolument “afro optimiste”.

Quelles sont les bonnes raisons de participer à cette prochaine manifestation?

N'ZessaMode 2

Le programme des réjouissances variées et attractives:

Outre une scène locale de la mode à l’échelle d’un continent et une hospitalité chaleureuse, c’est le programme qui séduit:

  • La Princesse Esther Kamatari, ambassadrice GUERLAIN, offrira à 50 jeunes de précieux conseils pour exceller dans leur carrière.
  • Au lendemain de la journée de la femme, une soirée “mémorable” va réunir 100 des femmes les plus influentes de Côte d’Ivoire avec en point d’orgue, un défilé de mode présentant “la Petite Robe Noire” dans un scénario imaginé par les meilleurs designers du pays.

Des échanges thématiques :

  • Qu’est-ce la Vision de l’Afro-Optimisme – En quoi la jeunesse doit s’impliquer ?
  • L’industrialisation de la Mode – Pourquoi et quelles sont les étapes ?
  • Soirée culture métisse – un cadre enchanteur qui mettra en avant de luxueuses créations pour exprimer «l’utopie optimiste d’envisager une Afrique avec ses grands noms de la mode»,
  • Ciss St Moïse, la Princesse Kamatari et Kréyann, avec le parrainage du Ministère de la Santé, seront en tête de la délégation de bienfaiteurs qui va offrir au CHU de Treichville une dotation afin d’améliorer les conditions d’accueil,
  • Un défilé de rue, sur «l’avenue 8 de Treichville» se déroulera dans une formule libérée, attractive, communautaire, un corps à corps avec la population profitant de la chaleur propre à Treichville, mêlée à l’ambiance du quotidien,
  • Après la découverte de la Capitale Ivoirienne, un parcours détente insolite des régions est réservé aux médias et invités internationaux s’étant déplacés pour le N’Zassa Mode 2017

Le marché de la mode: un vecteur de développement

Les opportunités, sur le marché africain de la Mode, de faire valoir l’énorme potentiel pour le vêtement d’élite, de luxe ou de prêt-à -porter sont élevées. Aujourd’hui, c’est l’artisanat qui prévaut, il doit rester important pour le haut de gamme mais il est nécessaire que la partie industrielle se développe pour répondre aux besoins grandissants de la demande.

Le marché de la mode est une porte béante ouverte aux banques et sponsors pour contribuer à l’essor économique inéluctable de l’Afrique.

N'ZassaMode 1
Nzassa-6 copie

Quelques chiffres qui rendent optimistes...

Habitant sur une superficie de 30,37 millions km², la population d’Afrique est actuellement de 1,216 milliards, ce nombre va doubler dans les 20 prochaines années….

Le développement économique et culturel vient de dépasser sa période d’inertie pour entamer sa première phase d’accélération….

Denise Houphouët-Boigny
Denise Houphouët-Boigny
Sidiki Bakaba
Sidiki Bakaba
Cissé Moussa et Princesse Kamatari
Cissé Moussa et Princesse Kamatari

Des intervenants de qualité

  • Cissé Moussa 

Il incarne depuis 25 ans l’excellence, le raffinement et l’élégance pour l’Homme. Il a fait de son nom, «Ciss St Moïse» la marque de Tropic105, la Maison de couture dont il est le fondateur et le dirigeant. Il appartient au cercle très restreint des grands designers africains.

Il est Ambassadeur de la ville de Grand Bassam, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012. Durant deux ans, entre 2014 et 2016, Ciss St Moïse est conseiller technique auprès du Ministère ivoirien de l’Artisanat et de la Promotion des PME. En 2013, il est élevé au grade d’Officier de l’Ordre du Mérite National.

Gardien de l’élégance africaine, Ciss St Moïse a remporté successivement, le Prix du Meilleur Fashion Show 2015 en Côte d’Ivoire, et celui d’Excellence du Meilleur Artisan 2016, remis par la République de Côte d’Ivoire.

Avec ses équipes, il lance la première édition du Festival N’Zassa Mode de Treichville. Une manière de célébrer le travail, la créativité et le métissage culturel sous toutes ses formes. C’est aussi le témoignage de la coexistence pacifique et harmonieuse des différents groupes de populations qui constituent aujourd’hui la Côte d’Ivoire.

  • Denise Houphouët-Boigny, Ambassadeur Délégué auprès de l’UNESCO

Son action, sa détermination et ses compétences permettent une évolution du patrimoine culturel ivoirien à un niveau jamais atteint. Tous les domaines sont concernés, la musique, la peinture, la sculpture, les arts littéraires, picturaux, l’artisanat et le «patrimoine» (par exemple, la réserve transfrontalière naturelle du Mont Nimba). L’éducation, la politique sociale et les sciences font partie de ses priorités.

  • Princesse Esther Kamatari, Ambassadrice de la Maison Guerlain

Née à Giheta, elle est membre de la famille royale du Burundi, exilée en France. Elle est écrivaine, Top Model chez Lanvin, c’est l’une des premières «mannequin noires» de l’histoire. Ses engagements humanitaires, notamment pour les femmes et les enfants, illustrent ses profondes qualités humaines, comme le démontre aussi son engagement en politique. Elle est élue, depuis 2008, conseillère municipale chargée de la solidarité internationale de la ville de Boulogne-Billancourt. En 2015, elle devient l’ambassadrice extraordinaire de la Maison Guerlain, fonction qu’elle utilise principalement pour le «bien des autres». Elle contribue à la formation au mannequinat dans les banlieues parisiennes, soutenue par la ville de Montfermeil et le groupe LVMH.

  • Sidiki Bakaba, Acteur, Réalisateur et Cinéaste

Il est directeur du Palais de la culture d’Abidjan à Treichville, de 2000 à 2011. Il dirige aussi l’Actor Studio (école de formation d’acteurs qu’il a créé). Il exerce plusieurs métiers du cinéma et du théâtre, acteur, comédien, metteur en scène, réalisateur, producteur, etc…

Amateur de Mode, il illustre son propos par «faire danser les habits», une belle expression pour faire un lien, corps et âme, avec ses vêtements.

Festival N’ZASSA MODE, L’AFRO OPTIMISME:

SOMArt_photo_1

Quand votre lit se fait objet d’art

Som'Art, un pari fou et réussi!

Créateur d’ALLOmatelas depuis 2006, Michael Haziza semble être toujours en avance d’une idée. C’est à la Plaine Saint Denis, à deux pas de la porte de la Chapelle, lieu emblématique de l’art du graffiti des années 80, que le spécialiste de la literie a choisi d’installer son show room. Ou plutôt sa galerie d’art contemporaine.

Michael Haziza

Car c’est bien de cela dont il s’agit. Depuis 2016, des centaines d’artistes lui ont fait confiance en adhérant à son idée folle: faire de notre lit un lieu d’expression artistique d’excellence. Le concept novateur a du sens: on passe, en moyenne, un tiers de notre vie dans notre lit! Autant s’offrir un voyage unique. Un matelas, un sommier, une tête de lit customisé par un artiste, laissant place à une véritable œuvre d’art, à une pièce unique. C’est le pari fou et réussi de Som’Art, le street art qui descend jusque dans votre lit. On adore!

[layerslider_vc id=”35″]

fitnessimageprincipale

3 bonnes raisons de boire le Silicium Organique G5®

Exclusivement fabriqué par le laboratoire irlandais LLR-G5 depuis 1999, selon la formule originale développée par Norbert Duffaut en 1959, le Silicium Organique G5® est désormais disponible en complément alimentaire.

Une première sur le marché français! Ce lancement est le résultat de près d’une décennie de recherches intensives menées par le laboratoire en collaboration avec des comités scientifiques internationaux.

Réalisé selon de très hauts standards de qualité et faisant de la sécurité, de la pureté et de l’efficacité ses priorités, le Silicium Organique G5® vient d’être jugé sain et source de silicium efficace selon l’EFSAl’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments.

Assimilable jusqu’à 70 %, le Silicium Organique G5® permet de maintenir les tissus conjonctifs en bonne santé et contribue ainsi à l’état de santé général et au bien-être.

preservative-free-500ml-3_1
Silicium organique sans conservateur - 500ml
silicium-organique-g5-gel-150ml-small
Silicium organique G5 gel 150ml
silicium-organique-g5-spray-small
Silicium organique G5 Spray petit modèle

Le Silicium Organique G5®, tour d’horizon de ses multiples bienfaits!

Au cours des années, les études scientifiques ont confirmé les résultats bénéfiques liés à la prise de silicium. Lorsque l’on sait que le silicium est essentiel, la supplémentation s’avère être une solution efficace pour se sentir en forme et bien dans sa peau.

Il intervient notamment dans trois grands domaines:

1) La santé des os et articulations:

L’efficacité du silicium a été démontrée pour accroître la densité des os. En effet, le renforcement des os et la formation du cartilage dépendent de l’apport nutritif en silicium combiné au calcium. D’ailleurs, les composés comprenant du silicium sont couramment utilisés en médecine orthopédique pour favoriser la guérison des os.

2) La santé cardiovasculaire:

La consommation de silicium contribue à maintenir les artères en bonne santé et aide à prévenir la formation de dépôts de graisse dans les artères, appelés plaques d’athérome.

3) La santé de la peau:

Le silicium joue un rôle majeur au niveau de la composition et du renouvellement du tissu conjonctif de la peau et aide ainsi à ralentir le vieillissement cutané. Il apporte également force et résistance aux cheveux et aux ongles.

Le Silicium Organique G5®, quelles particularités ?

. Une absorption et une biodisponibilité optimales: le Silicium Organique G5®  à boire est 4 fois mieux absorbé que le silicium minéral et ne s’accumule pas dans les reins, ce qui lui confère une efficacité optimale. Le silicium entre notamment dans la composition des tissus conjonctifs des os, des articulations, de la peau et du système cardio-vasculaire.

  • Une expertise scientifique qui s’appuie sur des comités internationaux de renom:

– Les Universités de Cambridge, Harvard et Londres ont mené une étude portant sur des liens entre la consommation de silicium buvable et la santé osseuse auprès de 2847 personnes (résultats publiés en 2004 dans le Journal of Bone and Mineral Research).

– Une autre étude a été menée auprès de volontaires au St Thomas Hospital à Londres et portait sur la biodisponibilité du Silicium Organique G5® en comparaison à d’autres formes de silicium (résultats publiés en 2009 dans le British Journal of Nutrition)

En somme, le Silicium Organique G5® peut être une solution efficace pour accompagner toute personne désireuse de prendre soin de son état de santé général.

Infos pratiques:
Flacons de 500 ml (21,50 €) ou 1000 ml (41,50 €)
o   En cure d’entretien : 10 à 20 ml 1 à 3 fois par jour, soit 1 à 4 bouteilles de 500 ml / mois
o   En cure intensive : 30 ml, 3 fois par jour, soit 3 bouteilles de 1000 ml / mois
 Disponibles en pharmacies, magasins bios et diététiques, ainsi que sur le site internet www.llrg5.com

Bonnets vintage Cabaïa: c’est le pompon!

Un peu fifties, un peu sixties et totalement 2017!

80 bonnets disponibles,
un choix de 50 pompons
soit 4000 combinaisons possibles
pour créer le bonnet de vos rêves.

Disponibles dans 50 “bars à bonnets” éphémères dans les plus grands centres commerciaux de Paris et sa Région, aux Galeries Lafayette, au Printemps, au Centre Beaugrenellle et partout en France et ce, jusqu’au 28 février prochain.

Vous y trouverez tous les styles (du vintage au pep’s, à motifs ou unis), toutes les couleurs, pour toutes les têtes (femmes, hommes, enfants, mixtes) et à un prix unique, 35 euros.

Un cadeau chic et chaud à petit prix!

Cabaïa, c’est aussi des écharpes et des chausssettes à assortir à votre bonnet pour un look “preppy”!

Faites-vous plaisir! Ce sont les soldes!

Commande possible aussi sur le site: www.cabaia.fr

La Révolution Numérique: accélérateur du Marché de l’Art?

Les différents rapports sur le marché de l’Art mettent un accent très fort sur le dynamisme du marché de l’Art, soutenu par l’ère du numérique. Si parfois, certains spécialistes et grands amateurs d’art le soulignent avec une part d’étonnement, d’autres confirment largement cette tendance.

Force est de constater que bon nombre de sites marchands ont éclos dans le monde, ouvrant les portes du possible de l’acquisition facile et rapide de créations contemporaines. Félicitons le modernisme et la dynamique parfois vorace de certains de ces sites qui créent progressivement une ubartisation.

Nous lisons ici et là, par exemple, en avant-propos du rapport HISCOX “Quels seront les grands vainqueurs des sites commercialisant de l’Art en ligne”.
En effet, la faim grandiloquente de certains sites souligne aussi un rapport monétisé et démesuré de l’univers artistique. Bien loin du génie et de l’univers créatif, ceux-ci montrent un signe alarmant de leur modèle d’industrialisation du marche de l’art.

La question selon moi repose sur le simple fait que l’Art et la création sont des biens précieux établis en théorie par des personnes qui n’ont pour seule volonté que d’exprimer leur talent, les joies et les peines d’une société, leur chemin idéal voire même leurs fantasmes et addictions.

De tout temps, la création a fait état d’un certain savoir-faire que d’autres n’ont pas. Tout le monde est en capacité de peindre, cependant, il est difficile de maîtriser son art et d’être en mesure de le faire évoluer en produisant de manière structurée, conjoncturelle et émotionnelle.

D’ailleurs, si nous posions la question suivante à de nombreux artistes: «Seriez-vous prêts à mourir si vous ne pouviez plus exercer votre Art?», je vous laisse apprécier la réponse éventuelle et le nombre bien moins représenté sur la scène internationale. Il y aurait alors beaucoup moins de sites marchands.

Ainsi, si l’on doit faire un focus sur la tendance du marché de l’Art, il me semble important d’apprécier ces quelques notions qu’il peut sembler utile de rappeler.

Nikki de Saint Phalle

Distinguons alors deux notions permettant de mieux quantifier la valeur d’une œuvre en dehors de certaines adjudications parfois dopées; La création, ouvrage structuré et réfléchi parfois très esthétique et pouvant être aisément reproduit à grande échelle ou à quelques différenciations près. Excluons la photographie et la sculpture, les arts visuels et numériques dont les codes sont assez réglementés.

L’Art conserve et conservera toujours ses lettres de noblesse, construit avec fougue, force, violence, rage, transcendance, obsession, délires, fantasmes, drogues, sexe, etc…

L’Art est, par nature, très personnel. C’est une essence dont seul le créateur est à même de connaître le code et que certains érudits tentent de décoder. L’Art est un outil de communication vibratoire qui permet à son créateur de faire passer des messages parfois très engagés et perçus par certains de ses admirateurs.

Pour revenir à la révolution numérique et au marché de l’Art, il n’y a nullement une opposition au développement du numérique, mais plutôt une mise en garde et une attention particulière à l’image mercantile qui risque d’annoncer un danger à l’image de l’excès de pouvoir qu’ont les institutions financières.

Ainsi, pour apporter une vision plus mesurée du rapport HISCOX ainsi qu’à celui d’Art Price, j’aurais tendance à penser qu’il n’y aura pas de grands vainqueurs, et surtout, il ne faut pas de grands vainqueurs pour continuer à faire vivre le marché de l’Art.

Adopter un modèle économique identique à l’industrie, c’est mettre en péril à terme sa propre rentabilité ainsi que sa longévité, et, in fine, tuer encore un peu plus ceux que nous admirons.

La mesure et la modération ont toujours été des gages de pérennité permettant de traverser les ères par vents et marées. Nous pouvons féliciter cette approche portée par les grandes maisons de ventes aux enchères qui évoluent avec leur temps sans tomber dans l’excès d’un effet de mode.

Lecture et analyse du marché de l’Art en ligne:

  • +24% au cours des 12 derniers mois malgré une diminution des ventes aux enchères en 2015.
  • 60 % de hausse pour les sites d’enchères exclusivement en ligne tandis que sotheby’s et christie’s sont à plus de 10% environ.
  • 92% des acheteurs pensent acheter autant ou davantage d’œuvres dans les 12 prochains mois et seulement 8% pensent en acheter moins.
  • Seulement 51 % des acheteurs sont désormais réticents à acheter en ligne en 2016 contre 61% en 2015. Cependant les acheteurs novices évoluent très peu car 43% en 2016 versus 41% en 2015.
  • Les grandes maisons de ventes aux enchères continuent de bénéficier d’une très bonne opinion et renforcent leur statut en s’adaptant au modèle numérique tout en préservant leur modèle traditionnel.
  • Une lente adaptation de galeries à l’ère du digital: Seules 28 % des galeries offrent la possibilité à leurs clients de payer en ligne via le “click and buy”. Par contre 41% d’entre-elles passent par des sites majorés pour effectuer ce type de transactions.
  • 39% des galeries n’ont pas mis en place de stratégie d’e-commerce et plus de 60 % n’ont pas créé de collaborations en marque blanche.
  • 3,27 milliards de dollars de ventes en ligne dans le monde en 2015 avec un “trend haussier” permettant d’imaginer un niveau de vente avoisinant les 10 milliards en 2020. Ces perspectives sont symétriques avec l’industrie du luxe en ligne.

Compte tenu de ces éléments chiffrés, il est tout de même difficile pour un professionnel du marché de l’Art de ne pas envisager de créer un partenariat avec une structure permettant de mieux diffuser et vendre les objets mis en vente selon un modèle.

Il est toutefois primordial de ne pas se noyer dans la masse industrielle de certains sites qui ont tendance à “ubériser” le marché de l’Art. Les ventes d’Art en ligne n’ont pas que des effets négatifs, puisqu’ils ouvrent les frontières du marché au profit d’investisseurs mondiaux alors que dans le modèle plus traditionnel, la proportion régionale était plus dominante. Cette vitrine internationale permet aux acteurs du marché de l’Art d’avoir un catalyseur important, évitant les risques systémiques liés à une conjoncture locale parfois plus morose.

Notons également que les entreprises à taille humaine dans le Monde ont à cœur d’améliorer leur image de marque et moderniser l’image de l’entreprise au travers de l’art contemporain, désormais plus accessible grâce aux sites en ligne d’une part, mais aussi à leur possibilité de financer leurs acquisitions grâce au leasing. Cette pratique, jusqu’alors beaucoup plus usitée dans les pays anglo-saxons, tend à se démocratiser petit à petit en Europe et notamment en France, pour des raisons fiscales.

La tendance se confirme grâce aux sites comme galeriebeauxarts.com qui propose des modèles de financements adaptés aux besoins des entreprises européennes, notamment en France, Belgique, Luxembourg et Suisse.

Les banques françaises, quant à elles, ont toujours une vision trop étriquée du marché de l’Art et n’ont pas encore parfaitement intégré l’idée que ce serait pour elles une possibilité d’améliorer leur produit net bancaire en fluidifiant ce type d’opérations d’une part, et d’autre part, en évitant de flirter avec des taux proches des taux d’usure.

Ce serait, pour elles, un moyen éventuel de capter une nouvelle source de clients, souvent esthètes et fortunés, en permettant à des structures comme galeriebeauxarts.com d’accompagner un plus grand nombre d’entreprises à ce type d’investissements et leur permettant de conjuguer image de marque et fiscalité.

Nouvelle population d’acquéreurs, nouveau modèle économique, Mais objectif similaire.

Quelques soient les achats, traditionnels ou en ligne, les acheteurs ont le même mode d’appréciation. L’esthétisme et le rapport émotionnel est prédominant avec 92% des acquéreurs représentés.

Ensuite, se pose la question du: «Combien vaudra mon œuvre demain?».
57% ont un profil d’investisseurs. 44% de la population d’investisseurs le font pour des raisons identitaires tandis que 39% le font pour des raisons sociales.

Enquête auprès des galeries:

  • En 2016, stagnation de la solution interne de l’e-commerce avec partenariat tiers.
  • 26% se sont rapprochées de sites plus industriels pour fluidifier leurs ventes tout en diminuant conséquemment leurs marges.
  • 15% ont construit leur propre site d’E-commerce contre 22 % en 2013.
  • 39% n’ont pas de stratégie de développement en ligne.
  • Pour les galeries ayant une activité d’e-commerce, 52 % d’entre elles ont une clientèle internationale. Le réseau national étant soutenu par l’investissement au travers des sociétés soucieuses d’améliorer leur image de marque par des achats qualitatifs.
  • 59% notent des clients réguliers en ligne avec leurs partenaires d’e-commerce spécialisés.
  • Les galeries en ligne passant par les sites industriels plafonnent pour plus de 80 % sur des niveaux de ventes inférieurs à 12 000 euros dont 58 % sur des niveaux inférieurs à 6000 euros et 41% entre 1000 et 6000 euros.
  • Les sites plus élitistes ayant des critères plus restrictifs dans leurs catalogues ont un panier moyen de 30 % supérieurs aux sites industriels. Les montants et la multi-vente y étant plus forte.
  • Les nouveaux clients acheteurs en ligne auprès des galeries représentent 60% de la population ayant 20 et 50 ans, presque 60 %sont des femmes.

L’Europe est largement représentée dans la typologie d’acquéreurs mondiaux puisqu’ils représentent à ce jour 60 % de la population. 25% sont sur le territoire américain, cependant le panier moyen est plus élevé sur ce même continent.

La donne change progressivement avec les investissements de plus en plus importants en Asie, Pacifique, Afrique du sud et l’Inde.

En conclusion :

Je constate que le marché de l’Art reste et demeure un terrain passionné et passionnant, représentant fidèlement l’évolution des peuples, des événements et de l’économie mondiale. En perpétuelle et constante évolution, le marché de l’Art est un acteur incontournable de l’économie mondiale, lequel permet parfois d’être un amortisseur économique mais aussi un accélérateur. Du classicisme au Street Art, le monde n’a eu de cesse de tourner avec cet indicateur socio-économique. L’Art est un outil moderne de communication, mais il est aussi un moyen de mise en garde sur les modèles économiques parfois trop audacieux et mettant en péril les fondements même de ce qui doit représenter une économie saine et raisonnée.

Crédit photos: Marc Falardeau – Torley – Art Poskanzer – Smabs Sputzer