3 questions à Yvette Tai-Coquillay

La neuvième édition du Labo International se tiendra à Paris les 12, 13 et 14 juin, à la Cité de la Mode et du Design. Appelé, jusqu’en 2014, Labo Ethnik cet événement est à la fois un merveilleux tremplin et une belle vitrine pour les jeunes créateurs, mais aussi pour les plus confirmés. L’occasion de découvrir leurs collections, de nouer des liens d’affaires et de réfléchir aux différents enjeux de l’industrie de la mode.
Sa ravissante fondatrice, Yvette Tai-Coquillay, répond aux trois questions de FP.

Vous préparez la 9ème édition de votre événement mode multiculturel. Pourquoi changer de nom maintenant?

J’ai choisi le nom de LABO INTERNATIONAL pour créer une ouverture, et par la même occasion, donner une invitation aux créateurs d’autres pays. Je souhaite que les créateurs présents au Labo bénéficient d’une visibilité sur le marché national autant que sur le marché international. Je veux que l’événement devienne réellement fédérateur pour donner de nouvelles perspectives et opportunités au Labo.

Le Labo est avant tout un découvreur de talents. Quels sont les nouveaux talents que vous allez présenter au public parisien cette année?

Cette année, notre cher public parisien pourra découvrir des créateurs déjà établis dans leur pays tels que les créateurs sud-africains: Gavin Rajah ou Marianne Fassler. Il y aura des créateurs émergents tels que Greg Native, Mcmecka ou encore Neidy Boueth qui a travaillé dans les bureaux de style des Galeries Lafayette ou même en tant que maroquinière au sein de la maison Chanel.

Quels seront les temps forts de cette manifestation?

Les temps forts du Labo: une table ronde sur “Les enjeux et les opportunités de la confection, de la fabrication et de la distribution pour la création africaine” aura lieu le vendredi 12 juin à partir de 14h avec des experts. Il y aura aussi la soirée d’inauguration qui débutera le vendredi 12 juin à partir de 18h30, durant laquelle aura lieu un défilé avec des pièces des créateurs que j’ai choisies de mettre en avant.

Enfin, la “Boutique du Labo” est une nouveauté. C’est un stand sur lequel je mettrai la sélection de mes pièces favorites qui resteront exposées durant les 3 jours de salon.

En conclusion, je dirai que, cette année, le Labo se présente sous un nouveau nom et un nouveau format. Mes objectifs ont aujourd’hui évolué, je souhaite vraiment élargir la portée de l’événement pour le futur et même, si possible,  le faire voyager.

Partager :

créateurs, défilés, Labo International, mode, Yvette Tai-Coquillay


Avatar

FP

Ecrire pour mieux faire parler son coeur...