Breaking News

  • Jazz Color à Groslay!

    Groslay accueille son premier festival de Jazz. Pour cette première édition,la ville a choisi de proposer en plein air et totalement gratuitement une programmation éclectique et de haut calibre. Annick Tangorra nous éclaire…

    Partager :
    ...

  • Emoi Photographique

    A Angoulême, se déroule actuellement et jusqu’au 30 avril, un Festival de photographie, sur le thème de l’Histoire. Des photos qui ont tout à dire, certaines poignantes, d’autres joyeuses ou encore tendres…

    Partager :
    ...

  • Lis Thé Ratures: 3 espaces en un seul et même lieu

    Le lieu est atypique et agréable. Né à l’initiative d’une passionnée de littérature et de cultures africaines. Son “salon de thé-librairie-espace de coworking” lui ressemble. Il est métissé, accueillant et ouvert sur tous les mondes…

    Partager :
    ...

  • Tony Carreira dans le coeur des Femmes!

    Nouvel album de Tony Carreira, véritable phénomène dans son pays natal, le Portugal mais aussi dans le monde…11 duos, 11 déclarations d’amour, 11 grands classiques de la chanson populaire française.

    Partager :
    ...

  • Michelle Jean-Baptiste signe «Bao Wei 宝味»

    Un instant dans le rêve, alors la lecture nous téléporte en Chine pour un voyage initiatique aux saveurs gourmandes…

    Partager :
    ...

  • Y’a pas d’avion à Orly

    Théâtre: S’il n’y a pas d’avions à Orly, on vole tout de même au dessus d’un nid de coucous!

    Partager :
    ...

David de la Mano, prince du Street Art…

David de la Mano, prince du Street Art…

Le Street Art « l’Art Urbain » désigne des représentations artistiques, sous toutes leurs formes, accomplies dans la rue ou tout autre lieu public et dont le plus souvent la durée de vie est limitée.

Graffitis, tags voient le jour au début des années 60, probablement aux Etats Unis, il s’agit d’un moyen d’expression, pour montrer que le « tagueur » existe, qu’il a des choses à dire, contester les « institutions », s’opposer aux pouvoirs et s’amuser.

Ainsi les sites choisis pour « dialoguer » sont exposés au public, le plus visible possible par le plus grand nombre, bien sûr sans autorisation, les graffeurs préfèrent même les emplacements à risque, cela fait partie du jeu.

Les outils utilisés sont d’abord, la craie, la peinture en bombe, le pochoir, puis ils continuent d’évoluer pour s’affirmer toujours plus.

Né d’un mouvement identitaire, ce « langage » qui s’est répandu à travers le globe va s’imposer comme une nouvelle forme d’art élargissant son spectre du dessin à la peinture, à la calligraphie puis enfin à la sculpture, pour devenir légal, finalement recherché par les « institutions » grâce à ses qualités visuelles toujours plus impressionnantes.

A Paris, quai de la Gare dans le 13ème arrondissement « les Frigos » est un bâtiment né peu après la guerre de 14-18 à l’initiative La Compagnie Ferroviaire de Paris-Orléans pour stocker, conserver les « produits frais » devant être livrés et vendus aux « Halles » il tombe en ruine après la migration de ces derniers à Rungis et l’évolution des techniques de conservation.

En 1985 une restauration des lieux est décidée qui va conduire à l’établissement d’une « cité de créateurs et de producteurs », l’un des plus importants pôles artistiques de la capitale, « Centre Mondial » du Street Art.

Mehdi Ben Cheikh crée en 2004, la Galerie Itinérance, après le départ dans le Marais de toutes les autres. Il se focalise sur « l’Art Urbain » aidé par son association dont l’objectif est de permettre aux artistes d’investir les « lieux de Vie » nécessaires à leur expression, grâce à l’appui de Jérôme Coumet maire du 13ème arrondissement, des réalisations impressionnantes voient le jour notamment la fameuse « Tours 13 » plus importante exposition de Street Art en ligne, maintenant démolie.

Avec son plafond haut, sa mezzanine, un look décalé, après d’autres artistes, la Galerie accueille David de la Mano du 13 février au 14 mars 2015 personnage talentueux, espagnol de 40 ans, qui nous fait découvrir à travers ses œuvres, dans la rue ou dans les expositions un monde en équilibre où les humains et la nature sont intimement liés dans un mouvement perpétuel.

L’artiste s’est imposé dans ce nouvel art, en 2006 après avoir fait des études de dessin, réalisé des illustrations dans des livres de contes pour enfant, puis en devenant professeur.

Avec son « compère » et ami d’enfance ils fondent en 2007 « Movimiento Senora » projet pour la création de peintures murales dans des zones « difficiles », ils s’associent tous les deux à la réalisation de plusieurs ouvrages dans différents pays.

Né d’un mélange détonnant produit par notre société avec ses inégalités, ses injustices, ses excès son manque de reconnaissance, son absence de communication avec les moins favorisés mais qui cependant laisse passer dans les mailles de son filet des « créateurs généreux », le Street Art ne laisse pas indifférent. Il nous interpelle, avant de nous séduire par la prouesse de ses réalisations sur des sites improbables et ses qualités artistiques indéniables.

EL Seed, graffiteur français né de parents tunisiens a écrit cette belle phrase :

La fresque est un prétexte pour entamer une conversation. Dès lors qu’un mur est fini, cette conversation n’existe plus qu’entre le spectateur et l’œuvre.

Vous aimez le Street Art, retrouvez-le :
Galerie ITINERRANCE – 7, bis rue René Goscinny – 75013 PARIS – Tél : 01 53 79 16 62

http://itinerrance.fr/galerie/
http://itinerrance.fr/blog/
http://itinerrance.fr/expositions/

Par Jean-Marie Halper.

PHOTOS/ David de la Mano – Pan Negro @ Itinerrance Gallery

Articles similaires :
Partager :

Tags assigned to this article:
David de la ManoGalerie ItineranceStreet art