Des vertus du confinement

S’il y a un terme qui ne vous a pas échappé ces derniers temps avec la Pandémie de Covid-19 qui touche le monde ; c’est bien le mot confinement. Vous l’entendez et le voyez partout. Il fait désormais parti de votre vocabulaire. Que vous soyez pour ou contre la méthode. Revenons d’abord à la définition première de ce terme : Le confinement revient au fait de confiner, d’enfermer dans un volume restreint. Dans le cadre d’une épidémie, le confinement consiste à obliger une population à rester à domicile afin d’éviter la propagation du virus. Il s’est révélé que la meilleure façon de lutter contre le coronavirus, reste ce fameux Confinement.

Malgré son efficacité, le confinement reste une mesure de dernier recours. Car il reste une solution couteuse économiquement et peu populaire, même si les populations comprennent souvent sa nécessité. Cette situation semble particulière et peut même être déprimante pour certains. Le fait de voir ses libertés primaires restreintes peut-être déroutant. Mais au-delà de toutes ces contraintes et restrictions, si on essayait de trouver des côtés positifs au confinement ? 

Tout d’abord nous étions nombreux à nous plaindre de manquer de temps dans la vie de tous les jours.  Du temps pour nous, pour profiter de notre famille. Du temps pour nos projets personnels. Une chose est sûre avec le confinement du temps nous en avons ! Pourquoi ne pas en profiter pour renouer avec l’essentiel ?

Nombreux sont les philosophes qui ont déjà étudié ce nouveau concept et il se trouve qu’il n’y a pas que du négatif dans le confinement. Pour la plupart des philosophes qui se sont penchés sur le sujet, cela permet une introspection profonde sur le sens de nos vies. Selon Alexandre Lacroix,  il s’est révélé : « une certaine chaleur » dans les relations humaines depuis le confinement :

« Les gens se demandent des nouvelles les uns des autres, entre collègues. Il y a une proximité qui s’installe, un surcroît de civilité, de politesse. Il y a pour le moment une revivification des liens humains…».

Cet avis rejoint celui de Vincent Cespedes. Selon cet autre philosophe, le confinement permet de repenser la société ensemble: « Plus on a peur plus il faut penser ensemble ; et donc on crée une communauté connective, bouillonne, rigolote, potache, mais aussi qui avance. Philosophiquement on trouve des nouveaux concepts et de nouveaux outils intellectuels pour penser cette crise.»

Vincent Cespedes nous rappelle aussi, que malgré l’angoisse que le confinement peut générer, c’est le temps idéal pour la méditation ; pour stimuler son esprit. L’absence de contact montre à quel point on a besoin de l’autre pour vaincre cette angoisse. Il poursuit : « Il ne s’agit de romantiser un drame ; mais de tirer parti de ce nouveau souffle sociétal grâce aux technologies et nous pouvons travailler ce que j’appelle l’intelligence connective. Nous étions dans l’intelligence collective, on se donnait rendez-vous on se touchait, on faisait des brainstormings ; là nous devons tous développer une intelligence connective qui utilise les réseaux pour gagner en hauteur ensemble. Et aussi en amitié concitoyenne/…/ Si nous sommes confinés, il ne faut pas que l’esprit lui aussi soit confiné.»

Créativité, solidarité, nous voyons ici que l’homme s’adapte à toute situation et en tire toujours des bienfaits. Quelques soit la gravité de cette dernière. A travers le monde, les initiatives foisonnent de partout depuis ce confinement. Et puis il y a ce sentiment de faire partie d’un tout.

Au-delà de cette prise de conscience profonde ; cette période permet aussi de vaincre la maladie de la procrastination qui nous fait remettre au lendemain les choses essentielles. Et pourquoi ne pas en profiter pour renouer avec nos passions d’antan. Nous l’avons vu à travers les réseaux sociaux,  nombreux se sont découvert une passion pour la cuisine, la pâtisserie par exemple. Pourquoi ne pas essayer d’exploiter cela lorsque l’on sortira de cette période ?

Beaucoup en ont également profité pour faire un grand ménage de printemps. Car oui repenser son espace, remettre de l’ordre dans ses affaires fait aussi un énorme bien. Et mettre de l’ordre autour de soi permet de mettre de l’ordre dans sa tête. Cela aussi compte quand on voit combien le confinement impose de prendre ses marques.

Malgré que  ce que nous vivons actuellement soit dramatique, cette petite pause dans nos vies reste essentielle de temps à autre. Car pour une fois la vie humaine prend le dessus sur le côté économique, dans un monde ou la mondialisation effrénée avait pris le dessus. Vu qu’il nous reste encore quelques semaines de confinement, le maître mot sera : Renouer avec l’essentiel ! A chacun de définir son essentiel…

Partager :

confinement, essentiel, méditation, relations humaines

Commentaires (7)

Répondre à FP Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *