Le lâcher-prise

Le lâcher-prise (Première partie)

«Je compare la vie aux cordes d’un instrument de musique, qu’il faut tendre et relâcher pour qu’elles rendent un son plus agréable ». De qui est donc cette invitation au lâcher –prise et, donc à la découverte du Moi véritable?

Le lâcher-prise, c’est laisser aller ce que l’on tenait avec force. A ce sujet, Jean Klein nous donnait ce conseil : « Acceptez la vie comme elle vient. La voie la plus sûre pour découvrir la vérité est de ne plus résister à ce qui se présente ».

Certaines personnes ressentent le besoin de toujours contrôler les choses dans leur vie et, autour d’eux. Non seulement, ils refusent d’accepter leurs limites mais considèrent celles-ci comme un véritable signe de faiblesse. Pourtant, lâcher-prise ne signifie en aucun cas renoncer. Bien au contraire, c’est une invitation à un changement réel de notre façon d’interpréter ou de percevoir les choses. Se libérer des poids inutiles dans notre quotidien c’est accepter de progresser. A quel moment peut-on dire qu’il est temps de changer les choses? Quand doit-on enfin se décider à lâcher-prise ? Il existe pourtant, des signes qui ne trompent pas…

Avouons-le, tous, à des degrés divers, nous aimons bien avoir le contrôle, que ce soit sur notre travail ou des parties de celui-ci, sur notre vie personnelle, sur nos émotions et, parfois même sur les autres. Nous aimerions bien parfois avoir le contrôle sur des événements qui, justement, sont hors de notre contrôle. Lorsque nous réalisons que nous ne pouvons changer ni les événements ni les autres et que nous pouvons seulement changer notre façon de les percevoir, nous sommes dans le lâcher prise. Nous nous donnons alors une chance de vivre moins de stress. De la même façon, lorsque nous modifions notre action pour arriver à un résultat, nous faisons preuve de flexibilité et de notre habileté à décrocher d’une conduite stérile. Dans tous les événements qui nous arrivent, il est important de faire la différence entre ce que nous pouvons contrôler, ce que nous pouvons influencer et ce que nous ne pouvons ni contrôler, ni influencer. Faire une distinction entre les trois est sans doute une première étape dans le lâcher prise. En faisant un petit effort, nous pouvons de façon très simple apprivoiser le lâcher prise en l’opposant à son contraire : le contrôle.

La semaine prochaine, je vous propose dans la continuité du vaste thème du lâcher-prise de découvrir le parcours de Jean Klein et, ses apports.

N’hésitez pas à me faire part des sujets et des questions qui vous interpellent, envoyez moi vos avis, remarques et, demandes personnelles par e-mail sur makoumanji@gmail.com

Je serai ravie d’y répondre !

Par Mâ KOUMANJI

email : makoumanji@gmail.com
tél. : 06 05 79 36 62

Partager :

Culture, Le lâcher-prise, Mieux être, Soi, voyage au centre de soi


Avatar

FP

Ecrire pour mieux faire parler son coeur...