Breaking News

  • Jazz Color à Groslay!

    Groslay accueille son premier festival de Jazz. Pour cette première édition,la ville a choisi de proposer en plein air et totalement gratuitement une programmation éclectique et de haut calibre. Annick Tangorra nous éclaire…

    Partager :
    ...

  • Emoi Photographique

    A Angoulême, se déroule actuellement et jusqu’au 30 avril, un Festival de photographie, sur le thème de l’Histoire. Des photos qui ont tout à dire, certaines poignantes, d’autres joyeuses ou encore tendres…

    Partager :
    ...

  • Lis Thé Ratures: 3 espaces en un seul et même lieu

    Le lieu est atypique et agréable. Né à l’initiative d’une passionnée de littérature et de cultures africaines. Son “salon de thé-librairie-espace de coworking” lui ressemble. Il est métissé, accueillant et ouvert sur tous les mondes…

    Partager :
    ...

  • Tony Carreira dans le coeur des Femmes!

    Nouvel album de Tony Carreira, véritable phénomène dans son pays natal, le Portugal mais aussi dans le monde…11 duos, 11 déclarations d’amour, 11 grands classiques de la chanson populaire française.

    Partager :
    ...

  • Michelle Jean-Baptiste signe «Bao Wei 宝味»

    Un instant dans le rêve, alors la lecture nous téléporte en Chine pour un voyage initiatique aux saveurs gourmandes…

    Partager :
    ...

  • Y’a pas d’avion à Orly

    Théâtre: S’il n’y a pas d’avions à Orly, on vole tout de même au dessus d’un nid de coucous!

    Partager :
    ...

Leïla Chicot, les fastes d’un style et la beauté d’une voix

Leïla Chicot, les fastes d’un style et la beauté d’une voix

Une voix souple et apaisante comme une caresse, un timbre à peine voilé, empreint d’une tendresse toute charnelle.

Née en région parisienne d’un père guadeloupéen et d’une mère martiniquaise et grandie dans une cité de Point-à-Pitre, dans l’ancienne Karukera, Leïla Chicot est l’égérie incontestable du zouk-love, réservoir inépuisable du sentimentalisme créole.

Ancienne Miss Carnaval en 1996, elle sort quatre ans après son premier album, Excess, qui lui permet de gravir tous les échelons de la notoriété jusqu’à la parution, en 2009, de Renaissance.

Sacrée première étoile d’un genre qui fait des ravages aux Antilles depuis une trentaine d’année et pas mal d’émules en Afrique, surtout au Cap-Vert, au Gabon et en Côte d’Ivoire, Leïla s’impose au public avec son propre style, une l’alliance impertinente de candeur et malice.

Dans Divinement Love (Aztec Music/Couleurs Music), son dernier album récemment paru, la chanteuse décline la complainte amoureuse avec grâce et entrain, accompagnée par la langueur des guitares et le battement binaire aux ondulations sensuelles.

Le 20 avril dernier au Cabaret Sauvage, la prestigieuse salle parisienne des musiques du monde située dans le 19ème arrondissement, la vocaliste du Sixième Continent a célébré ses 20ans de carrière devant un public ébloui par ses mélodies célestes.

Ses fans l’appellent la Divine et Leïla Chicot souligne, à propos de ses compositions, qu’elle aime écrire dans le ciel.

Mais le charme de ses chansons et les raisons de son succès demeurent surtout dans la rencontre d’un souffle aérien, presque spirituel, avec la sensualité ardente de la terre où se trouvent ses racines.

Articles similaires :
Partager :

Tags assigned to this article:
CultureLeila Chicot