Nos Ancêtres les Gaulois

by Karine Barclais | 29 septembre 2016 8 h 00 min

«J’ai de mes ancêtres les Gaulois… la cervelle étroite», dit Rimbaud dans Une saison en Enfer.

“Si les Gaulois sont prompts et ardents à entreprendre une guerre, pour supporter les désastres, leur esprit est mou et sans résistance” déclare encore Jules César.
Avant que naisse le mythe de ces ancêtres gaulois, il semble donc qu’on s’en revendiquait autant que de son oncle gâteux aux relents d’urine ammoniaquée.
Si jusqu’aux années 60 environ, de nombreux écoliers d’Afrique et des Antilles (et plus généralement des anciennes colonies) ont dû réfuter le témoignage de leurs yeux et apprendre que leur ancêtres étaient ces géants aux cheveux blonds que véhicule l’imagerie populaire, il y a longtemps que ce folklore a laissé place à la vérité historique, même si l’actualité récente nous révèle que cette fable est encore racontée à une frange de la population.
On pourrait continuer à en rire, à lever les yeux au ciel, à s’indigner. Mais les Français pourraient en profiter pour s’interroger individuellement et collectivement sur ce qui leur donne ce sentiment d’appartenance au peuple français, au-delà de la carte d’identité. Parce que rien n’interdit de donner une réponse raisonnable à une question ou une déclaration absurde.
Etre Français, est-ce aussi superficiel que le phénotype ou la couleur de peau ?
Etre Français, est-ce aussi épineux que la généalogie puisque selon certaines études, entre un tiers et un cinquième de la population française est issue de l’immigration ?
Etre Français, est-ce la pureté d’un sang qui remonterait à Vercingétorix ou à Lucy (entre les deux, mon cœur balance) ?
Ou se sentir Français tient-il plus au partage des valeurs de liberté, égalité, fraternité ? Est-ce que le sens de ces mots est identique pour tous ou est-ce que comme la laïcité, la nuance peut aller jusqu’à l’oxymore ?
Ou encore, au-delà des valeurs, se sentir Français correspond-il à une vision commune, à un désir d’avenir partagé ?
Les Français sont-ils prêts à accueillir pleinement dans leur giron tant l’écrivain Nancy Huston dont la langue d’écriture est le français que Léonora Miano, d’origine camerounaise ? Ou resteront-elles pour toujours des auteures francophones, même si elles ont obtenu la nationalité française ? Ou le Français qui a oublié la richesse de sa langue et fait une faute par phrase à la dictée de Pivot se sentira t-il toujours plus français qu’elles ?
Ces questions méritent d’être posées dans l’intimité des cœurs et des familles, loin des tumultes superflus.
Pour aller plus loin:
http://www.histoire-immigration.fr/[1]
http://www.demotivateur.fr/article/test-adn-origines-momondo-experience-famille-6055[2]
Crédit photo: Dennis Jarvis

 

Vous pouvez réagir à cette chronique dans les commentaires tout en bas…

Partager :
Endnotes:
  1. http://www.histoire-immigration.fr/: http://www.histoire-immigration.fr/
  2. http://www.demotivateur.fr/article/test-adn-origines-momondo-experience-famille-6055: http://www.demotivateur.fr/article/test-adn-origines-momondo-experience-famille-6055

Source URL: https://femmesaupluriel.com/nos-ancetres-gaulois/