Breaking News

  • Jazz Color à Groslay!

    Groslay accueille son premier festival de Jazz. Pour cette première édition,la ville a choisi de proposer en plein air et totalement gratuitement une programmation éclectique et de haut calibre. Annick Tangorra nous éclaire…

    Partager :
    ...

  • Emoi Photographique

    A Angoulême, se déroule actuellement et jusqu’au 30 avril, un Festival de photographie, sur le thème de l’Histoire. Des photos qui ont tout à dire, certaines poignantes, d’autres joyeuses ou encore tendres…

    Partager :
    ...

  • Lis Thé Ratures: 3 espaces en un seul et même lieu

    Le lieu est atypique et agréable. Né à l’initiative d’une passionnée de littérature et de cultures africaines. Son “salon de thé-librairie-espace de coworking” lui ressemble. Il est métissé, accueillant et ouvert sur tous les mondes…

    Partager :
    ...

  • Tony Carreira dans le coeur des Femmes!

    Nouvel album de Tony Carreira, véritable phénomène dans son pays natal, le Portugal mais aussi dans le monde…11 duos, 11 déclarations d’amour, 11 grands classiques de la chanson populaire française.

    Partager :
    ...

  • Michelle Jean-Baptiste signe «Bao Wei 宝味»

    Un instant dans le rêve, alors la lecture nous téléporte en Chine pour un voyage initiatique aux saveurs gourmandes…

    Partager :
    ...

  • Y’a pas d’avion à Orly

    Théâtre: S’il n’y a pas d’avions à Orly, on vole tout de même au dessus d’un nid de coucous!

    Partager :
    ...

Yilian de tous les Saints

Yilian de tous les Saints

Peut-on conjuguer un nocturne de Chopin avec les chants adressés aux dieux d’Afrique pendant une cérémonie de la santeria ? Imposer à son archet un traitement de choc et le faire vibrer à l’unisson avec une batterie de tambours afro-cubains ?

Oui, répond la chanteuse et violoniste havanaise Yilian Canizares, si l’expertise vient du vécu, comme elle en témoigne :

« A l’âge de sept ans, j’ai étudié le violon. Puis, j’ai eu besoin d’une communication plus intense, d’entrer en transe et j’ai voulu approfondir cette expérience en fréquentant les cérémonies de la santeria à Cuba où les cultes sont mélangés au quotidien. Je me suis identifiée à la spiritualité yoruba, qui est devenue pour moi une source d’inspiration ».

Installée en Suisse pour parfaire ses études classiques, la jeune femme y fonde Ochumare -du nom de la divinité yoruba de l’arc en ciel- en 2008 et publie, en avril 2013, un premier album portant le même nom.

Du jazz latin, avec les souvenirs d’un Chucho Valdés et les suggestions d’un Omar Sosa.

Qui s’ouvre avec la voix impérieuse de la vocaliste, sombre, puissante et sensuelle, dans Aso Karo Luwe, une incantation consacrée aux dieux de son adolescence.

Yilian Canizares et Ochumare en concert le 8 juin dans le cadre du festival Musiques Métisses à Colmar (France)       

       

Partager :