A nos rêves sans limites….

Hummmmmm, A nos rêves sans limites….

On ne monte jamais plus haut que ses rêves.

Cette phrase, lorsque je l’ai lue, m’a interpelée. Non, ce n’est pas vrai ! Si je dois être honnête, je dirai qu’elle m’a fait frémir elle m’a secouée, elle m’a fait peur ! Voilà, je l’avoue !

On ne monte jamais plus haut que ses rêves. Que vous inspire-t-elle ? 

Je vais vous dire, moi, pourquoi j’ai frémi : Parce que, bien que positive, passionnée de développement personnel, grande rêveuse, j’ai dû m’avouer que, ces belles images que je vois défiler lors de mes rêveries diurnes, par réflexe, souvent, je les rejette ! l’opulence, l’abondance, quels que soient le domaine auxquels sont accolés ces mots semblent souvent obscènes !

Abondance de biens, abondance d’argent, quel manque d’élégance ! Même l’abondance d’amour est souhaitée avec retenue ! Quand même ! On risquerait de jeter son bonheur aux yeux des autres ! Quel manque de tact ! 

Voilà ! On a peur de rêver grand par peur de manquer d’autre chose ! Et ces manques auxquels nous pensons, que nous apportent-t-ils ? Lorsqu’on a peur de manquer de tact, ce à quoi on pense, en réalité, est plutôt un rejet de l’autre. De cet autre qui, ne se reconnaissant plus en nous, nous tournerait le dos. Et l’abandon, chez l’être humain, est quelque chose d’inacceptable. On aura beau baigner dans l’amour de nos proches, le rejet d’un inconnu peut nous faire franchir le seuil de la tristesse.

Si on a peur de rêver grand, c’est parce qu’on sait que l’accomplissement induit des responsabilités. Ne rien avoir à donner ou à offrir peut se révéler plus simple que d’avoir à choisir : Décider si oui ou non on va faire acte de générosité. Puis choisir le ou les bénéficiaires, ensuite, penser à hauteur de combien se portera notre générosité, ainsi de suite ….Que de questionnements évités par l’étroitesse de notre esprit !

Rêver grand, plus haut, plus fort, plus loin, c’est accepter, en cas d’échec de chuter d’autant plus ! Quel risque faramineux ! 

Mais heureusement pour nous d’autres ont franchi le pas du songe ! Si certains n’avaient osé rêver d’avion, de voiture, de vélo, ou de téléphone, nous en serions toujours au transport en charrette et à apprendre la nouvelle du mariage de notre cousine 6 mois après la dernière bouchée de gâteau engloutie par les mariés.

Mais quand même ! A laisser ainsi, notre peur nous mener, plus que celle de notre ombre, nous voici terrorisés par nos pensées, nos rêves ! Tout de même !

Seule, entre moi et moi, j’ai dû me rendre à l’évidence : Je faisais partie de la tribu des peureux ! Combien de rêves ai-je repoussé, terrorisée qu’un génie ne les intercepte et ne m’offre la possibilité de le réaliser ? Vous vous moquez ? Alors, je vous mets au défi : Quel est votre rêve le plus grand ? Le plus fou ? Alors ? Sans même être à vos côtés, je peux déjà vous répondre :

– C’est tout ? 

Oui, parce que, à moins que vous n’ayez décidé d’éradiquer la faim dans le monde ou d’offrir un bonheur illimité à l’humanité entière, je pense que votre rêve peut être multiplié par 10 ! Et si vous ne l’avez pas fait, c’est peut-être parce que votre pensée à interrompu la marche de votre rêve.

Cette théorie semble, énoncée ainsi, un peu farfelue, et pourtant ! Regardez vos résultats, et vous verrez qu’ils sont à la hauteur de vos rêves, ou à leur petitesse ! 

Comment parvenir à un résultat que nos rêves n’osent frôler ? Quand on sait, aujourd’hui, que tout part d’un rêve ?

Alors, rêvons grand, ne serait-ce que pour le bonheur d’éprouver des émotions nouvelles, et sortir de notre routine ! 

La période que nous vivons nous a prouvé que ce qu’on ne pouvait imaginer peut se produire, et avec une rapidité déconcertante ! Qui aurait pensé, il y a 15 mois que nos libertés pourraient nous êtres ôtées aussi soudainement, et de façon aussi brutale, autoritaire ? Personne, probablement ! Alors, mes amis, si le pire ou ce qui lui ressemble pour beaucoup d’entre nous, a pu se frayer un passage, et sauter la barrière de notre imagination pour s’imposer à nous, pourquoi le meilleur ne surgirait-il pas, lui, de nos rêves ? Si nous sommes assez nombreux à y croire, à ce monde meilleur, il arrivera d’autant plus vite qu’il aura été façonné avec amour et détermination.

Et puis, à rêver grand, que risquons-nous vraiment ? 

« Il faut viser la lune parce qu’au moins, si vous échouez, vous finirez dans les étoiles ». Oscar WILDE.

Corine Dossa, limite, Rêver

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter
Visit Us
Tweet
Youtube
Youtube
Instagram
LinkedIn
Telegram
Whatsapp
Pinterest