La légèreté

Hummmmm, la légèreté

 « Bonjour Corine,
Pour une raison que je ne m’explique pas, depuis 3 jours, j’ai un oiseau qui cherche à faire son nid derrière le compresseur de mon climatiseur. Chaque fois que j’enlève la paille, car j’ai peur que les œufs, une fois pondus ne soient abimés, eh bien, à peine ai-je fini, que l’oiseau revient. Alors, j’ai décidé de laisser faire. Et je ne sais pas pourquoi la situation m’a fait penser à toi.
Je t’embrasse. »

Chère Patricia, 

Je vais t’expliquer pourquoi cette situation t’a fait penser à moi. La raison première est celle-ci : même si nous ne nous connaissons pas intimement, tu en sais assez sur moi pour savoir que, parfois, j’adore m’attarder sur des détails. Ame de romancière oblige. Le genre de détail qui, au premier abord ne porte pas à conséquence, mais qui, examiné à la loupe peut être plein d’enseignements. Examinons la situation sous mes lunettes spéciales : Notre petit couple d’oiseaux a choisi de nidifier dans ton environnement, ce qui, déjà, est un choix flatteur pour toi. En plus, un nid, c’est signe d’un supplément de vie à venir. Je vois donc là, déjà, un premier point très positif et une raison certaine de te réjouir : La vie en supplément ou en abondance, c’est toujours la bienvenue. En extrapolant, je pourrais même te dire : Fais attention aux prochains évènements dans ta vie : Une jolie surprise t’y attend peut-être.

D’autres parts, tu as, au premier abord, essayé de détourner ce couple d’oiseaux, persuadée de savoir mieux qu’eux ce qui leur convenait et voulant leur éviter de futurs déboires. Que nenni. Ils ont persévéré dans leur choix et tu t’es, avec beaucoup de sagesse, inclinée. Eh oui, parfois, nous pensons savoir mieux que les autres, ce qui leur convient, mais chaque expérience est unique, et même si déboire il y a, la leçon qui en sera tirée servira par la suite.

On peut tirer des réflexions ou des leçons, de tout. Et la vie a cette fâcheuse tendance, lorsqu’on refuse de comprendre, de vous répéter la leçon de manière plus ardue.

Aussi, ai-je clairement fait le choix, dans ma vie de la légèreté et de la joie. Je me réjouis, pour moi, pour les autres, de tout, d’un rien ! Une phrase, une image, une scène, au demeurant banales, peuvent me faire ma journée. J’en connais beaucoup, et j’en ai fréquenté certains de très près, pour qui la vie n’est que gravité. Etre adulte revient alors essentiellement à s’indigner, s’énerver, ourdir ses armes pour toutes ces batailles qui vont se succéder. J’ai, à une période de ma vie, entendu, au quotidien, cette phrase : « Tu crois que la vie est facile » ? « La vie n’est pas simple », « Etre adulte, c’est se battre, en permanence » …. Et d’autres joyeusetés du genre. A cette époque, persuadée d’avoir manqué certains cours phares du cursus « Comment se comporter quand on devient adulte », je m’évertuais à écouter ces professeurs improvisés de mon entourage, qui eux, semblaient très clairement maîtriser la matière. Je dissimulais toute spontanéité, toute joie voulant fuser. Seuls le sérieux et l’austérité avaient droit de régner. Ils étaient la condition et la preuve que j’avais reçu mon diplôme : j’étais en train de devenir adulte !

Et puis, un jour, chassez le naturel, il revient au galop ! J’ai envoyé valser toutes ces conventions, ces diplômes, et les professeurs qui allaient avec. J’ai admis une fois pour toutes que j’étais de ceux et celles pour lesquels la joie était le but ultime. Et j’ai accepté la condition synéquanone à ce prérequis : Conserver à jamais l’émerveillement de l’enfance. Observer, avec attention, une scène anodine, ou trouver de la légèreté dans des évènements d’une gravité extrême.

Garder son âme d’enfant, son optimisme, sa foi en la vie. Tel est mon créneau et je crois, chère, Patricia, que c’est ce que tu as perçu en moi en m’adressant ce petit mot qui m’a réjouie et fait sourire. Rien d’extraordinaire, pourtant ! Et c’est bien ce que je dis !   

Alors, chère Patricia, merci pour ce délicieux reportage et, si tu ne le savais pas encore, je t’en informe : Tu fais dorénavant, toi aussi, partie de la tribu de la joie et de la légèreté.

Partager :

Joie, légèreté, Vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *