Ebony Magic Girl, lutte contre l’endométriose en Afrique et dans la diaspora

Ebony Magic Girl, l’association en lutte contre l’endométriose pour l’Afrique et sa diaspora

Ce samedi 17 septembre se tient le gala de charité d’Ebony Magic Girl. Cette association se bat contre l’endométriose. Avec pour point d’orgue, la recherche et la sensibilisation sur le continent africain et envers les femmes afro-descendantes. 

Neymat Abou Jaffar – présidente Ebony Magic Girl

« J’ai connu dix-sept ans d’errance médical malgré mes multiples consultations » confie Neymat Abou Jaffar, la présidente d’Ebony Magic Girl.

EMG est une association d’actions contre l’endométriose. Ce weekend, elle organise sa 2e édition pour récolter des fonds en faveur de la recherche et pour une sensibilisation sur cette maladie surtout en Afrique.

Ebony Magic Girl, l’évidence

C’est un combat personnel qui est devenu une cause générale. Pendant très longtemps, la fondatrice d’Ebony Magic Girl (EMG), Neymat Abou Jaffar, a connu des menstrues très douloureuses au point d’en arriver aux vomissements ou à l’évanouissement. Avec comme discours, « c’est normal pour la femme que les règles soient douloureuses ». Jusqu’au jour où une émission avec la chanteuse, Imany, atteinte également d’endométriose, met des mots sur ses maux. « Je me suis reconnue dans son histoire, raconte-t-elle. C’est une des toutes premières vidéos de sensibilisation qu’on ait vu en France. L’endométriose n’était pas aussi populaire que maintenant. Alors j’ai commencé à me questionner, à me documenter. L’association Endomind, dont la chanteuse Imany est la marraine, a été d’une grande aide ». En 2013, le diagnostic d’une endométriose est posé pour Neymat Abou Jaffar. Dix jours plus tard, elle a eu sa première intervention. Et cinq autres s’en sont suivies sur plusieurs années.

L’absence d’informations poussées sur cette maladie et l’extrême solitude de la franco-comorienne face à ce constat médical ont été des éléments déclencheurs de la création de cette association. « Je ne connaissais pas autour de moi des femmes atteintes d’endométriose ou très peu qui me ressemblaient. C’est-à-dire afro-descendantes. On peut avoir la même maladie mais la manière de l’aborder en fonction de nos cultures, peut être un peu différente » argumente-t-elle. Elle veut faire entendre les voix de ces femmes, faire connaître la maladie tout en finançant la recherche de traitement. Ainsi, en 2020, l’association Ebony Magic Girl voit le jour.

La suite de l'article est uniquement réservé aux membres Abonnement Mensuel et Abonnement Annuel.

Se connecter Je m'abonne à FP !

association, Ebony Magic Girl, Endométriose, Endomind, Femmes noire, Gala de charité, Imany, maladie, Recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter
Visit Us
Tweet
Youtube
Youtube
Instagram
LinkedIn
Telegram
Whatsapp
Pinterest