Hummmmm, Je suis perplexe… Une chanson : Keep the faith de Michaël Jackson, et soudain, tout bascule…

Je suis perplexe parce que ce matin, mon réveil fut, somme toute, assez normal, banal. La période d’enfermement et de ralentissement que nous vivons actuellement (communément appelée période de confinement) ne m’a pas spécialement abattue.

Bien sûr, son annonce, puis sa matérialisation produisirent leurs effets et conséquences ! Quand même, être mis à l’arrêt ainsi, de façon tout à fait arbitraire, sans explication plausible, ou, tout du moins, discutable, c’est violent ! Du jour au lendemain, votre routine devient autre. Les choix à votre portée se réduisent drastiquement, et votre avenir ne vous appartient plus. Il est suspendu au bon vouloir des autorités.

Ou, du moins, c’est ce qui semble être. 

Parce que, moi, forte d’une personnalité extrêmement optimiste que j’ai ensuite musclée par des années de développement personnel, je me suis, très rapidement remise du choc initial et ai mis en route ma machine à idée. Celle-là, ne se repose jamais ! Même pas la nuit ! Surtout pas la nuit !

C’est ainsi que j’ai créé ma chaîne YouTube, embryonnaire depuis 5 ans, lancé mes ateliers d’écriture en ligne, débuté l’écriture d’un nouveau livre, et entamé la rédaction d’une formation d’accompagnement à l’écriture d’un roman.

Tout semblait aller, donc. Maîtrise totale ! Bravo Corine !

Et puis, ce dimanche matin, à mon réveil, une petite sensation, indéfinissable, comme un frein sur ma pensée. Pas assez serré pour paralyser le défilé de ces images qui défilent dans ma tête, mais suffisamment pour me priver de ma séance de sport quotidienne, et m’inciter à réorganiser toute ma journée en mode « Et si je ne faisais RIEN aujourd’hui » ?

C’est alors que je pris mon portable pour y consulter la centaine de messages qui attendent de pied ferme, chaque matin, que je soulage leur expéditeur en faisant passer les 2 barres sur WhatsApp, du noir au bleu .

Je commençai par celui d’une amie qui applique à l’écrit cette maxime : « N’ouvrir la bouche que lorsqu’on a quelque chose d’intéressant à dire » !

Recevoir un message d’elle n’est jamais totalement anodin. Et ils sont toujours brefs. Celui-ci se présenta sous la forme d’une vidéo. Une chanson. De Michaël Jackson. Son titre ? Keep the faith ! (Gardez la foi)

Je l’écoutai et, instantanément, ce fut le déluge ! 1000 sensations m’assaillirent : De la peur, de l’angoisse, de la tristesse, encore de l’angoisse, puis…du soulagement …Une grande belle, mouvante sensation de soulagement qui emporta toutes les autres. Non pas comme un grand coup de balai, violent, non. Plutôt comme une vague bienveillante qui dirait à toutes ces émotions :

« Pas la peine de vous agiter…Pas la peine de vous agglutiner derrière la porte du désespoir…Elle ne s’ouvrira pas pour vous, pas ici, pas aujourd’hui …

Je vous propose un compromis : Prenons la porte de droite, celle du blues, nous festoierons un moment, juste le temps de la laisser vivre avec nous, mais en douceur ! Nous pourrions même lui permettre d’en faire un moment agréable, de relâchement, de laisser aller …

Puis nous laisseront le terrain propre, pour lui laisser le choix de ce qu’elle y plantera. »

Voilà, chère amie, ce que ta vidéo matinale a créée en moi, ce jour. Elle m’a permis de remplacer l’angoisse, la peur, par l’abandon, le lâcher-prise, et la foi.

Je peux donc répondre à ta question subsidiaire ; Est-ce que tout va bien ? Oui, tout va bien, parce qu’on a voulu, là-haut, prolonger ma joie, en interrompant ma course folle vers le bonheur, en m’obligeant à ralentir pour vivre cette autre partie de moi : Mon ombre silencieuse, qui trop souvent, laisse passer son tour …

MERCI.

NB : Spéciale dédicace à tous ceux que ces quelques semaines d’assignation à domicile ont chamboulé, de 1000 façons.

Corine Dossa.

Partager :

Keep the faith, La foi, Le lâcher-prise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *