Escrime coupe du monde de fleuret féminin

À L’EST PARISIEN LES ITALIENNES DOMINATRICES ONT NÉANMOINS LAISSÉ FILER LA VICTOIRE PAR ÉQUIPE DANS LE FAMEUX MONEY TIME

La crème de l’escrime féminin mondial, plus particulièrement du fleuret s’est donnée rendez-vous à Paris le weekend dernier pour la dernière coupe du monde de la saison.

Ce ne sont pas moins de 205 tireuses venues des quatre coins du monde lors de la compétition individuelle et 23 nations dans la compétition par équipe qui se sont affrontées au Centre Sportif Pierre Brossolette à Saint-Maur.

Centre Sportif Pierre Brossolette (Saint-Maur)

L’escrime premier sport de combat autorisé pour les femmes depuis des décennies est aussi le sport Olympique qui a fourni au sport français le plus grand nombre de victoires internationales et aussi le plus grand nombre de médailles olympiques.

Mais ce weekend ce sont les Italiennes qui, cette fois-ci, ont dominé la compétition avec une finale individuelle 100 % italienne, et en plaçant quatre tireuses dans les dix premières.

Seul bémol pour les transalpines une défaite face à l’équipe de Russie emmenée par la première du classement mondial Inna Deriglazova. Les Italiennes ont pris froid lors des trois dernières minutes de la finale alors qu’elles faisaient course en tête.

Inna Deriglazova parfaitement remise de sa défaite de la veille face à une autre Italienne, Martina Batini, nous a gratifié d’une escrime de haut vol tant sur le plan physique que stratégique. Lors de ce dernier assaut du weekend, Elisa Di Francisca, pourtant 9ème de la compétition individuelle, va concéder 13 touches alors qu’elle ne touchera que 2 fois la russe. À 41 touches partout, durant la mort subite, l’Italie va laisser filer la victoire après une quatorzième touche d’Inna Deriglazova en moins de quatre minutes.

Et les Françaises dans tout cela ! Elles n’ont pas pu renouveler leur performance de l’an dernier (victoire par équipe). Malgré une performance honorable en individuel, elles se sont fait surprendre en quart de finale par une équipe de Hongrie normalement moins talentueuse mais assurément plus volontaire.

Avec les JO de Tokyo en ligne de mire, les Françaises pourtant à domicile ont malheureusement montré au public du Centre sportif Pierre Brossolette une escrime objectivement en deçà des Italiennes et des Russes. Quelques mois et trois compétitions qualificatives c’est ce qu’il reste à la FFE pour assurer la qualification d’un maximum de Françaises pour les prochains Jeux Olympiques. C’est aussi le temps qu’il reste aux entraîneurs Emeric Clos et Jean-Yves Robin pour revoir leur copie à l’entraînement afin d’amener les Françaises Ysaora Thibus, Anita Blaze, leaders incontestées de l’équipe, et leurs consœurs dans une dynamique de succès synonyme de nouvelles médailles olympiques pour cette équipe de France féminine de fleuret.

Inna DERIGLAZOVA (Russe)
Ysaora THIBUS & Emeric Clos
Anita BLAZE
Jean-Yves Robin & Anita Blaze
Jean-Yves Robin & Anita Blaze
Jean-Yves Robin & Anita Blaze
Alice Volpi (Italie)
Alice Volpi (Italie)
Inna DERIGLAZOVA
Equipe Russe
Equipe russe
Equipe américaine avec Iman Blow
Inna DERIGLAZOVA
Équipe italienne de gauche à droite : Francesca Palumbo, Alice Volpi, Elisa Di Francisca, & Arianna Errigo
Equipe russe de gauche à droite : Inna DERIGLAZOVA, Larisa Korobeynikova, Anastasila Ivanova & Adelina Zagidullina

Quelques vidéos :

Ysaora Thibus contre la russe Kristina Samsonova victoire 15/10 de Thibus :

 

Ysaora Thibus / Présentation des quarts de finale :

 

Finale par équipe Inna Deriglazova contre Di Francesca ( touche d’égalisation à 41/41) Victoire 42/41 de la Russie :

 

Podium par équipe :

Vous aimerez aussi... :

Partager :

Alice Volpi, Anita Blaze, coupe du monde, Elisa Di Francisca, Emeric Clos, escrime, fleuret, Inna DERIGLAZOVA, Jean-Yves Robin, Martina Batini, sport de combat, sport Olympique, Ysaora Thibus


Avatar

Olivier Cauvin

Passionné de sport et d’art culinaire.