Breaking News

  • Lis Thé Ratures: 3 espaces en un seul et même lieu

    Le lieu est atypique et agréable. Né à l’initiative d’une passionnée de littérature et de cultures africaines. Son “salon de thé-librairie-espace de coworking” lui ressemble. Il est métissé, accueillant et ouvert sur tous les mondes…

    Partager :
    ...

  • Michelle Jean-Baptiste signe «Bao Wei 宝味»

    Un instant dans le rêve, alors la lecture nous téléporte en Chine pour un voyage initiatique aux saveurs gourmandes…

    Partager :
    ...

  • De toutes les nuits, les amants… de Mieko Kawakami

    Véritable icône pop au Japon, Mieko Kawakami est à la fois romancière, poétesse mais aussi chanteuse dans un groupe de rock et… mannequin. Jeune femme touche-à-tout de 36 ans, elle a remporté en 2007 le prestigieux prix littéraire Akutagawa […]

    Partager :
    ...

  • 3 Questions à…..

    Le Haïku est un poème en 3 lignes, 3 petites lignes qui à elles seules ouvrent plus grand notre regard sur la vie. Passionnée par le Haïku, Pascale Senk nous le présente dans cet ouvrage, à partir d’une enquête et de son expérience personnelle. Ecoutons-la nous raconter cet art…

    Partager :
    ...

  • “Toutankhamon” de Kama Sywor Kamanda

    Dans le cadre de la sortie de la tragédie “Toutankhamon”, les Éditions Dagan organisent une lecture et une séance de dédicace de l’éminent dramaturge, poète, conteur et romancier congolais Kama Sywor Kamanda […]

    Partager :
    ...

  • Qui sont les lauréates de l’édition 2015 de la Cité des Mots ?

    Catherine Zoungrana, Présidente de l’AADC (Association Actions Diversité Culturelle), organisatrice des concours de La Cité des Mots […]

    Partager :
    ...

Kama Sywor Kamanda, la rencontre d’un homme d’exception…

Kama Sywor Kamanda, la rencontre d’un homme d’exception…

Erudit avec la Vie au Cœur…

Kama, bardé de savoir avec ton habit rayonnant, tu es «indécent» d’offrir sans compter la culture que tu as partout cueillie généreusement et de garder sans partage la souffrance des injustices côtoyées qui marquent à jamais ta pensée !

Qui es-tu mon frère africain, impertinent de tant de connaissances qui me donne leçon avec simplicité?

D’où viens-tu, géant noir à la force redoutable, pour me ravir avec la finesse de ton écriture délicate?

Comment oses-tu toi l’étranger, mon ami, m’éblouir avec ton français académique, m’émouvoir par la musique des mots qui chantent en harmonie comme le rossignol amoureux et la fontaine intrépide?

Quelles graines as-tu plantées dans tes voyages sans fin partout sur cette planète pour me prêter sans façon ton regard rieur?

Quelle énergie sais-tu récolter pour encore et encore m’apprendre avec patience la folie puissante de l’Histoire que je n’avais pas su regarder?

Comment choisis-tu les images simples et pourtant puissantes capables de transporter mon esprit dans un rêve qu’il ne reste qu’à exaucer?

Pour qui dessiner avec magie le contour d’une nouvelle ère qui hérite enfin avec discernement de tes judicieuses incantations?

Combien d’ouvrages encore à écrire pour me rassasier des émotions dérobées à chaque page de ta littérature toujours plus riche?

Dans les contes de ta «région», enfant, tu as trouvé l’inspiration qui diffuse ces merveilleuses fables inspirées de bon sens, pourtant déjà envolées sans vergogne vers d’autres territoires, mais la source intarissable rappelle ses origines fécondes.

Tes romans, contes, poésies, essais, tragédies volent comme d’élégants nuages ensoleillés vers d’autres cieux et éclairent des millions d’Humains en quête de belles histoires à vivre.

Grace à toi, l’identité de l’Afrique, qui essaime depuis la nuit des temps, pénètre mieux  chacun d’entre nous, malgré notre inconscience et magnifie sans retour la fusion des esprits, sur tous les continents.

Merci d’offrir de si beaux instants de bonheur, de participer avec humilité sans relâche au rapprochement des peuples sans distinction d’origine, de différence, de croyance mais avec la sincérité des arguments puisés dans l’instruction magistrale et surtout à la faveur des rencontres respectueuses où chaque voix, qu’elle soit entendue au sein d’un village exhérédé ou dans un palais rutilant, a son importance.

Candace 1ère, une tragédie qui se lit comme un roman historique spectaculaire.

Ce dernier ouvrage paru laisse percevoir des mots nés de la richesse artistique des différents livres de l’auteur, grâce à son écriture souple, légère, musicale, émouvante, c’est un breuvage pour l’esprit qui enivre le lecteur jusqu’au dernier point.

Cette aventure n’est pas sans surprise; elle met la lumière sur l’un des rares royaumes «matriarcaux», né il y a plus de 2000 ans et son décor est si somptueux qu’il invite au départ immédiat.

En ce temps-là, le premier empereur romain, Auguste César, décide d’envahir la Nubie (dans la vallée du Nil entre l’Egypte et le Soudan), attiré par les richesses du pays et la beauté de la reine.

Malgré l’avis de certains de ses conseillers, il entreprend avec son armée, l’expédition qui le conduit de Rome jusqu’aux portes de cette contrée lointaine.

Dans une atmosphère d’intrigues politiques pour le pouvoir, d’espionnage, de concurrences amoureuses, de cupidité, la guerre se prépare.

Les forces sont disproportionnées: d’une part, les légions romaines invaincues dans leur histoire et de l’autre, les combattants de la Reine, qui n’a aucune expérience guerrière mais qui ose rêver à une victoire sans appel.

Le charme, le mouvement, la tension et le suspens qui se côtoient sans répit, au fil des pages, avec un mélange de candeur et d’action, nous accrochent inexorablement.

Demain sans doute, un scénariste déjà fasciné, va s’emparer de cette œuvre pour la faire éclore au cinéma.

Quelle actrice ne serait pas tentée d’incarner le personnage de Candace?

Articles similaires :
Partager :

Tags assigned to this article:
conteslittérature africaineThéâtre