Le moment idéal

HUMMMMMM, je suis perplexe : « Le meilleur moment….

Le moment idéal pour débuter un projet, c’était hier (ou il y a 5 ans, ou il y a 10 ans…). Le 2è meilleur moment, c’est maintenant »

Je ne sais combien de fois j’ai déjà entendu cette affirmation, ou, en tout cas, une allégation allant dans le même sens et, finalement, prônant ceci : L’importance de se lancer, d’agir, au présent : Pas demain, pas quand nous seront mieux armé, informés, ou quoi que ce soit d’autre. Car, une seule certitude, nous ne serons jamais totalement prêts. Le moment parfait n’existe tout simplement pas ! Il y aura toujours un manque, une contrainte, une appréhension qui le rendra imparfait.

Nous avons tous, dans nos vies, connu ce regret. Ce moment où, soudain, face à la réussite d’un tel ou à une difficulté dans notre vie, nous nous sommes réprimandés : Mais pourquoi ai-je attendu ? Pourquoi ne me suis-je pas lancé.e ?                 

A cela, j’ai trouvé 3 raisons :

1°) La procrastination . Cette manie que nous avons de remettre toujours au lendemain une tâche qui, généralement, ne draine pas notre élan. Je me m’attarderai pas sur cette première absence de motivation, car mon excellent collègue, sur ce même média, en a fait une description et une analyse détaillée (cf https://femmesaupluriel.com/comment-lutter-contre-la-procrastination/.)

2°) L’argument  « A quoi bon » ? Cet argument regroupe, pêle-mêle, toutes nos excuses factices pour ne pas agir. Des plus honteuses, aux plus nobles.

Ex : A quoi bon me lancer dans ce projet ? Il y en a déjà tellement qui font la même chose, et probablement bien mieux que moi ! (Ah oui, se dévaloriser est une donnée essentielle pour les adeptes de l’argumentation « à quoi bon ? »)

Il y a aussi : A quoi bon commencer ? Je n’aurai même pas le temps de m’y consacrer, de toutes façons !  A cela, j’objecterai ceci  : D’abord, l’expression «  je n’ai pas le temps, est mensongère ! « Je ne prends pas le temps serait bien plus appropriée. Se l’avouer nous met en face de nos choix avérés, et ce n’est pas toujours agréable ; Mais ça a aussi le mérite de susciter, parfois, un sursaut qui nous oblige à une meilleure organisation, booste notre productivité, ou réoriente nos priorités !

  • A quoi bon me lancer dans ce projet (cette activité, cette séance …), alors que tellement d’autres en sont les spécialistes reconnus ? Ici, le syndrôme de l’imposteur aura encore frappé, annihilant la volonté des moins téméraires. 
  • A quoi bon, puisque, de toutes façons, je n’irai pas au bout ! Ah oui ! en effet ! Les prophéties auto réalisatrices, vous connaissez ? Vous savez, cette manie de décider de l’avenir avant même d’en avoir effectué la première action, pour, au final, se rengorger d’avoir eu raison en mode «  Je le savais » ! Allons, allons, vous valez mieux que ça !

A quoi bon, à quoi bon, on pourrait empiler ici, des milliers d’exemples, mais vous avez déjà compris l’idée générale.

3°) Le 3è argument est celui de la peur.

On ne se lance pas parce qu’on a peur. De l’échec, de la nouveauté, de l’issue, des conséquences, etc…On choisit le confort des habitudes ; Mais peur de quoi, exactement ? Lorsqu’on la décortique cette peur, son impact s’amenuise, de plus en plus… Et on peut alors se lancer. S’élancer. J’aime beaucoup cette citation qui dit que « Rester dans sa zone de confort, c’est exister ; Oser en sortir, c’est vivre ».

C’est tellement juste !  Nous le ressentons très distinctement, lorsque nous sommes dans l’engagement à vivre notre vie ! La joie, l’excitation, les frémissements, sont autant de sensations qui nous le confirment. 

Nous sommes des entrepreneurs de la vie, et le pire ennemi de l’entrepreneur est le temps.Alors, attendre le bon moment, est le meilleur moyen d’échouer !

Attendre le bon moment, revient à laisser le place aux regrets, à la nostalgie, ou pire, à l’indifférence.

Alors, Oui, le meilleur moment pour agir est aujourd’hui. Forcément, puisque cette pensée, cette idée se présente à nous maintenant, et nous invite à la faire vivre, à la faire passer d’énergie à matière.

Dites-moi, vous, qu’avez-vous choisi d’entreprendre aujourd’hui ?

Partager :

Action, Aujourd’hui, Peur, procrastination, temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *