La maladie cœliaque Partie 1

La maladie cœliaque qu’est-ce que c’est ? – Partie1

«Koeliakos », désigne en grec « ce qui appartient aux intestins » d’où le terme « maladie cœliaque » ou maladie chronique de l’intestin. La maladie en question est souvent désignée sous les appellations « intolérance au gluten, ou encore entéropathie au gluten ». Les symptômes digestifs sont caractérisés par des ballonnements, des maux d’estomac, des diarrhées mais aussi des douleurs articulaires, des migraines, et des insomnies. Nous sommes donc bien dans le cas d’une « intolérance » au gluten. A l’origine de ces souffrances la consommation de gluten. Le gluten est un mélange de protéines contenues dans certaines céréales telles que le blé, l’orge et le seigle. Chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque, l’ingestion de gluten provoque ce que l’on appelle une «réaction immunitaire anormale ».

Il y a au niveau de l’intestin grêle une inflammation qui endommage les parois intestinales. En terme médical, il s’agit des villosités intestinales qui sont détruites. Ce sont de petites structures en forme de vague qui constituent les « replis » de l’intestin et qui permettent l’absorption de la majeure partie des nutriments, des vitamines et des minéraux. Quand l’inflammation persiste chez un patient, son intestin est abîmé et devient ainsi incapable d’absorber certains minéraux, nutriments et vitamines. Et, cela provoque à moyen terme une malnutrition même si le patient a une alimentation normale. Des symptômes d’une intensité variable se manifestent chez certaines personnes atteintes de cette maladie et, avec le temps, des problèmes plus graves apparaissent au-delà de la fatigue, la dépression et les douleurs aux articulations. Un conseil radical comme le bannissement du gluten dans leur alimentation permet à certains patients de retrouver une meilleure santé. A ce propos, doit-on parler d’allergie, d’intolérance ou d’hypersensibilité? L’allergie qui est très rare, est détectable suite à l’ingestion du gluten qui provoque des difficultés respiratoires ou digestifs pouvant aller jusqu’à l’œdème. Contrairement à l’intolérance, l’allergie ne détruit pas l’ingestion. L’intolérance est en réalité une réaction immunitaire provoquée par l’ingestion du gluten. Contrairement aux allergies dites « classiques » cette réaction anormale du système s’en prend à l’organisme du patient en s’attaquant à son intestin grêle. Selon certains experts, trois groupes de patients ne supportant pas le gluten sont répertoriés : les allergiques, les intolérants et les hypersensibles. Ces mêmes spécialistes distinguent l’allergie de l’intolérance.

Quant à l’hypersensibilité, elle fait l’objet d’un débat scientifique. Pour information, les hypersensibles correspondent aux patients ayant subi des tests parce qu’ils avaient des symptômes de la maladie cœliaque sans que les médecins n’y détectent la présence d’anticorps justifiant d’une intolérance au gluten. Certaines personnes réagissent bien plus vite que les intolérants au gluten. A ce jour, il y a peu de spécialistes qui s’intéressent à l’hypersensibilité au gluten. D’autres professionnels dénoncent l’aspect fourre-tout que revêt cette catégorie de patients. Quant aux industriels, ils s’adressent surtout aux malades qui s’astreignent à un régime « gluten free » ( sans gluten, ndlr) sans qu’il y ait à cela une obligation médicale. Qu’est-ce que le gluten ? Quelles sont les causes précises de cette réaction immunitaire anormale ? Nous aborderons ces aspects prochainement, à l’occasion de la deuxième partie consacrée à la maladie cœliaque.

Par Aissatou KOUROUMA

Email: Aissatoukourouma21@gmail.com
Téléphone: 06 95 78 72 34

Partager :

Allergie, Gluten, Intolérance, La maladie cœliaque


Avatar

FP

Ecrire pour mieux faire parler son coeur...