Bee Arthur : Ghana’s golden woman

Lire l’entretien en français en bas

With a partner, she created B’Exotiq, a top fashion brand made in Ghana. Today she is an interior designer and Press attachée of El Anatsui. Really, you should think out of the boxes if you want to describe her. She is Russian-Ghanaian, born and raised in Ukraine, with extravagant, but beautiful blond hair. Most of all, she is talented in everything she touches. Bee Arthur, that’s her name, is FP guest of the month. Our special artistic “coup de foudre”. 

You were one of the most successful designers of your generation in Ghana. Why have you stopped fashion?

Indeed, I enjoyed considerable success as a fashion designer and many people are still baffled about my decision to bow out of fashion.  At the time, a constellation of reasons (including back pains from constantly bending to paint on my creations) compelled me to give designing a “pause’ and consider other forms of artistic expression. The timing was right because I was still on top of my game and had just received an Excellence Award in Benin for my contribution to Fashion on the continent. Just to remind the public, I won the Kora All Africa Fashion Award in 2001. 

It did not take long for tv to come knocking on my door after I announced my retirement from fashion. I started appearing on popular tv shows like TODAYS WOMAN , MALTA GUINESS STREET DANCE COMPETITION and a few others. Undoubtedly, my glamourous hairstyle was the main appeal, however it was my cheeky humour and wit which endeared me to the Ghanaian viewers. Thus started my 2nd career as a TV personality, making me popular with the Ghanaian youth especially. 

Interestingly enough, it was during this same period that the International Trade Center under the World Trade Organisation offered me a consultancy job with their Ethical Fashion Initiative in Ghana. My notoriety in fashion and my public figure status qualified me for the position. Essentially, my role was to introduce budding Ghanaian designers to the importance of thinking out of the boxing and the interconnectedness of all disciplines of artistic expressions. The job was exciting and involved quite a bit of travelling to Europe for fashion shows and meetings. Working with young designers was also very rewarding as it allowed me to impart some knowledge and experience to the next generation of designers. 

 After the ITC project wrapped up in Ghana, I went on to produce several shows for the French Embassy with some of the young designers whom I had previously mentored. 

Meanwhile, unbeknownst to the public, I continued to occasionally design items like cushions, runners, bags, purses and belts made with indigenous woven fabrics. Several art and design shops in Accra retail my creations. 

Artistically how would you describe your career today?

Once in a while, I do collaborate with certain photographers and models on photoshoots using my conceptual creations, which are often made with foam or upcycled aluminium coffee capsules or some other unwearable material purely for the love of ART! It’s a lot of fun for all involved in the process.

Which brings us to my 3rd career since I officially retired from Fashion: I am now employed by Emeritus Prof. El Anatsui – a world renowned fine artist – as his Press Attachée. This new job has been very exciting and has allowed me to put the several languages I speak to professional use. Additionally, it has immersed me in the world of Fine Art, which feels like home.

Might I go back to designing garments in future? Who knows! I usually try to follow my heart and do what brings me joy. And right now, the world of fine art feels like home. 

Which artists trigger the most emotions in you?

Bea Arthur with El Anatsui

I can’t remember when exactly I first saw a painting by Van Gogh but I knew from the moment that I set my eyes on one of his Sun Flowers that I was deeply in love. I must have been a teenager in Odessa.  Then came my encounter with surrealism through the works of Dali and Frida Kahlo. This was a turning point in my life because it taught me how to think out of the box. Much later came my appreciation for Bosch, Picasso, Magritte, Monet, Klimt and the likes. In the past 10 years, I have acquired much more knowledge about African Classical Art thanks to a great coach and mentor so the links are much more evident to me. In the world of contemporary art, I like the work of Joana Vasconzales and Béatrice Arthus-Bertrand, and it goes without saying that I am a big fan of El.Anatsui. I think Romuald Hazoumé did some great work with the gallons as well. I follow Banksy because of Art is political and I love it. 

In general, what is your idea of art?

I have an eclectic taste in art which I must have inherited from my great grandmother Franka, who herself was a fine artist.  In the past 10 years, I have had the privilege of visiting many amazing museums, galleries and art fairs across the globe. I believe that only Art can broaden the mind and give humanity solutions to our narrow mindedness. 

My first love in art is African Classical Art, and, by extension, Modern Art has a special place in my heart because of the obvious with African Art. I am a huge fan of contemporary art in all its forms and manifestations, including immersive and ephemeral experiences. To my great joy, Ghana was invited for the first time to participate in the Venice Biennale last year. Imagine my elation when our Pavilion got shortlisted as one of the best pavilions!  The 6 artists, including El.Anatsui and Lynette Boakye-Yiadom, presented works of visual impact, skillful execution  and conveyed important reflections on the African Man’s condition in particular and Humanity on the whole. Being there and witnessing it all was very gratifying and inspiring.

What is the most unsane dream you have?

I would love to win the lottery so that I can buy several amazing African Classical Art sculptures, a painting by Frida Kahlo, a sculpture by Anatsui and some art deco furniture.

I would also love to own an art gallery where I can feature all my favourite artists and some young talents.

Lastly, I would like to style Angela Merkel. As a leader, I admire her very much, but something has to be done about her hair and her suits.


L’interview de Bee Arthur, en Français :

Avec un partenaire, elle a créé B’Exotiq, une marque de mode haut de gamme fabriquée au Ghana. Aujourd’hui, elle est décoratrice d’intérieur et attachée de presse d’El Anatsui. Pour la décrir, il faut véritablement être ouvert d’esprit. Elle est russo-ghanéenne, née et élevée en Ukraine, avec des cheveux blonds extravagants mais magnifiques. Surtout, elle est douée dans tout ce qu’elle touche. Bee Arthur, c’est son nom, est l’invitée du mois de FP. Notre coup de foudre artistique. 

Vous avez été l’un des créateurs les plus talentueux de votre génération au Ghana. Pourquoi avez-vous arrêté la mode ?

En effet, j’ai connu un succès considérable en tant que styliste et beaucoup de gens sont encore choquées quant à ma décision de me retirer de la mode.  À l’époque, un ensemble de raisons (dont des maux de dos à force de me pencher pour peindre sur mes créations) m’a obligé à faire une “pause” dans la création et à envisager d’autres formes d’expression artistique. Le moment était bien choisi car j’étais encore au top de mon art et je venais de recevoir un prix d’excellence au Bénin pour ma contribution à la mode sur le continent. Pour rappl,  j’ai aussi remporté le prix Kora All Africa Fashion Award, en 2001. 

En peu de temps, la télévision a frappé à ma porte après que j’ai annoncé ma retraite de la mode. J’ai commencé à apparaître dans des émissions de télévision populaires comme TODAYS WOMAN , MALTA GUINESS STREET DANCE COMPETITION et quelques autres. Sans aucun doute, ma coiffure glamour était le principal attrait, mais c’est mon humour et mon côté effronté qui m’ont permis d’être aimée  des téléspectateurs ghanéens. C’est ainsi qu’a débuté ma deuxième carrière en tant que personnalité de la télévision, ce qui m’a rendu populaire auprès de la jeunesse ghanéenne en particulier. 
C’est à la même époque que le Centre du commerce international de l’Organisation mondiale du commerce m’a offert un poste de consultant dans le cadre de son initiative de mode éthique au Ghana. Ma notoriété dans le domaine de la mode et mon statut publi m’ont qualifié pour ce poste. Mon rôle consistait essentiellement à sensibiliser les stylistes ghanéens en herbe à l’importance de sortir des sentiers battus  et être à l’interconnexion de toutes les disciplines d’expression artistique. Ce travail était passionnant et impliquait de nombreux voyages en Europe pour des défilés de mode et des rencontres. Travailler avec de jeunes designers a également été très enrichissant car cela m’a permis de transmettre certaines connaissances et expériences à la prochaine génération de designers. 
Après la fin du projet ITC au Ghana, j’ai produit plusieurs spectacles pour l’ambassade de France avec certains des jeunes stylistes que j’avais précédemment encadrés. 
Pendant ce temps, sans que le grand public le sache, j’ai continué à concevoir de temps en temps des objets comme des coussins, des sacs, des porte-monnaie et des ceintures fabriqués avec des tissus locaux. Plusieurs boutiques d’art et de design à Accra vendent mes créations. 

Sur le plan artistique, comment décririez-vous votre carrière aujourd’hui ?

De temps en temps, je collabore avec certains photographes et modèles sur des séances photos en utilisant mes créations conceptuelles, qui sont souvent faites avec de la mousse ou des capsules de café en aluminium recyclé ou un autre matériau inusable par pur amour de l’ART ! C’est très amusant pour tous ceux qui participent au processus.
Ce qui nous amène à ma troisième carrière depuis que j’ai officiellement pris ma retraite de la mode : Je suis maintenant employée par le professeur émérite El Anatsui – un artiste de renommée mondiale – en tant qu’attachée de presse. Ce nouveau travail a été très passionnant et m’a permis de mettre à profit les nombreuses langues que je parle. En outre, il m’a permis de me plonger dans le monde des beaux-arts, où je me sens comme chez moi.
Pourrais-je revenir à la création de vêtements à l’avenir ? Qui sait ? J’essaie généralement de suivre mon cœur et de faire ce qui me procure de la joie. Et en ce moment, je suis à l’aise dans le monde des beaux-arts.

Quels sont les artistes qui suscitent le plus d’émotions chez vous ?

Bea Arthur avec El Anatsui

Je ne me souviens pas exactement quand j’ai vu pour la première fois un tableau de Van Gogh, mais j’ai su dès le moment où j’ai posé les yeux sur une de ses Fleurs de Soleil que j’étais profondément amoureuse. Je devais être un adolescent à Odessa.  Ensuite, j’ai rencontré le surréalisme à travers les œuvres de Dali et de Frida Kahlo. Ce fut un tournant dans ma vie car cela m’a appris à penser différemment. Beaucoup plus tard, j’ai appris à apprécier BoschPicasso, Magritte, Monet, Klimt et d’autres artistes. Au cours des dix dernières années, j’ai acquis beaucoup plus de connaissances sur l’art classique africain grâce à un excellent professeur et mentor, de sorte que les liens sont beaucoup plus évidents pour moi. Dans le monde de l’art contemporain, j’aime le travail de Joana Vasconzales et de Béatrice Arthus-Bertrand, et il va sans dire que je suis une grande fan d’El.Anatsui. Je pense que Romuald Hazoumé a également fait un excellent travail avec les gallons. Je suis Banksy parce que son art est politique et j’adore ça. 

En général, quelle est votre idée de l’art ?
J’ai un goût éclectique pour l’art que j’ai dû hériter de ma arrière-grand-mère Franka, qui était elle-même une grande artiste.  Au cours des dix dernières années, j’ai eu le privilège de visiter de nombreux musées, galeries et foires d’art étonnants dans le monde entier. Je crois que seul l’Art peut élargir l’esprit et donner à l’humanité des solutions à notre étroitesse d’esprit. 
Mon premier amour dans l’art est l’art classique africain et, par extension, l’art moderne a une place particulière dans mon cœur en raison de l’art africain qui y est par évidence. Je suis un grande fan de l’art contemporain sous toutes ses formes et manifestations, y compris les expériences immersives et éphémères. À ma grande joie, le Ghana a été invité pour la première fois à participer à la Biennale de Venise l’année dernière. Imaginez mon immense joie lorsque notre pavillon a été sélectionné comme l’un des meilleurs pavillons !  Les 6 artistes, dont El.Anatsui et Lynette Boakye-Yiadom, ont présenté des œuvres d’un impact visuel fort, d’une exécution habile et ont véhiculé d’importantes réflexions sur la condition de l’Homme africain en particulier et sur l’Humanité en général. Etre là et assister à tout cela a été très gratifiant et inspirant.

Quel est le rêve le plus insensé que vous ayez ?

J’aimerais gagner au loto  afin de pouvoir acheter plusieurs sculptures d’art classique africain étonnantes, une peinture de Frida Kahlo, une sculpture d’Anatsui et du mobilier art déco.
J’aimerais également posséder une galerie d’art où je pourrais présenter tous mes artistes préférés et quelques jeunes talents.
Enfin, j’aimerais donner un style à Angela Merkel. En tant que dirigeant, je l’admire beaucoup, mais il faut faire quelque chose pour ses cheveux et ses fringues.

Partager :

Art, Bee Arthur, B’Exotiq, El Anatsui, Fashion, Ghana


Avatar

Renée Mendy

Ecrire pour mieux faire parler son cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *