De la dualité naît l’équilibre

Hummmm, tu n’auras jamais de succès, si tu n’acceptes pas d’être détestée !(Suite)

Dans mon billet de la semaine dernière (que je vous propose de lire https://femmesaupluriel.com/on-ne-peut-pas-plaire-a-tout-le-monde/  avant d’entamer celui-ci qui en est la suite), je vous racontais l’attaque dont j’avais été la victime par deux personnages venus verser leur fiel sur ma page Facebook. Ils ne m’estimaient pas légitime dans mon activité d’accompagnatrice en écriture et m’avaient vertement exprimé leur opinion.

Heureusement, les choses sont souvent bien faites, et j’avais reçu, deux semaines plus tôt, les armes appropriées qui me permirent de mieux appréhender les accès de méchancetés à venir.

Au cours d’un échange avec mon mentor, celle-ci m’avait interrogée sur mes peurs liées à mon activité de coach. J’avais répondu que, comme beaucoup, j’étais de temps en temps victime du syndrome de l’imposteur et que, même si les personnes avec lesquelles j’avais travaillé étaient satisfaites et me recommandaient chaleureusement à d’autres, je ne pouvais m’empêcher d’avoir la crainte de ne pas être à la hauteur, et que, dans le même ordre, je communiquais assez peu par crainte d’agacer mon auditoire en l’inondant d’informations et en étant omniprésente.

Je lui avais fait part de ce qui constituait pour moi mes forces et mes faiblesses, et, après un moment de silence, elle m’avait exprimé ceci : 

– Corine, si tu es moyenne dans tous les domaines, pourquoi quelqu’un qui a besoin d’une spécialiste viendrait chez toi ? Elle ne viendrait tout simplement pas ! Alors, comprends bien qu’avoir des faiblesses n’est pas un problème. Concentre-toi sur tes forces et tu seras la meilleure dans ton domaine et tes zones de faiblesse, tu pourras les déléguer à d’autres dont c’est le point fort !

– Mais alors, lui demandai-je, comment éloigner de moi cette peur de mal faire et d’être montrée du doigt par des « sachants » ?

C’est alors qu’elle me sorti cette phrase incroyable :

Corine, tu ne sauras que tu as réussi que lorsque tu auras des détracteurs !

Je restai bouche bée. J’avoue, je ne m’attendais pas à une telle assertion !

– Pardon ? répliquai-je. Il faut aussi être détestée pour avoir du succès ?
– Oui, Corine.
– Expliques-moi.

Elle darda sur moi son regard franc, direct, et s’exprima par ces mots :

Dans la vie, tout est duel. Il y a le ying et le yang, le ciel et la terre, le jour et la nuit, etc. Nous devons donc laisser cohabiter en nous ces deux entités. L’amour et la haine aussi, comme tout le reste. Être heureux parce qu’on est aimé, cela va de soi. Mais il faut aussi être capable lorsqu’on est ivre de lumière, de savoir accepter les ombres. De cette dualité nait l’équilibre. Corine, si tu es seulement aimée, il se crée un déséquilibre. Ces commentaires négatifs, accorde-leur une place.

Je l’observai, perplexe. Aussi, reprit-elle :

– Tu vois l’électrocardiogramme ?
– Oui.
– Que se passe-t-il quand il est stable, plat ?
– C’est un indicateur d’absence de vie.
– Exact ! La vie est mouvement. Accepte-le ! Et s’il te fallait une raison supplémentaire, donne-moi l’exemple d’une seule personne qui bénéficierait de l’amour de tous, sans aucun détracteur ?

J’allais lui répondre Mère Theresa, ou l’abbé Pierre, mais je me rappelai des reportages dans lesquels leurs actions avaient aussi été critiquées. Je dus reconnaître que je n’en connaissais pas.

Sa démonstration était éclatante ! Cela ne me suffirait probablement pas, au début pour interrompre l’emballement de mon cœur à la vue de mots toxiques déversés sur mes réseaux sociaux, mais certainement qu’effectivement, je m’y appuierais pour mieux appréhender ces personnes.

 Et c’est effectivement lorsque je me suis remémoré cet échange que j’ai pu d’abord, calmer mes émotions, ensuite sourire, et même me réjouir car elle avait conclu par cette phrase :

Corine, le jour où tu recevras tes premiers commentaires de « haters », sabre le champagne, car ce sera le signe que le succès est à ta porte !

Alors, à vos succès, et dites-moi en commentaires, si vous avez déjà dû affronter ce genre de déconvenues.

billet d’humeur, Corine Dossa, dualité, équilibre, ying et yang

Comments (2)

  • Merci , Marie-Antoinette pour ce commentaire réjouissant ! 🙂 ” Les mites adorent la dentelle”, je ne la connaissais pas, mais je vous assure, cette phrase a orné mon visage d’un sourire plus que radieux ! Merci pour le cadeau !

  • Marie-Antoinette Séjean

    Merci pour ce billet très pertinent. Sur mon Google, j’ai quelques commentaires déplaisants auxquels j’ai répondu avec bienveillance.
    Ils sont devenus d’excellentes références pour mes patients potentiels.
    Je ne sais plus qui l’a dit mais j’en souris très souvent : « Les mites adorent la dentelles »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter
Visit Us
Tweet
Youtube
Youtube
Instagram
LinkedIn
Telegram
Whatsapp
Pinterest