Hummmmmm, les croyances…

Hummmmmm, les croyances….

En se levant le matin, son orteil avait été happé par la chaise, malencontreusement posée au pied du lit. Elle avait sursauté, puis juré, sous le coup de la douleur, puis s’était rassise, et avec ironie :

  • Génial ! La journée commence super bien ! 

Une fois dans les toilettes, évidemment, il n’y avait plus de papier ! Elle ne remarqua pas que son mari avait posé un paquet dans le meuble attenant, ne s’y attarda pas, prit sa douche et se dépêcha de filer à la cuisine pour son premier café de la journée. Celui-ci lui procura un réconfort de courte durée puisque, à peine la première gorgée avalée, elle prononça un « m…… » retentissant. Elle venait de voir l’horoscope du jour, sur son téléphone qu’elle parcourait tout en buvant la boisson chaude : On annonçait pour les natifs de Juillet, une rude journée. Ils auraient, semblerait-il des rapports difficiles avec leurs collègues, enchaineraient les déconvenues, et il faudrait « surveiller le retour de Saturne en Capricorne, qui exerce une pression par rapport à des délais à respecter. » En plus, précisait l’horoscope, des contretemps risquaient de l’obliger à trouver des solutions dans l’urgence. Pour terminer, on lui suggérait de surveiller son alimentation du jour, cela lui éviterait des problèmes gastriques. S’apprêtant donc à vivre une rude journée, elle ne vit pas, pourtant scotché sur le frigo, le post-it laissé par son époux. Il confiait sa tristesse d’avoir dû partir plus tôt ce matin-là à cause d’une réunion au bureau dont il était l’instigateur et qui était d’une importance suffisamment haute pour lui faire délaisser leur sacro-saint petit-déj en tête à tête . Il lui souhaitait néanmoins une belle journée, et concluait sur un « Je t’aime ». Passant à côté de ce doux message, elle finit de se préparer en ronchonnant, claqua la porte de son domicile avant de réaliser avec horreur, qu’elle y avait laissé son téléphone et…la clé à l’intérieur. Elle n’avait plus le temps de s’y appesantir. Elle fila vers le métro qu’elle loupa de justesse et eut juste le temps de le voir lui filer sous le nez !

Une fois au bureau, les déconvenues, en effet, se succédèrent. Elle dû reconnaître, au moment de la pause déjeuner, que sa collègue et amie, Stéphanie avait quand même raison quand elle lui avoua qu’elle la trouvait particulièrement susceptible aujourd’hui. Elle n’avait qu’une envie, que cette journée sous forme de calvaire prenne fin au plus vite ! C’est avec soulagement qu’elle s’engagea dans le métro, en fin d’après-midi pour retourner chez elle. Ce n’est qu’en sortant de celui-ci qu’elle se souvint qu’elle n’avait pas la clé de son domicile, restée sur la porte claquée avec rage le matin même. Elle se dit qu’elle ne devrait pas attendre longtemps sur le perron, son mari et elle arrivaient généralement à peu d’intervalle. Elle attendit, attendit, encore, énervée contre lui, contre cette journée, contre tout. Il débarqua 2h plus tard, le regard empli d’incompréhension, un bouquet à la main. A la place du tendre baiser habituel, elle rugit :

  • Tu étais où, bon sang ! ça fait deux heures que je poireaute !
  • Tu n’as pas eu mon message ? Je t’attendais dans notre resto favori ; C’était ma surprise pour toi ; Gianna, ma collègue qui est née le même jour que toi, tu t’en souviens ? Eh bien elle m’a dit que votre horoscope annonçait une journée fabuleuse pour vous les natifs du cancer aujourd’hui. Comme je t’ai fait faux bond ce matin, j’ai voulu couronner cette belle journée par une jolie surprise !

Elle lui arracha les clés des mains, ouvrit la porte, se rua sur son téléphone, vérifia dans l’urgence son horoscope : Elle s’était trompée de signe : Le sien lui annonçait une fabuleuse journée …Alors ? Qu’en pensez-vous ? Sa journée aurait-elle été autre si elle avait lu le bon horoscope ? J’aimerais beaucoup avoir vos avis dans la partie commentaire en bas de l’article. 

Partager :

Croyance, croyances limitantes, Horoscope, Positivité

Comment

  • Karma… superstition… Le positivisme et l’attention aux autres me réussissent davantage ! La fatalité n’existe pas, le billet doux affiché sur le réfrigérateur aurait pu tout changer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *