Pamela Querol: la belle du pirate!

L’aventure de “La Belle du Pirate” commence en 2011, sous l’impulsion de Pamela Querol, née à l’Ile Maurice. Sa marque éthique de bijoux contemporains met en beauté les perles, la nacre et les gemmes de façon stylisée et originale.
Elle se décline en trois volets: la création laissant la part belle à l’utilisation de perles organiques et pierres gemmes, l’upcycling avec des bijoux issus du recyclage et le commerce équitable qui valorise la production artisanale au Sud. Rencontre.

Pourquoi et comment avoir créé votre structure?

J’ai toujours voulu avoir «mon» entreprise. Je suis fière d’être mon propre chef. J’ai décidé d’intégrer une CAE, Coopaname, où je suis entrepreneure associée.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez eu à faire face?

Même si mon objectif est défini en terme de produits, il n’est pas toujours facile de «rencontrer son public» et de multiplier les ventes. Cette situation fragilise le projet.

Aujourd'hui, où en est votre activité ?

Mon projet a mûri: les trois axes apportés à la marque (création, upcycling, commerce équitable) vont dans le sens de mes envies créatives et de mes engagements personnels. Toutefois, je recherche des partenariats afin que La Belle du Pirate soit plus visible. Elle est encore confinée à un cercle restreint.

De quoi êtes vous le plus fière ?

Je suis très fière de l’appréciation de mes client(e)s sur mes bijoux. Leurs yeux qui pétillent en disent long. Les client(e)s sont véritablement sous le charme. Cela donne du prix à ce que je fais et me confirme que je suis sur la bonne voie.

Si c'était à recommencer, que changeriez-vous dans votre structure ou dans votre manière de procéder?

Je m’entourerais de personnes du monde entrepreneurial pour me conseiller, une équipe pluridisciplinaire composée de consultants, businessmen, financiers, commerçants, designers, etc..

Forte de votre expérience, quels conseils pouvez-vous donner à celles qui souhaitent se lancer?

Je leur dirais de vivre leur rêve tout en restant réalistes! Il faut encourager l’esprit entrepreneurial. En effet, cela demande du courage de se lancer! Cet effort ainsi que l’énergie déployée par ces femmes méritent d’être encouragés.

Partager :