Le batch cooking mode d’emploi

Mes chers lecteurs, aujourd’hui j’aimerais vous parler de ce fléau qu’est la flemme. Le virus « flemmard » est responsable de la procrastination.

Mais pourquoi avons-nous la flemme ?

La vaisselle de trois jours dans l’évier, les habits en vrac sur le sol de la chambre, la poussière sur la table du salon… voilà un mal que l’on a trop tendance à sous-estimer. Car ne jugeons pas trop facilement l’état de cet appartement. Sous des dehors de malpropreté, il s’agit en réalité, ni plus ni moins ici, de la manifestation des symptômes de la « flémingite aiguë » ! 

Cette tendance à tout remettre au lendemain, parfois nommée « procrastination », qui se nourrit chaque jour un peu plus de notre « flemme ».

Ce fléau contagieux se répand avec une facilité tellement impressionnante, qu’il entraîne des répercussions sur notre santé. Ainsi, les conséquences sont la prise de poids, un moral fatigué, et j’en passe.

Aujourd’hui j’aimerais vous proposer une solution contre la flemme alimentaire.

Il existe un remède miraculeux que je propose systématiquement à toutes personnes victimes de cette maladie (la flemme alimentaire) : le batch cooking.

Qu’est-ce que le batch cooking ?

Le batch cooking est une expression anglaise qui se traduit par « cuisson par lots ». Concrètement c’est le fait de cuisiner en avance tous ses repas de la semaine.

Le batch cooking ne demande que deux heures environ de préparation hebdomadaire.

Le batch cooking s’adresse à tout le monde ! Ceux qui n’ont pas le temps de cuisiner seront bluffés.

Quels sont les avantages du batch cooking ?

  • Des économies, car vous prévoyez vos repas. Votre liste de course sera précise et courte. En plus, en regroupant tout en une seule session de cuisine, vous profitez de votre four pour plusieurs recettes et n’avez plus à vous préoccuper des dates de péremption. Bref, vous économisez de l’énergie et des ressources.
  • Un gain de temps, car, au lieu d’en passer à préparer vos repas tous les jours, vous les réalisez tous en une seule fois : pendant qu’un plat cuit, vous en concoctez un autre. Cela prend, en une session, moins de temps que si vous faisiez les recettes séparément au cours de la semaine. C’est du temps gagné également au moment des courses, car, avec votre liste toute prête, vous ne flânez plus dans les rayons à la recherche d’une idée de plat pour le dîner. Cela évite aussi de craquer sur des produits nouveaux ou tentants qui ne sont pas nécessaires. On va droit à l’essentiel et on ne se perd plus dans les rayons.
  • Manger sainement, car, menu après menu, vous apprenez à cuisiner de nouveaux ingrédients, à ajouter plus de légumes dans vos plats et à varier votre alimentation en équilibrant vos repas sur toute la semaine.
  • Un aspect pratique, car, le soir, tout est déjà prêt ou presque. Inutile de réfléchir à ce que vous comptez préparer. Il suffit d’assembler et de réchauffer les plats.
  • Moins de stress, car on oublie la fameuse charge mentale sur la partie repas et on est plus serein en rentrant après le travail. On peut enfin profiter du temps en famille ou pour soi en s’adonnant à d’autres activités que la cuisine et on est assuré de manger équilibré. Adieu la culpabilité que vous ressentiez après avoir mangé dans un fast-food.

Si batch cooker peut vous paraître fastidieux, vous allez pourtant y succomber à coup sûr rapidement. L’important est de prendre du plaisir à cuisiner lors de la session hebdomadaire de préparation des plats, puis de profiter du temps gagné pendant la semaine. 

Afin de ne pas se laisser déborder durant la séance de cuisine, il faut s’organiser à l’avance afin que tout soit prêt lorsque vous vous mettez aux fourneaux. Décidez de vos menus en sélectionnant un plat pour chaque soir de la semaine, du lundi au vendredi. Choisissez-les en fonction des fruits et légumes de saison :  c’est meilleur et moins cher ». 

N’hésitez pas à faire participer toute la famille à l’élaboration des menus. Petite astuce, classez les recettes en plusieurs catégories suivant les saisons pour pouvoir les décliner au fil des semaines : soupe, quiche, viande, poisson, salade, plat végétarien… 

Une fois le menu déterminé vient la liste de courses. Elle est très importante puisque, grâce à elle, vous n’achetez plus que ce qu’il vous faut, c’est-à-dire uniquement ce qui sera consommé dans la semaine.

Alors à vous de jouer ! Si vous êtes en manque de recettes retrouvez-moi sur les réseaux sociaux : moov_akastel

Partager :

alimentation, batch cooking, flemme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *