Balessane Fashion Week: Mode et Culture à l’Unesco

Le Studio de création Balessane organise, le lundi 5 mars 2018, à l’occasion de la Fashion Week parisienne du Prêt à Porter, un défilé de mode dans la prestigieuse enceinte du Palais de L’UNESCO.

[layerslider id=”58″]

Cet événement, auquel Femmes au Pluriel est associé, mettra en avant quatre jeunes stylistes Princesse Zaphira, Tadoupika, Maison Dupuy de Lôme et Les Diamants de L’Orient. L’occasion de découvrir de jeunes créateurs francophones à travers des créations spécialement conçues pour ce défilé hors norme. A noter, cette soirée très attendue par les aficionados de mode, sera ponctuée d’intermèdes musicaux et de belles surprises.

Un cocktail dînatoire permettra également aux convives d’échanger et de se rencontrer durant la soirée.

Serez-vous à l’Unesco lundi 5 mars prochain?

Pratique:
Billetterie >> http://balessane.com/fashion-week-paris-2018

Évènement Facebook >> https://www.facebook.com/events/824089461117002/

 

Les pages Facebook des stylistes.

https://www.facebook.com/Tadoupika/

https://www.facebook.com/maisondupuydelome/

https://www.facebook.com/PrincesseZaphira/

https://www.facebook.com/lesdiamantsdelorientparis/

https://www.facebook.com/johannartist/

https://www.facebook.com/tricefanpage/

Partager :

5 ème édition du Oyemi Fashion Show, au Bénin

Née en 2012, Oyemi Fashion Show est un rendez-vous incontournable de la mode au Bénin. Ce Gala international de mode se tient chaque premier samedi du mois de décembre, dans la capitale béninoise. Il est ponctué par différentes manifestations ainsi que par un défilé de grands créateurs. Mais il donne aussi leur chance à de jeunes autodidactes de la couture. Organisé par “TRINITY Events”, cette grand-messe de la mode panafricaine se tiendra, pour la 5 ème fois consécutive, samedi 2 décembre 2017. Sa promotrice, Magali DOSSA, répond aux 3 questions de FP.

Partager :

Lire la suite

PARIS, FRANCE - JULY 06: Designer Imane Ayissi (C) is seen at the end the Imane Ayissi Haute Couture Fall/Winter 2017-2018 show as part of Haute Couture Paris Fashion Week on July 6, 2017 in Paris, France. (Photo by Francois Durand/WireImage for Imane Ayissi) *** Local Caption *** Imane Ayissi

« Heroes » : une collection d’héroïnes hautes en couleurs !

« L’inspiration de départ de cette collection vient du peuple Herero de Namibie et en particulier d’un livre de Jim Naughten « Conflict and Costume »/…/ Le paradoxe est que l’identité vestimentaire si particulière de ce peuple est en fait une appropriation de l’apparence du colonisateur, de l’ennemi, qui est ensuite détournée. N’est-ce pas ce que fait sans cesse la mode ? ». Ces mots sont du créateur de mode Imane Ayissi à l’occasion de son dernier défilé Printemps-Eté 2018. Il répond à nos questions.

Femmes au Pluriel : Qui sont les héros qui vous ont inspiré pour votre dernière collection ” Heroes”?

Imane Ayissi : Au départ les “héros” qui ont m’ont inspiré cette collection Printemps Eté 2018 sont membres du peuple Herero de Namibie. Victime au début du 20ème siècle d’un quasi génocide par l’armée allemande qui colonisait alors la Namibie, ils ont paradoxalement conservé les vêtements d’inspiration victorienne et les uniformes de cette époque malheureuse de leur histoire pour en faire un élément de leur identité singulière. Plus globalement, mes héros sont tous les peuples qui ont été opprimés à un moment et qui se sont reconstruits en intégrant dans leur culture des éléments de ceux qui les ont opprimés. Le nom de cette collection “heroes” est un jeu de mots sur la proximité entre le nom Herero et le mot héros (“heroes” en anglais) De là j’ai aussi pensé à tous les futurs héros africains qui feront grandir ce continent et à ce que pourrait être l’uniforme d’un super héros africain, une sorte de “Superman” africain…

FP : Qui sont aujourd’hui les femmes qui s’habillent en Imane Ayissi?

IA : Comme je vends aussi du prêt-à-porter sur un site internet et dans une boutique multimarque, bien sûr je ne connais pas toutes les femmes qui achètent et portent du Imane Ayissi. Mais je connais bien mes clientes “couture” et on ne peut pas vraiment les caractériser : elles viennent du monde entier, ont tous les âges…etc. Ce qu’elles ont en commun en général est d’être indépendante, d’avoir une vie professionnelle souvent réussie, qu’elles viennent du monde de l’art, du spectacle, de la banque, de la presse, qu’elles travaillent dans le droit ou soient entrepreneuses… Ce sont des femmes qui voyagent, ont une grande ouverture d’esprit aux différentes cultures du monde et qui sont sensibles à l’artisanat, au travail bien fait, à la préciosité d’une étoffe tissée à la main ou à la précision d’une robe coupée sur mesure…

[layerslider id=”44″]

Crédits Photos : PARIS, FRANCE – JULY 06: Models pose after the Imane Ayissi Haute Couture Fall/Winter 2017-2018 show as part of Haute Couture Paris Fashion Week on July 6, 2017 in Paris, France. (Photo by Francois Durand/WireImage for Imane Ayissi)

FP : Quelles sont vos étoffes de prédilection, et pourquoi?

IA : J’aime travailler à la fois avec de vrais tissus traditionnels africains, souvent tissés ou teints artisanalement à la main, comme les Kenté, les Faso Dan Fani, les pagnes teintés…etc. A la fois parce que je pense que c’est mon rôle de mettre en valeur la richesse esthétique des différentes cultures africaines et de montrer comment on peut l’intégrer au monde moderne, mais aussi parce que dans la mode assez uniforme du moment ces étoffes permettent d’apporter une esthétique nouvelle, différente ou en tout cas moins attendue. Mais j’ai aussi des références dans la Haute Couture, voilà pourquoi j’utilise aussi beaucoup de tissus “Couture” français ou italien, en particulier des soieries, que ce soit du taffetas, du satin, de la faille… rien ne remplace le rendu de la soie. Mais comme je pense aussi et de plus en plus à créer des vêtements confortables et faciles à porter, et que je suis très sensible à tous les problèmes liés à l’environnement que nous connaissons, j’utilise de plus en plus des tissus “organiques” comme du coton bio, du chanvre…etc.

Partager :

PAULE KA: Si Paris m’était conté…

 

 

Si Paris m’était conté, la ville le serait certainement par une femme Paule Ka: Son chic, son classicisme mais aussi sa légèreté et son lyrisme répondent en miroir aux attributs de la plus belle ville du Monde.  

“Esprit couture et ambiance haussmannienne pour cette nouvelle campagne Automne/Hiver 2017.” 

Pour la présentation de cette collection, on s’est laissés entraîner dans les couloirs haussmaniens d’un appartement fantastico-surréaliste où la directrice de la Création de Paule Ka, Alithia Spuri-Zampetti et le mannequin emblématique Anna Cleveland rendent hommage à l’élégance, à la grâce exceptionnelle de la femme Paule KA; Une Parisienne féminine et aérienne, une femme libre et fantaisiste, un style unique, à la fois classique et poétique. 

Le photographe, Miles Aldridge, la magnifie une fois de plus, avec sa palette de tons, ombres et lumières, en faisant ressortir ce “je ne sais quoi” de plus, unique à cette exquise maison de couture. 

[ot-video type=”youtube” url=”https://youtu.be/qiahA8QgeDo”]

 

 

 

Partager :

Dakar Fashion Week: 15 ans déjà!

La Dakar Fashion Week (DFW) s’est tenue du 27 juin au 2 juillet 2017, dans la capitale sénégalaise. Pour souffler les 15 bougies de ce rendez-vous de l’élégance et de la mode panafricaine, sa promotrice, Adama Paris, a convié une trentaine de créateurs venus des quatre coins de l’Afrique, mais aussi de la diaspora. Une édition-bilan haute en couleurs qui a mis en lumière quelques pépites créatives signées par des stylistes de la Côte d’ivoire, du Mali, du Liban, du Sénégal, mais aussi de l’Angola, du Congo, d’Afrique du Sud, du Maroc et de la Belgique. L’occasion de découvrir de jeunes créateurs émergents mais également de retrouver des stylistes de renommée internationale qui ont fait le déplacement au pays de la téranga pour une manifestation devenue désormais une référence sur l’échiquier de la mode. Karim Tassi, Xüly Bet, Mariah Bocoum, Elie Kuame, pour ne citer que ces derniers, étaient de cette grand-messe de la créativité et de l’excellence “made in Africa”.

[layerslider id=”41″]

Mention spéciale pour Enzo Itzaki (Liban), Lahad Gueye (Sénégal), Oumar Dicko (Mali/Belgique), Soraya Da Piedade (Angola) et Luxury By K (Maroc) pour la finesse et l’élégance de leurs collections.

 

Quels sont les créateurs de cette quinzième édition ?

  • Mariah Bocoum – Mali

  • Lydie Lende – Congo

  • Loza Maleombho – Côte d’Ivoire

  • Enzo Itzaki – Liban

  • Bibas – Guinée Bissau

  • Versailles – USA/ Sénégal 

  • Lahad Gueye – Sénégal

  • Soraya Da Piedade – Angola

  • Adama Paris – Sénégal

  • Zango – Côte-d’Ivoire 

  • Luxury by K – Maroc

  • Tipi style – Sénégal

  • Linda Likongo – Cameroun

  • Sakia lek – Congo

  • Dona Pena – Gabon

  • Sidi Counda Diambou – Sénégal

  • So’ Fatoo – Sénégal

  • Greta

  • Splendeur d’Afrique – Sénégal

  • Lahad Gueye – Sénégal

  • Elie Kuame – Côte d’Ivoire et Liban

  • Osuare – Nigeria

  • By Pathé – Sénégal 

  • Karim Tassi – Maroc

  • Rogue Wane – Angola

  • Tina Lobondi – Congo

  • Ejiro Tafiri – Nigeria

  • Sakia Lek – Congo

  • Oumar Dicko – Mali/Belgique

  • Xüly  Bet – Mali  France

 

Crédit photos: Erick-Christian Sedo AHOUNOU

 

Partager :
N'Zassa Mode

Festival N’Zassa Mode, L’Afro Optimisme, voyage au sein d’un arc en ciel de talents et de couleurs.

Avec la deuxième édition du Festival N'Zassa Mode, l'Afrique de la mode dévoile ses charmes et continue de séduire le monde avec des créateurs de génie, artistes de talent servis par des textiles ancestraux riches et variés.

A l’occasion d’une conférence de presse, à l’Unesco, le 24 janvier 2017, le thème de circonstance de cette deuxième édition a été dévoilé: Afro Optimisme. Mode, tourisme et solidarité sont toujours les mots clés de ce festival atypique. Rendez-vous est pris à Abidjan, du 9 au 12 mars pour une deuxième édition résolument “afro optimiste”.

Quelles sont les bonnes raisons de participer à cette prochaine manifestation?

N'ZessaMode 2

Le programme des réjouissances variées et attractives:

Outre une scène locale de la mode à l’échelle d’un continent et une hospitalité chaleureuse, c’est le programme qui séduit:

  • La Princesse Esther Kamatari, ambassadrice GUERLAIN, offrira à 50 jeunes de précieux conseils pour exceller dans leur carrière.
  • Au lendemain de la journée de la femme, une soirée “mémorable” va réunir 100 des femmes les plus influentes de Côte d’Ivoire avec en point d’orgue, un défilé de mode présentant “la Petite Robe Noire” dans un scénario imaginé par les meilleurs designers du pays.

Des échanges thématiques :

  • Qu’est-ce la Vision de l’Afro-Optimisme – En quoi la jeunesse doit s’impliquer ?
  • L’industrialisation de la Mode – Pourquoi et quelles sont les étapes ?
  • Soirée culture métisse – un cadre enchanteur qui mettra en avant de luxueuses créations pour exprimer «l’utopie optimiste d’envisager une Afrique avec ses grands noms de la mode»,
  • Ciss St Moïse, la Princesse Kamatari et Kréyann, avec le parrainage du Ministère de la Santé, seront en tête de la délégation de bienfaiteurs qui va offrir au CHU de Treichville une dotation afin d’améliorer les conditions d’accueil,
  • Un défilé de rue, sur «l’avenue 8 de Treichville» se déroulera dans une formule libérée, attractive, communautaire, un corps à corps avec la population profitant de la chaleur propre à Treichville, mêlée à l’ambiance du quotidien,
  • Après la découverte de la Capitale Ivoirienne, un parcours détente insolite des régions est réservé aux médias et invités internationaux s’étant déplacés pour le N’Zassa Mode 2017

Le marché de la mode: un vecteur de développement

Les opportunités, sur le marché africain de la Mode, de faire valoir l’énorme potentiel pour le vêtement d’élite, de luxe ou de prêt-à -porter sont élevées. Aujourd’hui, c’est l’artisanat qui prévaut, il doit rester important pour le haut de gamme mais il est nécessaire que la partie industrielle se développe pour répondre aux besoins grandissants de la demande.

Le marché de la mode est une porte béante ouverte aux banques et sponsors pour contribuer à l’essor économique inéluctable de l’Afrique.

N'ZassaMode 1
Nzassa-6 copie

Quelques chiffres qui rendent optimistes...

Habitant sur une superficie de 30,37 millions km², la population d’Afrique est actuellement de 1,216 milliards, ce nombre va doubler dans les 20 prochaines années….

Le développement économique et culturel vient de dépasser sa période d’inertie pour entamer sa première phase d’accélération….

Denise Houphouët-Boigny
Denise Houphouët-Boigny
Sidiki Bakaba
Sidiki Bakaba
Cissé Moussa et Princesse Kamatari
Cissé Moussa et Princesse Kamatari

Des intervenants de qualité

  • Cissé Moussa 

Il incarne depuis 25 ans l’excellence, le raffinement et l’élégance pour l’Homme. Il a fait de son nom, «Ciss St Moïse» la marque de Tropic105, la Maison de couture dont il est le fondateur et le dirigeant. Il appartient au cercle très restreint des grands designers africains.

Il est Ambassadeur de la ville de Grand Bassam, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012. Durant deux ans, entre 2014 et 2016, Ciss St Moïse est conseiller technique auprès du Ministère ivoirien de l’Artisanat et de la Promotion des PME. En 2013, il est élevé au grade d’Officier de l’Ordre du Mérite National.

Gardien de l’élégance africaine, Ciss St Moïse a remporté successivement, le Prix du Meilleur Fashion Show 2015 en Côte d’Ivoire, et celui d’Excellence du Meilleur Artisan 2016, remis par la République de Côte d’Ivoire.

Avec ses équipes, il lance la première édition du Festival N’Zassa Mode de Treichville. Une manière de célébrer le travail, la créativité et le métissage culturel sous toutes ses formes. C’est aussi le témoignage de la coexistence pacifique et harmonieuse des différents groupes de populations qui constituent aujourd’hui la Côte d’Ivoire.

  • Denise Houphouët-Boigny, Ambassadeur Délégué auprès de l’UNESCO

Son action, sa détermination et ses compétences permettent une évolution du patrimoine culturel ivoirien à un niveau jamais atteint. Tous les domaines sont concernés, la musique, la peinture, la sculpture, les arts littéraires, picturaux, l’artisanat et le «patrimoine» (par exemple, la réserve transfrontalière naturelle du Mont Nimba). L’éducation, la politique sociale et les sciences font partie de ses priorités.

  • Princesse Esther Kamatari, Ambassadrice de la Maison Guerlain

Née à Giheta, elle est membre de la famille royale du Burundi, exilée en France. Elle est écrivaine, Top Model chez Lanvin, c’est l’une des premières «mannequin noires» de l’histoire. Ses engagements humanitaires, notamment pour les femmes et les enfants, illustrent ses profondes qualités humaines, comme le démontre aussi son engagement en politique. Elle est élue, depuis 2008, conseillère municipale chargée de la solidarité internationale de la ville de Boulogne-Billancourt. En 2015, elle devient l’ambassadrice extraordinaire de la Maison Guerlain, fonction qu’elle utilise principalement pour le «bien des autres». Elle contribue à la formation au mannequinat dans les banlieues parisiennes, soutenue par la ville de Montfermeil et le groupe LVMH.

  • Sidiki Bakaba, Acteur, Réalisateur et Cinéaste

Il est directeur du Palais de la culture d’Abidjan à Treichville, de 2000 à 2011. Il dirige aussi l’Actor Studio (école de formation d’acteurs qu’il a créé). Il exerce plusieurs métiers du cinéma et du théâtre, acteur, comédien, metteur en scène, réalisateur, producteur, etc…

Amateur de Mode, il illustre son propos par «faire danser les habits», une belle expression pour faire un lien, corps et âme, avec ses vêtements.

Festival N’ZASSA MODE, L’AFRO OPTIMISME:

Partager :
photo présentation

Bouquet de contes populaires slaves

[layerslider_vc id=”29″]

C’est sur la terrasse de l’hôtel Raphaël, dans un jardin suspendu dans le ciel de Paris, que Franck Sorbier nous a raconté, le temps d’une collection de pièces uniques haute couture hiver 2016-2017, une petite histoire qui rend hommage aux contes populaires slaves.

De magnifiques “dames en noir” vêtues en velours, en cuissardes ottoman et dentelles ou en tailleur en mosaïque de dentelles incrustées de dessins mythiques de la maison, étaient joyeusement accompagnées de “mannequinettes” présentant une “mini collection cérémonies pour petites filles”

De magnifiques "dames en noir" étaient joyeusement accompagnées de "mannequinettes" présentant une mini collection 'cérémonies' pour petites filles

Franck Sorbier 30

Daria, Anouchka, Katia et les autres ont su, avec légéreté, nous transporter du côté de Saint-Pétersbourg.

Mention spéciale pour Alesya la rouge: "Sarrault en dentelles de chenille rouge de Monsieur Beauvillain, rebrodées de rubans, de pompoms et de rafias. Body et babies rouge"

Partager :

Caftan and Luxury : le Maroc qui inspire

Organisé par Amine M'Rani et Khalid Koubita*, le "Caftan and luxury" a tenu toutes ses promesses.
Un défilé haute couture qui s'est tenu le 13 février en plein cœur de la ville lumière pour mettre à l’honneur le Maroc

Pas moins de 19 créateurs venus de plusieurs pays d’Orient  (Maroc, Tunisie, Algérie, Arabie Saoudite, Qatar) et de France ont séduit un public nombreux.

Le Maroc qui inspire“, thème de ce bel événement a fait redécouvrir le caftan marocain. Entre tradition et modernité, il a été réinventé et sublimé. Ornements, paillettes, perles incrustées, broderies et transparences étaient à l’ordre du jour.

Les pièces impressionnaient  par leur caractère royal et captivant. Avec ce défilé, le caftan a pris des allures de haute couture. Et chaque pièce nous paraissait comme une œuvre d’art. Des pièces cintrées qui mettent en valeur la taille, parfois transparentes pour magnifier les bras, avec une fente pour dévoiler, discrètement, les jambes. Le caftan était assurément  au service de la femme en épousant toutes ses formes…

*Direction artistique & Chef de casting : FREDDY ANGEL

Partager :

“si l’Amour nous était conté”

Franck Sorbier

Nouvelle collection Haute Couture - Eté 2016 "les Amants célestes"

Une nouvelle fois, Franck Sorbier a démontré avec cette magnifique collection qu’il savait, au-delà de l’élégance diaphane de ses pièces uniques, toucher au coeur. Dans un savant mariage, la beauté majestueuse de sa coupe créative et le poudroiement opportun des sensations appréciées se mêlent et aboutissent à cette remarquable “parade de séduction”, cette “musique des gestes” à laquelle nous convie cette collection Eté 2016.

Tout a commencé par un petit livre sur le Kamasutra, traduisez par les «aphorismes du désir».
Bien que souvent connu pour ses illustrations sexuelles, le Kamasutra est avant tout un recueil du mode de vie qu’une personne cultivée se devait de connaître. Les illustrations ne sont apparues qu’à l’époque de l’empereur illettré Jalâluddin Muhammad Akbar, mais cet ouvrage peut également être lu comme une allégorie de l’union au Divin.
Plus proche de nous, les expositions «Fragonard Amoureux» et «Eros Hugo» ont nourri mon imaginaire.
De par sa définition, la Kabbale «de chaque être humain s’élève une lumière qui atteint directement le ciel. Et quand deux âmes qui sont destinées à être ensemble se trouvent, leurs flux de lumière coulent ensemble, et une seule lumière plus vive va de l’avant à partir de leur être uni», m’a aussi fasciné.
Les aquarelles de Rodin avec ses danseuses khmères me «titillaient» depuis plusieurs saisons sans savoir comment les aborder.
C’est lors de la visite de l’exposition du Nô à Mata Hari au Musée National des Arts Asiatiques – Guimet que le coup de foudre a réellement eu lieu.
Ici, tout inspire l’Amour.
J’ai découvert l’existence des Apsaras (Inde) ou Devatas (Khmer) et des génies volants. Les Apsaras représentées sur les bas-reliefs des temples hindous ou à Angkor sont toutes en courbes généreuses. Seins rebondis, tailles fines, ventres ronds et hanches épanouies. Que sont-elles devenues, celles que les dieux hindous envoyaient pour distraire les sages de leur quête du détachement des choses terrestres?

Laissez-vous emporter dans une luxuriance d’or, de dentelles et d’organza vers ce lieu en soi où se cultive et s’affine l’étincelle sacrée de l’amour, laissez-vous “conter l’Amour” qui mène à l’hyménée et à la félicité, sur les traces de cet artiste au “poétisme” visionnaire, inspiré par les “acteurs et actrices de l’humanité”, comme il aime à le dire.

[layerslider_vc id=”28″]

Partager :

Spéciale JTEX 2016: Mathita N’diaye Soupin

Des doigts de fées pour les JTEX

Fondatrice de “Beauty by Mathy” en 2013, la makeup artist Mathita N’diaye Soupin est arrivée de Paris pour renforcer l’équipe des maquilleuses retenues par la maison “La Perle Noire”. Cette chef maquilleuse d’origine sénégalaise a, de part son talent et sa gentillesse naturelle, contribué de fort belle manière au succès des JTEX 2016. Interview.

Vous avez été la maquilleuse-chef sur ce grand défilé qui a réuni plusieurs dizaines de mannequins. Comment s’organise-t-on pour maquiller autant de personnes en s’assurant qu’elles restent sublimes du début à la fin de la soirée?

medaillon-MathitaIl est vrai que ce fût un challenge pour moi de maquiller autant de modèles. Heureusement, Mme Badirou avait prévu deux assistantes afin de m’aider à sublimer les filles et faire en sorte que les mannequins gardent un teint zéro défaut, durant tout le défilé et cela, en dépit de la chaleur. Nous avons commencé à maquiller les filles trois heures avant le grand show. Au fur et à mesure de leur passage, nous faisions des retouches poudre. Le petit plus que l’on a utilisé c’est le “milk of magnesia“. Il s’agit d’un produit détourné par les youtubeuses américaines. Ces jeunes femmes curieuses et férues de maquillage se sont rendues compte que ce laxatif était un excellent matifiant ! Depuis quelques années, les maquilleuses professionnelles s’en servent. Je dois dire que c’est formidable pour matifier, spécialement lorsqu’il fait chaud.

Vous qui êtes au fait de toutes les nouveautés en matière de maquillage, quelles sont les tendances en ce moment? 

medaillon-MathitaEn matière de maquillage, le nude reste un intemporel. Il y a aussi les rouges à lèvres sans transfert (encre à lèvres, ndlr) qui tiennent merveilleusement bien. Pour toutes les carnations, les couleurs chocolat ou bordeaux foncé, comme on a pu le voir sur certaines photos de Rihanna, font fureur en ce moment.

 Quel est le meilleur conseil maquillage que l’on vous ait  jamais  donné et qui vous sert jusqu’à présent en tant  que makeup artist?

medaillon-MathitaLe meilleur conseil que l’on m’ait donné est celui de garder un plan de travail propre et ordonné. Sinon, au fur et à mesure que l’on maquille, on ne retrouve plus ce dont on a besoin, par exemple lors des défilés de mode. Cela entraine donc une perte de temps et le maquillage effectué en pâtit forcément.

Selon vous, quels sont les “make up faux-pas” à éviter?

medaillon-Mathita

Le make up faux-pas reste pour moi le contouring. En principe, c’est une technique utilisée au théâtre ou par les drags queens. Quand on ne la maîtrise pas, il vaut mieux ne pas la faire, car mal effectuée, cela devient horrible. Et cela, je le vois tous les jours dans les transports en commun.

Contact:

Tél.: 0603562652

Mail: mathita-ndiaye@hotmail.fr

Partager :