JacobWhitesides-1

Jacob Whitesides, la coqueluche de ces demoiselles

Avez-vous entendu parler de la nouvelle coqueluche des réseaux sociaux?

Jacob W

Jacob Whitesides, c’est son nom!

Un patronyme à retenir, il semblerait, au regard de la déferlante d’avis positifs sur le travail de ce jeune interprète de 18 ans (1,6M likes sur Facebook, 2,3M followers sur Twitter, 1,4M abonnés sur Instagram, 371K abonnés et plus de 15 millions de vues sur Youtube, 2 singles en tête des charts aux USA etc..).

C’est frais, c’est espiègle, c’est de la pop-folk groovy et légère, à consommer sans modération!

Mais Jacob Whitesides, ce n’est pas qu’une “belle gueule”! c’est aussi un auteur-compositeur digne de ce nom, que l’on qualifie spontanément de prodige.

Délaissant le schéma, classique bien que non aisé, de signer pour une “major”, cet enfant de Tennessee s’est fait tout seul, guitare à la main, s’appuyant sur le soutien de ses nombreux fans à travers les réseaux sociaux. Gardant le contrôle sur tous les aspects de son déjà beau début de carrière, cet électron libre n’a pas fini de nous étonner.

Actuellement en tournée aux Etats-Unis, il s’arrêtera en France, en Octobre prochain et donnera un concert à La Cigale à Paris le samedi 15 octobre prochain !

Les places sont déjà à réserver ici: http://www.ticketmaster.fr/fr/manifestation/jacob-whitesides-billet/idmanif/378236/idtier/4827637 et la sortie de son premier album “Why?” est imminente.

Avis aux amateurs de découvertes et de sensations nouvelles!

Pour vous donner une idée du talent du jeune phénomène, voici la vidéo de son dernier single “Lovesick“.

Partager :

folk, Jacob Whitesides, jeune chanteur, musique, pop, Réseaux Sociaux


Avatar

Patricia Etifier

Butineuse épicurienne, caraïbéenne cosmopolite, éco-citoyenne du Monde, femme de l’écrit, je suis amoureuse du genre humain dans sa diversité et perpétuellement en quête de sens car “Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre”. (Marie Curie) En marche pour voir se réaliser l’avènement de la Nouvelle Humanité où les femmes prendront la place qui est la leur et deviendront “les héroïnes de leur propre légende”. Et pour paraphraser Roger Baldwin “Elle possède des droits celle qui ose les défendre”!