« Le Génie du Vin » est en elle !

Auteur, comédienne mais aussi sculpteur, Sylvie Malys : une femme plurielle comme on aime vous les présenter !

Qui est Sylvie Malys ?

Auteure, comédienne mais aussi sculpteur, Sylvie Malys est une femme plurielle comme on aime vous les présenter ! Née au Gabon, la carrière de comédienne de cette ravissante rousse prend racine sur l’île de la Réunion où elle a grandi. Théâtre, long-métrage, animatrice radio, elle devient chroniqueuse à RFO télévision. Montée à Paris, elle complétera sa formation au Studio34.

Du Théâtre à la TV, elle fait pétiller les scènes de Paris, de Belgique et d’Avignon. Elle interprète « Les Demoiselles de Rochefort » sur France 2. On l’a vue dernièrement sur TF1 notamment dans « Alice Nevers », ainsi qu’en « guest » dans « Scènes de Ménage » sur M6 et sur scène au Théâtre du Gymnase dans « Ticket Gagnant ».

En parallèle, Sylvie Malys s’essaye au duo show avec un spectacle intitulé «E-MOIS », qu’elle écrit, joue et tourne pendant deux ans à Paris. Ce qui l’amène tout naturellement au One Woman Show comme « Ya des Pépins dans le Raisin » qui sera le premier du genre. Elle le jouera pendant un an en tournée.

Artiste complète, elle est aussi Sculpteur : depuis 2010 elle expose dans différentes galeries à Paris, Arras, Giverny, en Belgique ou encore à St Petersbourg, . Elle a obtenu, en juin 2014, le Diplôme de Médaille de Bronze décrené par l’Académie ARTS-SCIENCES-LETTRES et est devenue Membre de la Fondation TAYLOR en septembre 2014.

 

 

Après le Théâtre des Feux de La Rampe, c’est au Théâtre du Gymnase que se joue « Le Génie du Vin »

Son spectacle, « Le Génie du Vin » est un « wine woman show » pour les amoureux du vin et les amateurs du rire. Il peut se voir seul, en famille ou en couple. Il nous dévoile les secrets de trois amies-ennemies dotées de noms œnologiques : Margaux, Fleurie et Vouvray. La pétillante comédienne campe les trois personnages avec panache et brio.

Les problèmes surgissent à cause d’un certain Saint-Amour…

Confidences et trahisons sont les ingrédients de cette comédie truffée de jeux de mots au goût tannique qui restent longtemps en bouche.

Sylvie Malys excelle dans son interprétation lors des transformations de ses personnages.
Ce spectacle drôle et rafraîchissant ravit et requinque le spectateur.
Il est bien sûr à déguster, sans modération !

Chaque mardi soir à 20 heures, à partir du 30 janvier prochain, une des salles du célèbre théâtre parisien, Le Théâtre du Gymnase abritera les rires grâce au « Génie du Vin. »
Le comique opèrera grâce à sa gestuelle, ses jeux de mots, ses déplacements rapides dans l’espace, ses mimiques désopilantes et expressives presque felliniennes. Une vraie performance…

 

Voici un aperçu du spectacle de Sylvie Malys, «Le Génie du Vin» :

 

Pratique :

LE GÉNIE DU VIN se joue tous les mardis à 20 heures au Théâtre du Gymnase 38 Bd Bonne Nouvelle 75010 Paris – Réservation au 01 42 48 79 79 – Métro Ligne 9 Bonne Nouvelle

www.sylviemalys.com

Partager :

Le jeu du Tao: Un jeu magique

« Tu as dormi pendant des siècles innombrables. Ce matin, ne veux-tu point te réveiller? »

Jeu créé dans les années 80 par Daniel Boublil et Patrice Levallois (qui se sont inspirés d’une pratique bouddhiste utilisée par les moines pour tester la résistance mentale de leurs disciples) dont la conception a demandé de longues heures, mois et années de travail. Son éclosion s’est finalement faite au bout de 7 ans, grâce aux efforts conjugués de près de 300 collaborateurs.

Toutes les grandes traditions orales des cinq continents, sans aucun sectarisme, y sont conviées (Jésus, Bouddha, David, Lao-Tseu, Ibn Arabi, Moïse, Mahomet…), tous les “grands questionneurs de l’Histoire” (Socrate, Platon, les Aborigènes d’Australie…) ainsi que les grands noms de la psychologie/psychanalyse des temps modernes (Carl Jung, Sigmund Freud, Gregory Bateson, Paul Watzlawick, Milton Erikson, Paul Diel, Bruno Bettelheim, Marie-Louise von Franz…) également.

Ces immuables lois universelles de la Sagesse et ce long travail de réflexion a en effet donné lieu à un jeu de société pas comme les autres. L’idée de départ ? que « chaque être humain est porteur d’un projet, d’une aventure, d’une potentialité souvent bien plus grande que ce qu’il imagine ».

 

La boite du jeu du Tao

UN JEU GAGNANT-GAGNANT QUI CHANGE LA VIE:

Bien-sûr, en ouvrant votre boite, vous retrouverez un plateau, des cartes, des dés, les joueurs installés autour ainsi qu’un parcours labyrinthique à appréhender mais les règles de ce “jeu des Jeux” est de donner la possibilité aux joueurs de jouer avec et non contre ses partenaires. Il permet, grâce à la connaissance que l’on a de soi-même, grâce à l’écoute et à l’aide à laquelle on consent, de trouver des solutions conduisant à la réalisation d’un objectif.

Le mécanisme de ce jeu unique est simple : on choisit une quête importante pour nous (matérielle, affective, artistique, spirituelle ou professionnelle), on lance le dé ou l’on clique sur sa souris, on tire une carte et on répond aux questions. Le jeu conduit naturellement son joueur dans une démarche de questionnement introspectif et la ponctue tout du long, d’oracles, de métaphores et de contes pour éclairer et inciter à l’engagement. Et tout cela, dans une logique win-win. « Le Jeu du Tao aide chacun à s’approcher de façon spectaculaire de l’accomplissement de sa quête ».

Imaginez… Un parcours traversant quatre mondes :

  • Le monde de la Terre, gouverné par la question “Que cherches-tu?” – (Clarification de la quête).
  • Le monde de l’Eau, gouverné par la question “Quelles sont tes armes?” (Quelles sont tes peurs, les freins dans la réalisation de ta quête ?).
  • Le monde du Feu, gouverné par la question “Quelles sont tes peurs ?” (Quelles sont tes ressources pour la réalisation de ta quête?)
  • Le monde de l’Air, gouverné par la question “Quel est ton engagement ?” (Quel est ton prix, à quoi es-tu prêt à renoncer?)

 

«Le Jeu du tao offre à tous, individus et collectivités, des outils et des savoirs concrets, pour mieux se comprendre, mieux communiquer, coopérer, co-créer, décider et s’engager ensemble dans des directions porteuses d’avenir. Le but du Jeu est d’aider les autres joueurs à réaliser leur souhait, que ce soit un projet individuel ou collectif. Le parcours du jeu- avec le soutien de vos partenaires- vous donne en fin de partie toutes les clefs pour le réaliser. La coopération est de règle, la solidarité est de mise, l’esprit de compétition est exclu. Le principe du Jeu du Tao est de jouer avec, et non pas contre ses partenaires.»

Extrait du site

On atteint ainsi bien plus facilement son but en aidant les autres à atteindre le leur.

 

JOUER ? “TRICOTER DU LIEN SOCIAL”

Le jeu, très vieille pratique humaine a toujours fait partie de notre vie. En plus d’être divertissant, il est connu pour remplir bien des fonctions, allant de l’apprentissage à l’exutoire, en passant par l’assimilation de règles ou la tentative d’appropriation du hasard ; Mais si, pour une fois, délaissant la compétition, il entend faire gagner tout le monde et créer du “tissu relationnel”, c’est fichtrement séduisant !
Des milliers de joueurs, en France et dans le monde jouent et apprécient ce Jeu du Tao qui a depuis essaimé.

Les livres : Livre du Jeu du Tao et Jeu du Tao de la Santé et du Bien-être

Outre le jeu originel, vous trouverez aussi :

  • Tout d’abord le Livre du Jeu du Tao qui permet d’approfondir certaines connaissances (connaissance de soi, développement personnel) tout en devenant le “héros de sa propre légende”. Interactif, très bien documenté et pratique, ce bel ouvrage permet d’entamer sa quête personnelle à son rythme, face à soi-même tout en rejoignant le groupe des “actifs culturels”
  • Puis le Jeu du Tao de la Santé et du Bien-être pour que quel que soit votre état, bien portant ou malade, vous puissiez réveiller la force de vie qui est en vous et guérir les éventuelles blessures émotionnelles du passé.
  • Des formations au Jeu du Tao existe également sur Skype.
  • Et bien-sûr, il est possible de jouer seul(e) sur le site, où son ordi (sa tablette ou son smartphone) jouera le rôle du modérateur.
  • A l’heure du réseautage et du networking, un TaoVillage a même été créé. Il se définit comme « un centre de recherches et de développement entièrement tourné vers la découverte de nouveaux paradigmes sociaux, comportements et dialogues, outils communautaires capables de relever les défis relationnels proposés à toute forme d’organisation en recherche de coopération ».(Extrait du site)

 

 

Ainsi, curieux et passionnés se retrouvent régulièrement, dans des cercles de joueurs ou dans des clubs, dans des cafés ou sur leur lieu de travail, pour approfondir leur quête et passer du temps de qualité ensemble.

Petit détail intéressant : ce jeu avait été pensé et créé à l’origine pour la télévision: «On aurait pu parfaitement, en télé-réalité, voir des gens qui réussissent et ça aurait été, je crois, plus satisfaisant pour le téléspectateur. Le spectacle de l’entraide est un spectacle réjouissant».

Patrice Levallois *reportage “Complément d’enquête” de France 2

Un pilote avait même été tourné à l’époque, avec notamment Juliette Binoche mais le projet, plusieurs fois relancé, ne s’est jamais concrétisé. Dommage…

En attendant, si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure et de tenter une première partie en famille ou entre amis, au coin du feu le soir ou à l’heure du brunch dominical, n’hésitez pas, c’est magique…

A offrir ou à se faire offrir absolument !

Pour tout savoir des prochaines parties de Tao ou des formations pour devenir “taoanimateur” (modérateur de parties de tao dans les cercles):
paule.taovillage@gmail.com
taopatrice@gmail.com
Le site: Le Jeu du tao

Credit photos: inimaginabletao.fr – jeudutao.fr

Partager :

Jazz Color à Groslay!

Annick Tangorra

Ca y est! Groslay accueille son premier festival de Jazz. Pour cette première édition et afin d’apprivoiser un public friand mais non encore rompu à l’exercice, la ville a choisi de le proposer en plein air et complètement gratuit. C’est l’occasion, pour les néophytes et les plus avertis, de s’offrir quelques heures uniques de sensations musicales et d’émotions visuelles, le temps d’un beau week-end prolongé. 

La chanteuse de Jazz Annick Tangorra, au répertoire généreux, ensoleillé et métissé est à l’origine de cette merveilleuse initiative, épaulée par le Comité des Fêtes de la Ville et par de nombreux mécènes mélomanes. Elle a accepté de répondre à nos questions: 

  • FP: Selon vous, d‘où vous vient cet amour du Jazz? 

Annick Tangorra: De ma mère qui possédait quelques disques de Jazz et de mon oncle qui a complété sa collection en nous ramenant de ses voyages quelques petits bijoux de la musique  latino-américaine. Nous avons passé notre jeunesse à écouter: Oscar Peterson, Art Blakey and the Jazz Messengers et bien d’autres….

  •  FP: Vous aviez cette idée de créer un Festival de Jazz à Groslay depuis longtemps? 

A.T.: L’idée a germé quelques années après un séjour à New York, après avoir assisté à plusieurs concerts de Jazz en plein air à Central Park !

Le déclic est venu en observant la joie du public écoutant de la musique en plein air, dans ce cadre majestueux.

  •  FP: Quelles sont vos ambitions pour ce Festival? 

 A.T.: J’avais envie de créer un évènement musical important dans ma petite ville de Groslay.

Cela n’a pas tout de suite été évident mais la ville a finalement validé le projet, avec le soutien du Maire et du Comité des fêtes.

  • FP: Parlez-nous un peu de la programmation? Pourquoi ces choix? 

A.T.: Le samedi, nous ouvrirons le festival avec le magnifique Trio “SELKIES”: 3 jeunes musiciennes et chanteuses talentueuses qui présentent un jazz moderne et raffiné aux couleurs métissées. Le groupe brésilien “RODA DO CAVACO” où se mêlent chants, chœurs, cavaquinho et percussions typiques de la tradition de grands sambistes clôturera la soirée.

Le dimanche, c’est mon groupe “ANNICK TANGORRA Quintet” qui débutera  les festivités et suivra le parrain du Festival, musicien et compositeur exceptionnel, MARIO CANONGE et KANN avec, en guest, le chanteur TONY CHASSEUR. Par ailleurs, le percussionniste RAVY MAGNIFIQUE viendra animer un atelier d’initiation à la percussion  pour le jeune public avant les concerts!

J’aime le Jazz depuis toujours et les multiples teintes qu’il revêt; C’est d’ailleurs pourquoi j’ai baptisé ce festival « Jazz Color ». Je souhaitais programmer des groupes qui symbolisent ce métissage. C’est le ton que je souhaite donner à ce festival .

  • FP: Les artistes ont été prompts à convaincre? 

A.T.: Je n’ai pas eu besoin de les convaincre, ils étaient tous partants et heureux de participer à cette première aventure. La majeure partie d’entre eux sont des amis et je les remercie, du fond du cœur, de me soutenir.

  •  FP: C’est une toute première édition, qu’avez-vous envie de dire au public pour l’inciter à venir (et à revenir pour les prochaines éditions!)? 

A.T.: Qu’il vienne découvrir une musique de grande qualité, des artistes de haut vol, talentueux, charismatiques, inventifs …

Qu’il vienne se nourrir d’une musique, qui n’est pas assez diffusée.

  • FP: Pourquoi avoir choisi de proposer un festival gratuit et en plein air? 

A.T.: Pour cette première année, la ville a préféré opter pour un festival gratuit pour le public … J’espère cependant qu’il y aura, dans les éditions suivantes, une participation du public, ce qui permettra de valoriser le travail artistique.

  • FP: Un dernier mot? 

A.T.: Nous avons la chance d’avoir en France des musiciens de talent et je suis heureuse que certains d’entre eux soient accueillis par la ville de Groslay pour de bons moments de partage.

 Ce sera une très belle fête de musique où l’on pourra également se restaurer sur place.

Un délicieux moment de Jazz et Latin Jazz caribéen en perspective! 

Prenez vos chapeaux, vos bouteilles d’eau et vos sièges pliables et “let’s Jazz it” à Groslay!  C’est au Parc de la mairie de cette magnifique ville du Val d’Oise (95), c’est gratuit, ce sera festif pour petits et grands et Madame Soleil nous promet de très belles éclaircies, ce week-end.  

Programmation

Les Selkies

Animées par le partage de la musique, Selkies est la rencontre de 3 musiciennes chanteuses à la recherche d’un nouveau son chanté. Associant jazz, musiques improvisées et chanson, ce projet élabore la voix sous tous ses aspects, d’abord dans l’harmonisation de 3 voix puis dans le jeu de l’improvisation. 

Inventant des mots dans un refrain ou un solo, Nirina, Céline et Cynthia parviennent à discuter entre elles et à proposer sur scène un nouveau langage musical. A travers le mythe de ces sirènes libres, Selkies entend réunir le monde et donner au jazz une couleur métissée nouvelle. 

Roda Do Cavado

“Pagode” en portugais du Brésil désigne une rencontre de musiciens qui se retrouvent autour d’une table pour faire la fête en musique. Roda do Cavaco donne à entendre et à voir un pagode puissant soutenu par une section rythmique jubilatoire (tantã, rebolo et pandeiro) et les cordes du cavaquinho et du cavaco-banjo. Aux compositions originales se mêlent des reprises des grands sambistes comme Zeca Pagodinho, Grupo Fundo de Quintal, Paulinho da Viola, etc…

Annick Tangorra Quintet

 Annick Tangorra propose un pertoire original empreint de ses influences musicales qui passent par le jazz tout en conservant l’essence et l’esprit latin, jazz, caribéen. Cette orientation esthétique se poursuit en collaboration étroite avec Mario Canonge qui mène d’une main de maître son quintet.

Mario Cannonge & Kann

Mario Canonge & Kann est un groupe né en 1991. Les compositions de son répertoire sont de Mario Canonge, sur des rythmes de la caraïbe. 
Le propos était à l’époque d’essayer de redonner à la biguine, la mazurka etc… leurs lettres de noblesse, puisque ces rythmes étaient éclipsés (en dehors du groupe Malavoi) par le Zouk, nouvelle musique populaire, aux Antilles. Ce concept puise son inspiration dans toutes les traditions musicales caribéennes, avec autant de musiques instrumentales que de chansons interprétées par les plus grands chanteurs du genre: Ralph Thamar, Jocelyne Beroard, Tony Chasseur, Serge Ponsar, Jean-Philippe Marthely, Olivier Jean Alphonse, Tatiana Miath, Pipo Gertrude, Jean-Paul Pognon… De nombreuses compositions de Mario Canonge ont, depuis, fait leur entrée dans le répertoire des standards des Antilles, quelles soient chantées ou instrumentales.

Ravi Magnifique

Né en Inde (Pondichéry),le parcours de vie de ravi fait l’objet de multiples rencontres cosmopolites. Passionné par le Jazz, il en constate l’origine dans les musiques folkloriques. Assoiffé de savoir, il s’initie aux traditions ivoiriennes et guinéennes (djembé, sabar, balafon, sanza…) et devient soliste au cœur d’un ballet africain “NANCHO“. Il rencontre aussi la musique cubaine (congas, timbal, bongo…) avant de découvrir les rythmes brésiliens. Il devient “chef de batterie”, diplômé de l’Académie de Musique Nicia D’Avila et accompagne Monica Pasos, Yanna Purrin, Teka Kalazan. 

Patricia ETIFIER

Partager :

Emoi Photographique

Rendez-Vous Photographique Annuel à Angoulême

A Angoulême, se déroule actuellement et jusqu’au 30 avril, un Festival de photographie, sur le thème de l’Histoire.

A la faveur d’un voyage prochain, dans cette belle région de la Charente ou pour vous, qui y résidez, c’est l’occasion de découvrir les travaux de 20 photographes, en divers lieux de la ville (14 au total) et de son agglomération (au Théâtre d’Angoulème, à L’Espace Franquin, au Musée d’Angoulême, au Centre culturel Soëlys, à la Maison des Peuples et de la Paix, à l’Hôtel du Département, etc...).

Des photos qui ont tout à dire, certaines poignantes, d’autres joyeuses ou tendres, beaucoup jamais montrées au grand public et toutes racontant l’Histoire, la grande mais aussi les leurs, enluminant leurs vérités, leurs légendes et leur poésie.

« Nous avons choisi ces photographes car ils nous offrent un large éventail de ce qui peut se décliner à partir du mot histoire. Chacun nous offre une facette de l’histoire plongeant dans leurs liens familiaux, des valeurs humaines ou dans l’imaginaire qui caractérise si bien l’espèce humaine. »

Cette année, l’association, qui met un point d’honneur à promouvoir la photo en France et également dans le Monde, a invité, pour cette 5ème édition, 3 photographes doués qui posent leur regard, sur des moments charnière de l’Histoire et son impact sur leur propre vie :

Warren Saré nous faire part de son travail sur les tirailleurs sénégalais du Burkina Faso et du Bénin.

Jean-Daniel Guillou parle de solidarité et conte l’histoire du docteur Phat-Eam Lim. qui a quitté le Cambodge pour fuir les khmers rouges et qui revient dans son pays d’origine, devenu ophtalmologue, avec son association « Pour les yeux du monde» pour soigner et opérer sur place.

Jean-Michel Leligny nous plonge dans l’intimité des femmes à la quarantaine. Partant de son histoire personnelle, il rend ici hommage, sur le papier glacé, à ses «femmes modèles», pénétrant une seconde fois dans son image, en y superposant un texte de constat de vie.

Pour le plaisir des yeux (et pour ceux qui ne pourront hélas se déplacer), petite sélection proposée par l’association:

© Bruno MERCIER
« 14-18-LA GRANDE GUERRE » (Blind Memory II)
Dans ce nouveau volet des « Blind Memories » j’ai voulu retourner aux racines du mal, là donc où les premières lignes de l’histoire du XXe siècle ont été esquissées. Parcourir les champs de batailles de «la der des der», toucher du regard les cicatrices de ces terres meurtries, écouter les cris silencieux des millions d’homme, enfouis là…
© Paul-Emile OBJAR
« Il a disparu. Qui a disparu Quoi. Il y a (il y avait, il y aurait, il pourrait y avoir »
Une phrase de Georges Perec, un lit vide, comme le passage d’une solitude vers une absence imprévue, et des silhouettes en envie d’existence. Pour avancer dans son histoire. Que sont-ils devenus ?
©Christophe HARGOUES
« EXTRA/ordinaire »
Dans une résidence entièrement médicalisée, quarante-cinq personnes sont accueillies, toutes atteintes de maladies dégénératives lourdes. Près de quatre années ont été nécessaires pour réaliser ces portraits. Onze résidents ont participé à ce projet; trois sont décédés: Laurent, Olivier, Julien.
© Anne-Lore MESNAGE
« Se surprendre à rêver. Rêver »
A l’aube des élections présidentielles et lorsque le mariage pour tous et les droits des familles homosexuelles reviennent sur le devant de la scène, il me semble important, voire nécessaire de raconter notre histoire.
© Louis OKE AGBO
« Folie »
Au Bénin, la folie a été longtemps synonyme de déchéance et de relégation sociale. L’introduction de nouvelles thérapeutiques a contribué à faire accepter la maladie mentale comme objet de soins mais la question de la guérison, encore incertaine, génère dans la société des réactions de crainte et de protection. Louis Oke Agbo a travaillé avec l’ONG « Vie et Solidarité » pour que sa photographie contribue a susciter une action d’entraide envers les personnes atteintes de folie dans son pays.
© Baudouin MOUANDA
« Se débrouiller pour devenir grand ! »
C’est ici dans la chaleur suffocante des rues de Bacongo, que Baudouin Mouanda décide de poser son regard sur les petits métiers, dans le but de se poser la question: Comment se débrouiller pour devenir grand ?
© CUSHMOK
« Hous’us »
Ces pièces comme autant de fenêtres sur de grands immeubles laissent deviner la vie de leurs habitants. Intériorités, espaces libres sur soi, rêves: essayer de capturer la diversité des pensées contenues par ces murs toujours identiques.
© BARTHES & AMARAL
« S’il vous plait… dessine moi un œuf »
Cette série photographique et vidéo propose de revisiter l’Histoire de l’Art de manière ludique et humoristique, à travers la parodie de quelques artistes qui ont marqué leur temps et dont les œuvres ont souvent fait débat.
© JL AUBERT
« Dans les bois incertains »
JL—Aubert réalise des empreintes numériques de fleurs, d’objets et de trouvailles improbables. Il y donne à voir un univers singulier illustré par des images qui creusent le sujet en tons colorés, matières, assemblages et jeux de miroirs. Ce regard ludique et parfois dérangeant sur la nature, rend manifeste la fragilité de toute forme de vie et la beauté qui en émane.
© Jean-Michel DELAGE
Une évocation photographique du livre de Julien Gracq « Les eaux étroites ».
« … il y a dans la promenade sur l’Evre un moment ingrat où l’attention se détourne, et où le regard se fait plus distrait. » Julien Gracq
© Warren SARE
« La dernière carte »
« La dernière carte » est un de ses reportages au long cours qui présente les anciens combattants burkinabés et béninois ayant combattu sous le drapeau français

© Jean-Michel LELIGNY
« 40 ans »
14 610 jours – 350 640 heures – 21 038 400 minutes – 1 262 304 000 secondes
Je suis né d’une femme de la quarantaine. Quelques années plus tard, elle a mis fin à ses jours, ses heures, ses minutes, ses secondes… J’ai voulu ce travail associant une nature encore sauvage et des femmes autour de la quarantaine, comme un hommage rendu à ma mère.
© Michel Claverie
« Traces »
En 2015, à l’occasion du 70ème anniversaire de la libération des camps nazis, nous avons choisi de mettre en lumière l’ultime chapitre de l’existence du système concentrationnaire nazi, à savoir les marches d’évacuation des camps.
© Brigitte MANOUKIAN
« Maritza »
Où il est question d’objets, objets tricoteurs de mémoires, supports d’un récit collectif d’une culture réelle ou mythique, objets passeurs, qui lient et qui délient, hérités, vénérés, sacralisés
© Jean-Charles DEHEDIN
« Parlons-en »
« Parlons-en » est une série ayant pour but de mettre en avant la lutte contre le cancer du sein à travers des femmes sensibles à ce sujet. Elle leur permet de s’exprimer de manière personnelle au travers de la photographie et d’une citation et tout cela sans censure.
© Arnaud HUBAS
« Une histoire une vie »
Au commencement de la petite histoire, il y a l’enfant, la vie s’offrant à un être. Le champ des possibles qui s’ouvre. Il lui faudra simplement relever le plus grand de tous les défis, trouver Le chemin.
© Arnaud MAKALOU
« Etre ouvrier à Brazza »
Au Congo, Arnaud Makalou s’intéresse à des jeunes, ouvriers dans les sociétés d’extraction de pierres coréennes et chinoises, installées à Brazzaville depuis fort longtemps.
© MNIHA
« Mémoire du mouvement »
«Mémoire du mouvement» est en fait une sorte de chronophotographie, une pause longue dans le noir et l’éclairage aléatoire d’une lumière directe dépose le récit de l’action, marque son histoire.
© Nicolas AUVRAY
« Bella Rosa »
Un halo de lumière sortait des deux portes jumelles au travers des anciens verres dépolis. Juste un numéro “423”, et une inscription “Bella Rose”, en transparence. A ce moment, une ombre apparait en se projetant sur cet écran improvisé et se livre à une étrange danse en transparence. Que se passait-il à l’intérieur de cet espace dont il ne voyait qu’une projection?
© Irina SOVKINE
« Histoire naturelle »
Irina Sovkine, “photographe en herbe et autres matières éphémères”, s’inspire de motifs végétaux à partir desquels, elle imagine un bestiaire étrange et fascinant qu’on croirait sorti du microscope d’un naturaliste fou.

© Anna BAMBOU

« Ames sœurs toxiques »
Anna Bambou, c’est l’histoire d’un fait divers. Une femme disparait d’un village un soir et l’esprit des habitants en reste très marqué… Notre travail se base sur la mémoire, sa fragilité et les descriptions et événements se transformant avec les sentiments. Ainsi naît Anna Bambou. De chaque témoignage, nous construisons une nouvelle série d’image, racontant chaque fois une nouvelle vision de cette femme, devenant alors l’Histoire d’une Femme.
© Emilie MASSON
« Bourriquet »
Émilie Masson souhaite simplement et humblement que ces quelques clichés puissent nous transporter des années en arrière pour nous replonger dans ce que nous étions enfants, avec tous nos rêves, nos espoirs et nos amitiés imaginaires,
 © Jean-Daniel GUILLOU
« Pour les yeux du monde »
C’est en 2002, non sans émotion que le le docteur Phat Eam Lim, ophtalmologue,retourne dans son pays qu’il n’a jamais oublié, après 27 ans d’absence. Il est choqué par l’état dans lequel il le retrouve et a envie d’aider. L’idée germe, le projet se construit au fil des différents séjours et donnera lieu finalement à la création d’un bateau clinique ophtalmologique. Jean-Daniel Guillou va suivre les pérégrinations de ce bateau.
L’Emoi Photographique – Histoire et petites histoires – Jusqu’au 30 avril 2017
Et Pour plus de détails: http://www.emoiphotographique.fr/
photo de titre: Michel Claverie

Partager :

JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE LA FEMME: AGENDA

Les femmes sont à l'honneur à l'Aquarium de Paris

Une journée unique pour un moment d’enchantement

Lors de cette journée, les visiteuses pourront, seules, en famille ou entre amies, profiter de ce moment d’évasion,  pour découvrir les 10 000 pensionnaires des eaux de Métropole et d’Outre-Mer de l’Aquarium de Paris. Des activités seront proposées tout au long de la journée, pour vivre une expérience magique.

Dans les jardins du Trocadéro, en plein cœur de Paris, l’Aquarium de Paris offre un spectacle inoubliable aux petits et grands, avec 50 bassins permettant de découvrir plus de 10 000 poissons et invertébrés de toutes les mers de France, dont 50 requins.

Ouvert tous les jours de 10h00 à 19h00.
Fermeture des caisses à 18h00.
Site internet : http://www.cineaqua.fr
Adresse : 5, avenue Albert de Mun/ 2, avenue des Nations Unies
75016 Paris – Métro : Iéna ou Trocadéro
Tel : 01 40 69 23 23

Les femmes à la conquête du monde du vin

Longtemps réservé aux hommes, le monde du vin s’ouvre du plus en plus aux femmes, qui multiplient les initiatives, pour le faire découvrir sous un angle nouveau. C’est le cas de Fanny Bassoleil, jeune bourguignonne de 27 ans, qui a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat avec un concept de dégustation à domicile qui séduit.

« A Paris, beaucoup de monde a envie d’apprendre à déguster du vin avec ses amis. Mais lorsqu’il faut passer à l’action, trouver un lieu qui convienne à tout le monde, s’organiser pour faire garder les enfants, etc., la bonne idée de départ tombe souvent vite à l’eau. »

C’est pourquoi elle propose à ses clients de venir à eux, pour leur enseigner en toute décontraction et dans la bonne humeur la dégustation de vins.

  • Parler d’une approche féminine du vin a un véritable sens 

Pour Fanny, la différence avec les hommes, dans la pratique de l’oenologie, tient en 2 choses essentiellement :

– Une approche avant tout émotionnelle: ce qu’elle recherche avant tout dans la sélection de ses vins, c’est qu’ils lui plaisent, peu importent les médailles ou la réputation du viticulteur. Le feeling prime sur la performance affichée. Une seule règle : le plaisir qu’elle prend à les déguster et à les faire découvrir à ses clients.

– Une approche ludique de la dégustation: pour elle, contrairement à beaucoup d’hommes, ce n’est pas la maîtrise des termes techniques qui fait la valeur d’une dégustation, mais les souvenirs que vont en garder ses apprentis.

4 formules sont proposées (à partir de 29€/personne),
7 jours/7 à domicile.

Foire de Lyon: Les Femmes à l'honneur

La Foire de Lyon se tiendra du 17 au 27 mars prochain et l’événement met les femmes à l’honneur. Des ateliers “bien-être” dédiés, un espace mode, des conseils et produits beauté, une journée spéciale pour les femmes, des ateliers DIY, un défilé de mode, sans oublier les univers de la maison ou encore de la déco … Le Foire de Lyon devient “Au bonheur des dames”…

A l'occasion de la Journée Internationale des Femmes, la Mairie du 8ème arrondissement de Paris organise «Le MOI des Femmes»

 Marina Vlady est la marraine de cet évènement culturel et festif.

Il s’agit d’un voyage, social, culturel qui permet à tout le monde d’avancer vers la découverte de la «raison» pour permettre d’effacer plus rapidement beaucoup trop d’inégalités insoutenables.

Venez nombreux, en musique, avec le sourire, profitez d’un parcours généreux qui fera votre bonheur et celui des autres.

Retrouvez la liste des différentes manifestations prévues ainsi que les dates et les lieux, en téléchargeant le flyer disponible sur le site de la mairie.

Journée de la femme 2017 : rendez-vous à l'Académie du Féminin

Et si être une femme confiante, libre et épanouie s’apprenait ?

En 2017, les femmes se libèrent et prennent leur place dans la société !

Travaillant depuis 10 ans en tant que gestalt-thérapeute, coach et conférencière dans le domaine du développement personnel et de l’épanouissement professionnel, Catherine Oberlé fonde aujourd’hui l’Académie du Féminin. Entourée d’un groupe d’experts, elle propose des stages, formations et coaching personnalisés avec l’ambition de permettre aux femmes de s’incarner dans le monde à travers leurs projets, leurs idées, leurs carrières, leurs visions et leur sensibilité.

Mon rêve a toujours été que les femmes puissent se sentir libres et autonomes en vivant à fond leurs désirs en s’appuyant sur leur plaisir et leur passion. [au sein de l’Académie], nous abordons des sujets qui permettent aux femmes de prendre leur place en entreprise ou dans la société en respectant leur nature profonde, en s’incarnant dans les valeurs du féminin et dans l’équilibre des polarités masculines- féminines. Sur un plan plus personnel, il s’agit également de permettre aux femmes de lâcher leurs peurs, de prendre confiance en elles, de se réaliser et de s’épanouir.

Pour en savoir plus

Spectacle "Une Fois Pour Toutes, Rire contre le sexisme".

3ème Œil Productions a imaginé, conçu et réalisé une soirée événement « Une Fois Pour Toutes » qui a été enregistré lundi 27 février au Palace. Il sera diffusé (puis rediffusé) sur France 4, en Prime Time, le 6 mars à 20h55.

1h30 d’un spectacle drôle et piquant à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Laury Thilleman y tient le rôle de Maitresse de Cérémonie à merveille. Humoristes, comédiens, comédiennes  chanteuses, danseuses se succèdent sur scène pour mettre l’accent avec humour sur les stéréotypes auxquels les femmes sont confrontées depuis toujours et au quotidien.

Les femmes face à l’investissement

Unique réseau féminin de «Business Angels» en France et 1er réseau en Europe, FBA (Femmes Business Angels) réunit plus d’une centaine de femmes qui investissent individuellement et accompagnent des start-ups en démarrage ou en développement, portées par des hommes ou des femmes. Les investisseuses de FBA s’intéressent à un large éventail d’activités et de secteurs afin de favoriser l’émergence de start-up innovantes et à potentiel. Réseau convivial et dynamique, FBA souhaite encourager les femmes à participer à l’aventure passionnante des Business Angels et à jouer ainsi un rôle actif dans la création d’entreprise.

Pour la première fois, l’association FBA et KPMG, avec OpinionWay, se sont intéressés au rapport des femmes à l’argent et à l’investissement, en croisant les regards de Françaises et de « Business Angels » sur le sujet.

Pour découvrir l’enquête dans ses moindres détails et la méthodologie, rendez-vous sur:

@femmesBA
 

Du 8 au 15 mars 2017, ONU Femmes France lance la première édition de HeForShe Arts Week à Paris.

Lancement : Mercredi 8 Mars 2017  au Siège de l’UNESCO, Salles II et VI, à Paris

Du 8 au 15 mars 2017, ONU Femmes France lance la première édition de HeForShe Arts Week à Paris.

ONU Femmes promet une semaine rythmée par des événements de tous horizons artistiques, dans des lieux phares parisiens.  HeForShe Arts Week mobilisera de nombreux artistes engagés, porteurs du message « Les Arts pour l’égalité », avec pour objectif de défendre la place des femmes dans la société.

A l’occasion du lancement des événements de cette semaine, le mercredi 8 mars sera riche en interventions, à commencer par des tables rondes réunissant des porte-paroles du secteur de la Culture sur des thématiques reflétant les barrières auxquelles sont confrontées les femmes dans le milieu de l’art. Cette journée se terminera par un concert de Louane et de Her, marraines et parrains de HeForShe Arts Week.

Entre le 8 mars et le 15 mars : des évènements dans des lieux culturels partenaires et une présence à la Journée de la Femme Digitale le 9 mars.

Enfin, cette semaine se verra clôturer par un dîner de gala de soutien aux actions du comité ONU Femmes France le mercredi 15 mars 2017 à l’Orangerie (Paris, 75 002). Une vente aux enchères d’œuvres réalisées par des artistes de renom sera animée tout au long de la soirée.

Renseignements:

L'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises pointe la trop faible présence des femmes dans les Comités Exécutifs
des grandes entreprises

L’Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises publie aujourd’hui les résultats 2017 de son étude annuelle sur la présence des femmes dans les Conseils d’Administration et les Comités Exécutifs des grandes entreprises. Si la féminisation des Conseils d’Administration est en fort accroissement grâce à la loi, l’étude pointe la nécessité d’une nouvelle initiative législative pour accroître la présence des femmes dans ces irréductibles lieux de pouvoir masculins que sont les  Comités Exécutifs.

Le rapport de l’Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises a rendu ses conclusions, basées sur l’analyse des données factuelles des rapports annuels publiés en 2016 par 62 des plus grandes entreprises françaises (CAC40 + CAC Next 20). Il y analyse minutieusement chaque année la présence des femmes dans les Conseils d’Administration, les Comités Exécutifs, la population cadres et les effectifs.

Les résultats 2017 de l’Observatoire SKEMA livrent 6 constats :

  1. L’augmentation du nombre de femmes dans les Conseils d’Administration résulte davantage de la création de nouveaux postes d’administratrices que du remplacement des hommes par des femmes.
  2. Cette augmentation du nombre d’administratrices ne se traduit pas par un accroissement du nombre de femmes dans les Comités Exécutifs. Elles sont seulement 11,59% à siéger dans les lieux de pouvoir masculins que sont les Comités exécutifs.
  1. Le croisement de la féminisation des Conseils d’Administration (contrainte par la loi) et des Comités Exécutifs (laissée libre à la volonté des dirigeants) met en évidence quatre catégories d’entreprises: les Championnes de la Diversité, qui affichent un pourcentage de femmes dans les deux instances de gouvernance supérieur à la moyenne (ENGIE, Sodexho, L’Oréal, Publicis), les Machistes Contrariées où le pourcentage de femmes dans le CA est supérieur à la moyenne mais le pourcentage dans le CE inférieur à la moyenne, voire nul (Altran, Vivendi, Technip, Eiffage…), les Irréductibles Machistes où les pourcentages de femmes dans les deux instances de gouvernance sont inférieurs à la moyenne (LafargeHolcim, Airbus, Carrefour…)  et les Potentielles Championnes de la diversité où le pourcentage de femmes est élevé dans le Comité Exécutif mais inférieur à la moyenne dans le Conseil d’Administration(Orange, Dassault Systèmes, Saint Gobain…).
  2. Le croisement de la féminisation des Comités Exécutifs et des populations Cadres fait émerger quatre catégories d’entreprises : Les Féminines qui utilisent leur important vivier de femmes cadres pour féminiser leur Comité Exécutif.  Les Masculines, dont le faible taux de femmes cadres limite la féminisation de leur Comité Exécutif,  les Machistes, qui disposent d’un très important vivier de femmes cadres mais ne l’utilisent pas et les Amazones dont le vivier est limité mais l’utilisent au maximum pour féminiser leur Comité Exécutif.
  3. Le croisement de la féminisation des populations Cadres et des effectifs met en avant une accentuation de la bipolarisation sexuelle des entreprises : les entreprises féminines sont de plus en plus féminines et les entreprises masculines, de plus en plus masculines.
  4. La rentabilité opérationnelle moyenne sur 5 ans (EBITD) de l’entreprise est positivement corrélée avec le pourcentage de femmes cadres dans l’entreprise. L’analyse sectorielle du Luxe, de la Finance et de l’Automobile le confirme.

Retrouvez l’intégralité des résultats de l’Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises :

http://www.skema-bs.fr/facultes-et-recherche/recherche/observatoire-de-la-feminisation

BPI group organise sa journée de la femme 2017

 A l’occasion du 8 mars, BPI Group inaugure sa première journée Portes Ouvertes à destination des Femmes

  • Une démarche unique d’engagement d’un cabinet de conseil en RH
  • Mise à disposition des experts BPI group ainsi que de conseils utiles à toutes 
  • Journée entièrement gratuite et ouverte à toutes

Le 8 mars prochain en effet, à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, BPI group ouvrira ses portes à toutes les femmes désireuses de prendre du temps pour enrichir leur parcours professionnel et personnel. Les experts BPI group seront disponibles tout au long de cette journée exceptionnelle proposant aux femmes des ateliers variés pour les accompagner dans leur développement, leur proposer des outils personnalisés et leur apprendre à oser faire évoluer leurs compétences professionnelles.

Lors de cette journée qui leur sera entièrement dédiée, les femmes présentes auront l’occasion de prendre le temps de travailler sur leur parcours, accompagnées de professionnels de l’accompagnement RH, qui s’attacheront à leur proposer des outils, des démarches digitales et des conseils utiles.

Une démarche unique dans le monde du conseil RH !

 

Mercredi 8 mars 2017
De 08:30 – 17:00
BPI Group – 37, Rue du Rocher – 75008 Paris*
Evénement ouvert à toutes !

A l'occasion de la journée de la Femme, sortie du 1er Blog dédié au plaisir féminin: le-plaisir-feminin.com »

La marque L-plaisir féminin, spécialisée dans les soins intimes, le plaisir et la santé des femmes lance le premier blog dédié au plaisir féminin pour promouvoir l’égalité au plaisir pour les femmes comme pour les hommes.

Informer mais aussi questionner, débattre, échanger, tel est l’objectif de ce nouveau blog.

Le plaisir sexuel féminin est encore un tabou mais c’est un droit.

Dès le 8 mars, pour une sexualité épanouie des femmes, pour une approche différente, novatrice et résolument féminine, allez voir www.le-plaisir-féminin.com et parlons-en…

Partager :

Cirkacuba: Caliente!

cirkacuba

Après le succès triomphal de CirkAfrika dans le monde, Alain M. Pachérie, créateur et metteur en scène du Cirque Phénix, poursuit son exploration du nouveau cirque dit «communautaire», à travers les continents, en mettant la lumière sur un répertoire circassien souvent peu connu du grand public tout en mettant l’accent sur la richesse culturelle du pays.

Haro donc sur Cuba pour cette édition qui a ouvert ses portes depuis quelques semaines;

Cuba la belle, Cuba la frénétique, Cuba l’exaltée!

« Ce spectacle célèbre la jubilation. Au croisement de la musique, de la danse, du chant et du cirque, CirkaCuba est un ensemble moderne et ouvert au monde. Il s’agit d’une invitation à célébrer l’ouverture de cette île richissime aux yeux du monde. Douze numéros de cirque d’envergure composent ce spectacle. Ils seront accompagnés de danseurs, chanteurs et musiciens pour un ensemble de cinquante artistes. »

C’est un spectacle mêlant habilement les techniques acrobatiques inspirées du cirque russe et les spécificités de la culture afro-cubaine avec ses danses, ses musiques, son oralité. Un métissage qui se retrouve à chaque coin de rue de cette île solaire, qui s’ouvre peu à peu aux quatre coins du Monde.

Trapèze volant, barre russe, équilibre et suspension acrobatiques, jonglerie et corde à sauter, pôle dance et clowneries cubaines… Tout y est pour vous emporter dans un univers de virtuosité, de gaité et de fête dont vous vous souviendrez longtemps!

A souligner

Severiano de Heredia

A la question : Y-a-t-il un artiste ou un personnage cubain que vous aimez particulièrement ?

Alain Pacherie répond (en partie) ceci :

« … Il y a aussi un Cubain illustre, Severiano de Heredia qui est incontestablement à l’origine de mon désir de créer ce qui allait devenir CirkaCuba.  Ce personnage illustre dont le destin est lié à la France et plus particulièrement à Paris. Il incarne ce lien d’appartenance dont j’avais besoin. Severiano de Heredia est un personnage politique de la III République. Né à Cuba en 1836 et sujet de l’Espagne jusqu’en 1870, il est mulâtre à peau foncée, d’ascendance esclave. Il est élu à Paris au 19e siècle, dans le quartier plutôt bourgeois du XVIIe arrondissement. Conseiller du quartier des Ternes dès 1873, il devient Président du Conseil Municipal de Paris en 1879, soit Maire de Paris. En 1881, il est député de Paris et enfin Ministre des Travaux Public en 1887. Severiano de Heredia est le cousin de l’illustre poète Jose-Maria de Heredia. On prétend qu’il débarque en France avec sa mère adoptive à la fin de 1844 et cumule les prix au collège Louis Legrand. Ses brillantes et fructueuses études le conduisent très tôt à un destin des plus extraordinaires pour un homme de sa condition. Plus tard, il crée les bibliothèques municipales. Sa passion de l’automobile lui confère une vision écologique avant-gardiste, puisqu’à la fin de sa vie, il est précurseur en matière de voitures électriques.

L’histoire de France ne lui a pas rendu l’hommage qu’il aurait pourtant mérité et à travers mon spectacle, je souhaite humblement réparer cette injustice. »

INFORMATIONS PRATIQUES:
Du 12 novembre 2016 au 15 janvier 2017
au Cirque Phénix, à Paris
Pelouse de Reuilly, Paris 12e – Métro: Liberté (ligne 8)
Bus: 87 Porte de Reuilly – Tramway: T3a, Porte Dorée

En tournée en France, Suisse et Belgique:

Du 19 janvier 2017 au 19 février 2017

Réservations: 01 40 55 50 55 – Plus d’infos sur le site www.cirquephenix.com
A partir de 19 euros

Crédit photos: Laurent Brugnet

Partager :

Y’a pas d’avion à Orly

S’il n’y a pas d’avions à Orly, on vole tout-de-même au dessus d’un nid de coucous!

Pour notre plaisir, l’auteure Laurence Bru entremêle des univers apparemment divergents: Celui des médias avec une journaliste coincée et une comédienne délurée et celui de la psychiatrie, incarnée par un doux dingue.

Les trois se retrouvent dans le vase clos d’un studio de radio où Émilie, journaliste radio, interviewe la comédienne Mathilde Ménard lorsque surgit un gangster armé, venu y trouver un refuge soi-disant provisoire.

Au début, Mathilde, une comédienne délurée est interviewée dans l’émission de radio d’Émilie, journaliste un peu rigide et coincée. Tournant toutes les questions sérieuses à la dérision. C’est à ce moment que surgit un homme armé, profitant apparemment du studio pour esquiver la police à ses trousses.

Si Émilie se détend, en côtoyant Mathilde, c’est surtout sous la menace du revolver du gangster qu’elle se lâche. Et celui-ci semble plus débarquer de l’asile que de la scène de son dernier forfait.

Les deux femmes s’emploient à calmer cet intrus dangereux qui a ficelé le technicien en régie alors que visiblement c’est lui qui devrait l’être.

On s’en amuse benoitement, au gré de de toutes leurs tentatives. Des tentatives qui finiront peut-être par nous convaincre que des mondes divergents peuvent parfois, sur la scène d’un théâtre bien-sûr, converger.

Y’A PAS D’AVION À ORLY est à l’affiche du théâtre “les Feux de la Rampe”, 34 rue Richer, à Paris jusqu’au 31 décembre 2016, les samedis et dimanches à 18h.

Partager :
Titre Mademoiselle

Mademoiselle: Se raccrocher à ses rêves!

A partir du 22 septembre prochain, retrouvez un spectacle qui devrait vous faire beaucoup de bien.

« Quand le glamour à la française embrasse l’univers de Liza Minnelli, Frank Sinatra, Marilyn Monroe ou Peggy Lee »

Isabelle Layer
Isabelle Layer

C’est la belle et pétillante histoire de Mademoiselle, meneuse de revue, célèbre en son temps qui a enflammé toutes les grandes scènes parisiennes. Le Casino de paris, le Lido, le Moulin Rouge, les Folies Bergère….

Dans sa loge, le soir de ses adieux, elle nous raconte son histoire, de la petite fille rêveuse qu’elle était à sa gloire de star au firmament. Elle nous conte, à travers chants et mise en scène ses amours tumultueuses, ses coups durs, le doux cocon familial dans lequel elle a baigné, les spotlights et la consécration, les défis, la vie quoi….

Et c'est aussi une formidable ode à la persévérance et un hommage à toutes les femmes qui s'accrochent à leurs rêves et leur donnent vie, coûte que coûte

« Avec ce spectacle, je souhaite transmette une idée qui me tient profondément à cœur et qui guide mes pas depuis toujours : ayez foi en vos rêves, ne les lâchez jamais, vraiment jamais ! On n’a qu’une vie, ce n’est pas pour passer à côté ! Croyez en vous ! Vous savez au fond ce qui est bon pour vous. Ainsi, vous ferez la plus belle des rencontres : vous-même.

Mademoiselle est l’histoire d’une femme qui part à la conquête de ses rêves. De bonheurs en trahisons, de victoires en échecs, c’est sur ce chemin qu’elle trouve sa vérité profonde… C’est l’histoire d’une femme, mon histoire et l’histoire de chacun de nous au fond ! »

Isabelle Layer

« …L’envie de dire toutes les femmes à travers le parcours d’une seule… Je voudrais que chaque spectateur sorte de la salle en se disant : « Je suis MADEMOISELLE. Je suis comme elle. Je suis elle ! ».

Philippe d’Avilla

à partir du 22 septembre 2016
Les jeudis et vendredis
Les jeudis et vendredis – 20H
37 rue Volta 75003 Paris – Métro : Arts et Métiers ou Temple
Avez-vous l'intention d'aller le voir? Que pensez-vous du cabaret et des comédies musicales? A vos souris ! c'est tout en bas, pour les commentaires...

Partager :