Comment trouver des billets d’avion au meilleur prix ?

Opodo dévoile plusieurs astuces pour profiter des meilleurs tarifs

Trouver le meilleur prix pour des billets d’avion se révèle toujours être un véritable casse-tête… Avant chaque départ en vacances, des millions de voyageurs recherchent le juste prix pour leurs billets d’avion. L’expert du voyage Opodo a analysé le prix moyen des vols en 2017 et révèle de précieux conseils pour s’envoler au meilleur prix !

 

Ce qu’il faut savoir avant de réserver

Le dimanche et le jeudi sont les meilleurs jours pour acheter des billets d’avion

Réserver le dimanche revient moins cher pour les vols domestiques tandis que pour les vols moyen et long-courriers, le meilleur jour pour booker un vol est le jeudi.

Les mois de septembre et novembre sont les moins chers

Le mois le moins cher est novembre pour les vols domestiques et moyen-courriers (ex : Paris-Rome à 123 euros) et septembre pour les long-courriers (ex : Paris-Bangkok à 600 euros).

Plus surprenant encore : s’il revient moins cher de réserver plusieurs mois en avance pour les vols domestiques (en moyenne 73 jours avant) et pour les vols moyen-courriers (164 jours), le moment le plus économique pour réserver un vol long-courrier est seulement 6 jours avant la date de départ !

En suivant ces précieux conseils, les voyageurs sont assurés de faire des économies non-négligeables sur leurs billets d’avion et de profiter encore plus de leurs vacances à venir !

 

Quelques idées de destinations…

Pour un Paris-Lisbonne, la période la plus propice pour réserver est le mois d’octobre
Pour un Paris-Bangkok, le mois d’août
Pour un Lyon-Tunis, le mois de septembre
Pour un Nice-Barcelone, le mois de septembre
Pour un Marseille-Porto, le mois d’octobre

Bon voyage!

 

Pratique:

Opodo est l’un des principaux acteurs de la vente de voyage en ligne en Europe et propose des voyages d’exception accessibles à tous. Présent dans 16 pays, ce pionner du voyage en ligne a pour objectif de concilier originalité et qualité, à des prix compétitifs.

 

Partager :

Un road-trip hors des sentiers battus!

Mélusine Mallender, l'exploratrice de la chaine Voyage parcourt le monde, seule en moto, à la rencontre des femmes d'autres cultures...

28.000 kilomètres de parcours, à travers l’Inde (Indonésie, Birmanie, Pakistan, Népal, Iran…), perchée sur sa moto, avec pour seules compagnes sa détermination et une aspiration: comment perçoit-on et vit-on la liberté ailleurs?

Après les Routes persanes, l’Asie centrale et la Corne de l’Afrique, Mélusine repart pour un périple, cette fois dans le Sud de l’Asie et une 3ème saison, mieux parée, un peu accompagnée (une personne pour les prises de vue, qu’elle ne peut faire elle-même, l’accompagne pendant quelques jours) et toujours aussi passionnée.

Ancienne costumière de théâtre, Mélusine a toujours su qu’elle voulait partir en voyage. Si les débuts du périple ont laissé place à l’inspiration du moment, elle s’est vite rendue compte que sa moto était “à la fois un symbole de liberté et un vecteur de rencontre“. Et l’idée de partir à la rencontre et à l’écoute des gens, des femmes en particulierdans ces pays ayant parfois mauvaise presse, au contexte socio-politique souvent complexe, s’est imposée d’elle-même. Voir comment vivent les populations dans leur environnement propre, rapporter leur témoignages… 

Quelle est leur idée de la liberté? Quels sont leurs rêves et leurs espoirs? De quoi est fait leur quotidien? 

“Ne te dégonfle pas”. C’est le nom de cette 3ème saison de cette magnifique série/documentaires, diffusée tous les jeudis (jusqu’au 2 mars) sur la Chaine Voyage.

Allez découvrir les histoires captivantes de Mélusine Mallender, le parcours exceptionnel de cette amoureuse des grands espaces, baroudeuse au grand cœur… Une grande bouffée d’oxygène, de paysages et d’humanité” !

Programme des 2 jeudis à venir:

Le jeudi 23 février à 20h55: Mélusine découvre le Bangladesh, un pays tourmenté par les catastrophes naturelles et d’une grande pauvreté. La jeune femme est très vite accueillie par ces nombreux habitants, surpris de voir une femme au guidon d’une moto. La plus longue plage du monde, Cox’s bazar, la mangrove, la bruyante Dhaka, représentent peu de choses face aux personnes qui, pas à pas, construisent la liberté de demain. Mélusine passe du monde des hommes à celui des femmes et nous emmène dans ce Bangladesh si peu connu.  

Le jeudi 02 mars à 20h55: Retour en Iran et dernière étape au Pakistan. 5 ans depuis son dernier voyage en Iran, Mélusine va redécouvrir le pays, cette fois, elle sera seule. Pour y accéder, elle doit traverser le Pakistan, un pays qui inquiète beaucoup ses proches. La jeune femme rencontre, grâce à la moto, des personnes qui l’aident et se confient. Mélusine arrive finalement en Iran, pays contradictoire et étonnant où l’hospitalité est reine. Entre décors des mille et une nuits et paysages sublimes, Mélusine se laisse guider par les habitants et surtout par les femmes qui la reçoivent avec plaisir.

Partager :

Le Temps d’un Vol sur… Openskies

New York, la ville qui ne dort jamais…
C’est une des destinations les plus prisées au monde.
Captivante, électrique, démesurée... celle que l'on surnomme "Big Apple" se croque en toutes saisons et s'avère, comme promis, pleine de saveurs insoupçonnées.
Pour faire le voyage depuis Paris, nous avons testé pour vous « Openskies » qui est une compagnie aérienne, filiale à 100 % du groupe British Airways. Elle opère quotidiennement des vols directs entre Paris & New-York.

Paris / New York
en Classe Prem Plus

En attendant le vol: Vous pouvez profiter du salon VIP.

A bord: Il faut l’avouer, c’est tout simplement la classe la plus confortable de sa catégorie. Espace de 1,20m pour les jambes, large fauteuil inclinable à 130° qui permet d’allonger ses jambes. Seulement 2 sièges de part et d’autre du couloir et un double accoudoir qui permet d’être vraiment à laise. Pour se divertir, chaque passager dispose d’un iPad individuel mais également d’une prise électrique pour brancher son ordinateur ou son téléphone portable, ce qui est toujours très pratique.

New York / Paris
en Classe Biz Bed

En attendant le vol: «Le pre-flight Supper» vous permet de profiter du buffet gourmand du salon Galleries afin de maximiser le temps de sommeil en vol.

A bord: Celle-ci nest composée que de 20 sièges très confortables. Et si ces sièges ne mesurent que 51cm de large, ils ont l’avantage de se transformer en lits parfaitement plats et horizontaux avec un espace de 1m80 pour les jambes. Lits que le personnel de bord propose de vous installer dès que vous êtes dans les airs (Duvet en coton égyptien et surmulets pour plus de confort).

Comme en «Prem Plus», vous disposez d’une prise universelle pour brancher vos appareils électroniques, un iPad pour vous divertir et la possibilité d’avoir 2 bagages en plus.

Enfin ces deux classevous donnent accès à un salon privé à Orly et à New York, en attendant d’embarquer.

LES PLUS :

  • Embarquement rapide et simple
  • Le confort des sièges en cuir, y compris en “Eco”
  • Excellent service à bord
  • Grand choix de magazines
  • Plus d’espace
  • Des tarifs intéressants pour la “Prem Plus” et la “Biz Bed”
  • La possibilité d’avoir deux bagages de 23kg en soute, sans supplément.
  • Moins de queue à l’arrivée à la douane à l’aéroport
  • Traitement VIP au retour avec la “File Sky Priority” pour le passage en douane à JFK
  • «Le Sleeper service»

LES MOINS :

+ Siège un peu étroit en “Biz Bed”.
+ Certains passagers en “Biz Bed” ont eu droit à un pyjama… et d’autres pas!

Openkies2

NOTRE CONSEIL:

Si vous en avez la possibilité, pour un Paris/New-York/Paris, faites l’aller en “Prem Plus” et le retour en “Biz Bed”.

Vous arriverez frais et dispo à Paris!

LES TARIFS D’OPENSKIES:

Tous leurs appareils ont 3 niveaux de confort: la Classe Eco, la Classe Prem Plus et la Classe Biz Bed

Pour le vol direct Paris – NY:
Classe Eco OpenSkies: à partir de 468€ A/R par personne
Classe Prem Plus OpenSkies: à partir de 987€ A/R par personne
Classe Biz Bed OpenSkies: à partir de 2584€ A/R par personne.

Partager :

Les 10 choses à savoir sur le Japon

drapeau du Japon

Avant un voyage au Japon ou juste par curiosité,

voici 10 informations simples, pratiques et utiles

à savoir sur les Japonais et leur mode de fonctionnement.

1- Le Japon

En japonais, Japon se dit Nihon ou Nippon, ce qui signifie «Pays ou Terre du Soleil-Levant». L’origine de cette expression daterait de la missive du Prince Shotoku, adressée à son homologue chinois il y a près de 1 500 ans: «L’empereur du pays où le soleil se lève envoie une lettre à l’empereur du pays où le soleil se couche» (la Chine se situant à l’ouest du Japon).

L’expression s’est ensuite diffusée dans tout l’Archipel. Il faut également noter que le soleil est un symbole positif fort. C’est encore lui qui est mis à l’honneur sur le drapeau national composé d’un cercle rouge sur fond blanc.

2- Le respect

Il est de mise au Japon de respecter le «bon comportement»: Il faut faire la queue avant d’entrer dans un bus ou un train, en se conformant au sens de la queue, indiqué par un marquage au sol.

Dans les transports en commun ou les lieux fréquentés, parler à voix basse afin de ne pas attirer l’attention est nécessaire.

Le «bonjour» est un salut en inclinant légèrement le buste. Plus la situation est formelle et plus votre interlocuteur est haut placé dans la hiérarchie de la société, plus vous vous inclinez, en gardant toujours le dos bien droit pendant la courbette; c’est signe de raffinement.

4- Tremblements de terre

Il y aurait environ 1 500 tremblements de terre par an au Japon, ce qui fait une moyenne de 4 par jour! La plupart sont de faible intensité et sont à peine ressentis. En cas de séisme, on demande aux élèves, à l’école, de se mettre sous la table.

3- Fumer

A Tokyo, il est interdit de fumer tout en marchant dans la ville. Vous ne verrez donc aucun mégot de cigarette par terre. En revanche, des espaces signalisés par des panneaux «smoking area» sont réservés aux fumeurs sur les trottoirs, comme dans les restaurants, bars et cafés. Attention, si vous souhaitez acheter des cigarettes au Japon, vous devez avoir plus de 20 ans. Elles sont disponibles dans des distributeurs grâce à une carte magnétique «Tapso» que vous pouvez obtenir sur internet.

5- Propreté

D’où que vous veniez, vous serez agréablement surpris par la propreté qui règne dans ce beau pays.

Avant de rentrer dans la baignoire, lavez-vous à la japonaise avec une douchette et une cuvette. Une fois propre, vous pouvez vous accorder un bain relaxant. Tout le monde partage l’eau de la baignoire.

6- Le repas

Dans le métro, il est interdit de manger, ce n’est pas recommandé non plus en marchant. En revanche, dans les “Shinkansen”, les trains locaux, on voit souvent des personnes assises se nourrir.

En mangeant, veillez à tenir vos 2 baguettes d’une seule main, à les poser sur le repose-baguettes prévu à cet effet, ne jamais les «planter» dans le riz en position verticale (c’est ce que l’on fait devant les autels des morts).

Si vous êtes invité à partager le repas d’un Japonais dans sa maison, c’est un privilège car les japonais invitent rarement chez eux. Pour remercier, il est de bon ton d’offrir un petit cadeau à son hôte, le «Temiyage». Si c’est un présent plus modeste, cela s’appelle un «Omiyage» (produit de la terre).

A table, un petit «Itadakimasu» (prononcez I-ta-da-ki-mass) est de rigueur.

Il ne s’adresse pas à celui qui va manger mais à celui qui a préparé le repas. C’est celui qui reçoit la nourriture qui dit “itadakimasu” qu’il adresse au cuisinier ou plus abstraitement, à la Nature. Littéralement, “itadakimasu” voudrait dire «merci pour cette collation», de sorte qu’au restaurant, il revient plutôt au client qu’au restaurateur de la prononcer.

Avant de boire un verre, vous pouvez lancer un «Kampaï»! (santé!)

Pensez également à remercier «Arigatô» (merci bien) en fin de repas.

7- Les chaussures

En rentrant chez vous, n’oubliez pas de quitter vos chaussures à l’entrée. Posez-les dirigées vers la porte (plus pratique quand vous ressortirez) et enfilez vos «slippers» (sabots japonais)… Il doit en être de même chez votre hôte ou au temple et dans certains restaurants.

Slippers

8- L'homme précède la femme

Au moment de franchir une porte au Japon ou d’entrer quelque part, l’homme doit précéder la femme. Cependant, cette règle ne s’applique pas à son domicile.

9- La famille

La famille est un objectif en soi pour les Japonais et l’enfant est souvent le centre de leur monde… Le couple, une fois marié, n’a d’autre fonction que celui d’être un père et une mère. D’ailleurs, ils s’appellent mutuellement «papa» et «maman», une fois l’enfant né. Les parents ont pour habitude de dormir avec les enfants jusqu’à ce qu’ils atteignent un certain âge, dans la même pièce. Après, ils font souvent chambre à part.

10- Discrétion et pudeur

Les démonstrations publiques d’affection sont proscrites. Tenir la main de son amoureux dans la rue est un peu osé, mais l’embrasser est un outrage!

Festivités japonaises

Crédit photo: Tetedelart1855 – Michael Holler – 

Et vous, êtes-vous déjà allé au Japon? Qu'avez-vous apprécié de votre séjour?
Qu'avez-vous découvert de typiquement japonais? Merci de nous laisser vos commentaires tout en bas de la page.

Partager :

Japon… pays séculaire, tout en délicatesse et en contraste!

Encens qui brûle
Détail d'architecture japonaise

Empruntée au monologue de la vénérable Tokué – personnage féminin du film de Naomi Kawasé, Les Délices de Tokyo* (titre original An – sortie en 2015 au Japon), sélection officielle du Festival de Cannes, dans la catégorie «Un certain Regard» – cette phrase en dit long sur la relation privilégiée des Japonais avec la Nature contemplative, mouvante et inspirante:

«Quand je prépare la pâte An, je tends toujours l’oreille pour écouter ce que les haricots ont à me dire. J’essaie d’imaginer ce qu’ils ont vécu, les jours de pluie et les jours de soleil. Emportés par le vent, ils sont arrivés jusqu’à nous. J’écoute le récit de leur voyage. Oui, il faut les écouter. Tout ce qui existe dans ce monde possède son propre langage…( )… Nous sommes nés pour regarder et pour écouter ce monde. Alors, même sans réussir dans la vie, nous pouvons trouver un sens à notre Existence.»

Le Torii Flottant, Sanctuaire d'Itsukushima, Ile de Miyajima
Jeune apprentie geïsha pratiquant le Koh-do, la Voie de l'encens

Le temps d’un instant, embarquez pour ce pays magnifique et fascinant, en admirant quelques clichés, réalisés par des passionnés, tombés sous le charme de cet archipel en clair-obscur, aussi bien traditionnel que très moderne, particulièrement attaché à la Nature et à sa ronde incessante. Et dont l’accueil légendaire de ses habitants est régulièrement encensé.

Karaoké et concerts, très courus au Japon
*Inspiré du roman du même nom de Durian Sukegawa, très célèbre au Japon ; Un vendeur de dorayakis, désabusé et triste, finit par se laisser convaincre par une vieille dame insistante et exquise, de l’embaucher pour la préparation de la pâte An, pâte sucrée de haricots rouges, avec laquelle on fourre les dorayakis, très prisés au Japon. Tokué a en effet le secret d’un An délicieux et les clients ont vite fait de se bousculer devant la petite échoppe du vendeur, sous les cerisiers, pour s’arracher les nouvelles pâtisseries…. A la faveur de haricots qui en ont plus à dévoiler qu’on ne le pense, Durian Sukegawa nous en apprend plus, au fur et à mesure, sur ses personnages pudiques, sensibles, sur leurs blessures et sur leur perception du monde autour d’eux. Et l’on voit ces protagonistes s’épanouir au contact les uns des autres et la Nature rayonner d’une lumière particulière.
Tokyo, Shibuya Crossing, l'un des carrefours les plus fréquentés au monde
Star Wars à la conquête du Japon
Le Kinkaku-Ji, Temple du Pavillon d'Or, Kyoto
Osaka, Fleuve Yodogawa
Le Shinkansen série 700 (TGV japonais) ponctuel, propre et rapide!
Appétissant, non?
Temple shintoïste
Jeune demoiselle en tenue traditionnelle sous une ombrelle
Cérémonie du Thé présentée par un "Maître du thé"
Etal de saké, la fameuse bière de riz nationale
Scène de vie quotidienne dans un bar à Tokyo
Joueuses de Koto, cythare d'origine sino-coréenne
Boutique Lolita Gothique, Harajuku, Tokyo
l'Hiver au Japon
L'art de la calligraphie
Crédit photos: hakase420 – smspsy – Tomo – Yusuke – SeanPavonePhoto – Mikel Ortega – Moyan Brenn – Toomore Chiang – 顔なし – Christian Kadluba – Joe deSousa -Cyril Bèle

Photo de titre: Vue sur le Mont Fuji

Et vous, si vous avez eu la chance d'aller au Japon, qu'est-ce qui vous a particulièrement marqué?
Merci de partager avec nous, dans les commentaires, tout en bas, votre récit de voyage ou votre impression sur ce pays, en une phrase...

Partager :
Photo titre

Le romantique Château de La Lanfrière

Les Journées du Patrimoine sont une belle occasion
de flâner, découvrir, se balader.

[layerslider_vc id=”30″]

Pendant 2 jours, les 17 et 18 septembre 2016, la plupart des monuments et lieux culturels mettent à l’honneur le patrimoine culturel français, à travers des visites gratuites, des ateliers et autres rencontres avec des passionnés.

Cette année, les journées du Patrimoine se tournent vers le patrimoine du XXIe siècle, “Une Histoire d’Avenir”.

Nous vous invitons à la découverte d’un lieu assurément tourné vers l’avenir, avec de nombreux projets en préparation: Le Château de la Lanfrière, situé à Montjean, non loin de Laval.

Un véritable trésor caché que vous aurez plaisir à découvrir.

Construit vers 1840 sur un parc arboré de 30 hectares, cette superbe propriété est traversée par L’Oudon. Devant le «logis», un jardin «à la française» limité par une balustrade datant de la construction de la maison et un charmant salon de verdure.

Vous serez complètement séduit par le grand parc à l’anglaise qui s’étend sur 15 hectares. Il comprend tulipiers de Virginie, liquidenbars, chênes, fresnes, ainsi qu’une allée de hêtres de près de 2kms de long. Plus récemment une bambouseraie d’une soixantaine de variétés a vu le jour.

De même, plusieurs plans d’eau ainsi qu’un jardin d’eau avec des plantations d’hibiscus des marais, de lotus, de nénuphars et de nymphéas ont pu être aménagés grâce à la proximité de la rivière. Un potager et des arbres fruitiers apportent d’autres touches de couleurs à un ensemble équilibré et bien pensé.

L’atmosphère y est à la fois romantique et sereine.

Dans cette majestueuse demeure possédant le label “Gîtes de France”, vous pourrez visiter un ensemble architectural parfaitement homogène avec deux grands corps de bâtiments et un pigeonnier chinois, très caractéristique de l’époque.

Construit par un industriel de Laval, Morin Blottais, ascendant de l’actuel propriétaire, Frédéric de la Chapelle, le prestigieux château comprend une façade Sud d’un dessin très régulier, en pierres de tuffeau; avec trois têtes représentant le propriétaire et sa famille et quatre tourelles d’angle qui sont des oratoires.

La façade Nord, quant à elle, a cela de particulier qu’on peut y voir au niveau de son premier étage, l’arrière d’une chapelle tout-à-fait exceptionnelle. D’un pur style «troubadour», elle est placée au milieu de la maison.

Ses peintures de style «Viollet-Le-Duc» (du nom de cet architecte français célèbre du XIXe siècle, connu pour ses restaurations du patrimoine médiéval) ont été entièrement rénovées, ses vitraux sont particulièrement remarquables. On peut également y admirer les armoiries des propriétaires de l’époque «De Monti de Rezé et Estève» (petite fille du comte Estève, trésorier de Napoléon 1er).

Enfin, son mobilier, sa statuaire et sa lustrerie vous étonneront.

Autre petit trésor de ce château aux nombreuses bibliothèques: un imposant et splendide escalier d’honneur en bois sculpté.

La Lanfrière
53320 Montjean
Téléphone : 02.43.02.11.01
Fax : 02.43.02.11.01

Partager :
l’Hôtel Emperatriz

Adresse idéale pour une escapade à Madrid…

 Dernier né du Groupe Barceló, l’Hôtel Emperatriz est situé en plein cœur du Madrid historique, dans le quartier de Salamanca, à proximité du Paso de la Castellana et de la Calle Serrano, bien connue des accros du shopping!

L'atmoshère y est moderne, cosmopolite et très conviviale !

Côté décoration, le Barceló Emperatriz ré-interprète l’esthétique des palais du Madrid du XIXème siècle en s’inspirant de la vie d’Eugenia de Montijo, dernière impératrice d’Espagne et épouse de Napoléon III.
Chic sans être ostentatoire, les matériaux utilisés sont précieux et les bois nobles.

Les chambres sont décorées avec un mobilier avant-gardiste et vous y trouverez des équipements de pointe tels qu’un tableau de connexion, Mini Media Hub, qui permet de connecter la télévision de la chambre à un portable, une tablette ou un ordinateur portable par le biais d’une connexion USB ou Bluetooth. Les salles de bain sont spacieuses avec douche et bain.

Le restaurant Gastronomique “Mutis propose une carte très intéressante avec un menu du jour “Healthy Gourmet” alliant le plaisir de la haute cuisine à celui de prendre soin de soi.

Au 9e étage, une salle de sport dernier cri et un très agréable “rooftop” (toit), avec piscine, offrant une vue sur toute la ville.

Cet hôtel, au très bon rapport qualité/prix, est une adresse à noter et à partager (prix: à partir de 180€/nuit)

Petit plus… L’hôtel vous met à disposition un petit boitier qui vous permet de rester connecté au wifi où que vous soyez dans Madrid.

Adresse:
Calle de López de Hoyos, 4,
28006 Madrid, Spain
Phone: +34 913 42 24 90

Partager :

Barcelone, une ville animée où il fait bon vivre…

Certes, le soleil est bien souvent présent pour vous envoûter mais il est secondé par une atmosphère de fête qui se répand malicieusement dans les rues et chez les habitants, même ceux de passage.

Barcelona

La cité s’étend sur environ 100 km², elle comprend 10 quartiers (barrios) : l’Eixample suivant les plans de l’ingénieur catalan Cerda, Barceloneta, Monjuïc, El Born, Gotico, El Raval, Sant Andreu, les Cort, Gràcia, elle compte une population de 1,6 million d’habitants, la langue «populaire» est le catalan.

Une ambiance festive égaille l’espace, elle rend plus onctueuse les activités professionnelles, elle fait de l’accueil avec le sourire la «règle élémentaire» et propage sans compter cette sensation de bien-être.

Il y a d’autres raisons d’apprécier la capitale de la Catalogne (province autonome); ses grandes avenues avec les œuvres artistiques du «Maître d’architecture Antoni Gaudi», les parcs spacieux et attrayants (la Ciutadella avec son zoo, Montjuïc avec son château, Güell…), les ports de commerce et de plaisance, le stade du «Barca» appelé Camp Nou, le troisième au monde en nombre de places pour 99 000 personnes, les 2 téléphériques dont le plus spectaculaire pour son panorama, «l’Aeri del Port» qui part de la Torre de Sebastià dans la Barceloneta jusqu’au belvédère Miramar, situé dans la partie basse de la montagne de Montjuïc, l’autre permet d’accéder au sommet de la colline de Montjuïc.

Pour les amateurs de culture, la palette des lieux dédiés est fastueuse: Le Museu Nacional d’Art de CatalogneLa fondation Joan Miro (peintre, céramiste, sculpteur) – le musée Picasso dans un ancien palais «gothique» (+ de 3 500 œuvres y sont exposées) – La Cathédrale Sainte-EulalieLa Sagrada Familia (Gaudi) en construction depuis 1882, accessible en partie – Le Palais de la Musique Catalane où se produisent aussi beaucoup d’artiste internationaux – L’Hôpital Saint Pau et son parc – La Casa Mila (Gaudi) – La Casa Battlo (Gaudi) – le Passeig de Gracia – des milliers d’œuvres (sculptures impressionnantes, tags originaux, maisons, immeubles, etc…) décorent les rues ou les places typiques comme la carrer Montcada, la place Reial et bien d’autres …

Il fait bon déambuler à pied sur les «Ramblas» pour voir la population active sur les larges trottoirs, découvrir des échoppes originales et variées, les restaurants aux spécialités locales ou autres. Il est possible pour les plus longs trajets d’utiliser les transports en commun (très propres, climatisés): le tramway, le métro, le bus, le car ou l’un des nombreux taxis qui sillonnent l’agglomération.

Plusieurs marchés pittoresques sont dispersés dans les «calles» : Sant AntoniSant Josep la Boqueria (avec différents stands pour déjeuner avec des plats frais et régionaux) – Fira ArtesanaFira de Nautumismo (numismatique) – Mercat Dels Encants (puces) – Mercat de la Concepcio (fleurs) – Fira de Santa Llucia (de Noël).

Les plus belles vues de Barcelone:

Le Château de Montjuïc – la tour de la Sagrada Fammilia – le Bunker Carmel Turó de la Rovira – le Mirador de l’Alcalde.

L’œuvre magistrale de Gaudi:

La Sagrada Familia, une cathédrale dont la construction a débuté en 1882 et devrait se terminer en 2026, si tout va bien!

C’est un monument exceptionnel imaginé par l’artiste où tout est envisagé; l’aspect extérieur, l’intérieur,  la «gestion» de la lumière et du son, chaque détail fait partie de la réflexion de Gaudi et des architectes qui doivent respecter son cahier des charges.

http://www.sagradafamilia.org/

Biographie d’Antoni Gaudi 1852 – 1926:

« Architecte et designer, il est sur le plan international la plus prestigieuse des figures de l’architecture espagnole. Né à Reus, en Catalogne, il obtient son diplôme en 1878 à Barcelone où il centre son activité. Grand designer, il a créé, en étroite collaboration avec les meilleurs artisans de l’époque, tous les éléments qui forment l’espace architectonique – fer forgé, mobilier, vitraux, sculptures, mosaïques, céramiques etc… dans une conception organique de la décoration tout en intégrant ces éléments dans la structure de la construction. Le paysage marin est l’un de ses thèmes d’inspiration préféré ».

http://www.gaudidesigner.com/fr/index.html

Les spécialités culinaires catalanes:

La paëlla (riz, viandes, fruits de mer, aromates) – la Fideuà (paëlla avec une tranche de pâtes au four, recouverte de poissons) – Arròs negre (paëlla à l’encre de seiche) – Amanida catalana (salade) – Arroz Botifarra (riz bien grillé mélangé avec un gros intestin de porc farci de viande maigre de porc avec des épices) – pain à la tomatecrème catalane

Des restaurants accueillants avec une cuisine locale délicieuse:

Boca Grande – http://www.bocagrande.cat/

Canete – http://www.barcanete.com/

Firo Tast – https://www.facebook.com/Firotast/

La Bona Sort : http://www.tapaslabonasort.com/

Palosanto et Tantarantana : http://gruposantelmo.com/es

 

Partager :

L’expatriation au féminin…

Les femmes et les hommes sont-ils à égalité pour un tel projet ?
4 oratrices hors pair, Alix Carnot, Sylvaine Emery, Sophie Matias, Anne-Laure Chesneau, maîtrisant parfaitement le sujet par expérience, s’expriment et ne laissent «rien dans l’ombre». Résumé.

Très souvent dans le couple, il est beaucoup plus fréquent que le «mari» se voit proposer une mutation «valorisante» à l’étranger, même si l’épouse ou la compagne occupe un poste de niveau équivalent ou supérieur, 91 % des conjoints sont des femmes!

Dans ce contexte, la femme devra beaucoup plus «investir» dans cette nouvelle vie pour s’adapter à la situation sur le nouveau site.

En effet, même si son talent et son potentiel sont de grandes qualités, les possibilités d’intégrer sur place une entreprise avec un statut en rapport avec ses performances, sont extrêmement réduites.

Dans la plupart des cas, une longue traversée du désert va s’imposer avant de pouvoir s’engager dans une nouvelle activité.

Il faut aussi prendre en compte les questions liées à la langue du pays, la gestion du «foyer» avec ses obligations généralement dévolues aux femmes, l’organisation et le soin apporté aux enfants, le tout dans un environnement complexe.

Bien souvent la sortie de ce tunnel passe par la création d’une activité avec un statut type “autoentrepreneur” ou une société.  La rémunération, bien sûr, sera fréquemment très inférieure à celle de son ancienne profession mais finalement avec l’avantage d’une forme de liberté, de créativité, plus de souplesse dans la gestion du temps, des projets à monter,  l’épanouissement lié à la réussite de cette reconversion est indéniable.

Avant de partir, il est primordial de se poser les bonnes questions, de comprendre que la vie sera différente avec sa logistique adaptée aux conditions locales.

Il faut préparer le départ du couple mais aussi son retour.

Heureusement pour cela, il existe des institutions qui sont en mesure d’apporter leur savoir avec des réponses à la majorité des questions et une feuille de route cohérente.

Quelques sujets incontournables: la santé, la protection sociale, la retraite, le rapatriement et bien d’autres encore…

Voici les organismes incontournables pour ce type de projet:

  • EXPAT COMMUNICATION:

6, rue d’Uzès – 75002 Paris – Tél: +33 1 42 36 69 57

www.expatcommunication.com

  • Le CFE (Caisse des Français à l’étranger):

BP 100 – 77950 Rubelles – Tél depuis la France: 0810 11 77 77 et depuis l’étranger: +33 1 64 14 62 62 – https://www.cfe.fr/

Partager :
Abbaye de Beaufort 2

Paimpol nous fait chanter depuis plus de 100 ans… « Sa Paimpolaise »

Une icône de Bretagne, bien protégée au creux de sa baie qui s’ouvre aussi sur la « fameuse » île de Bréhat et qui déploie en son sein des trésors cachés à découvrir.

 

Théodore Botrel écrit en 1895, sa chanson la paimpolaise avant même de connaitre la ville…

Un extrait pour commencer à fredonner :

” Quittant ses genêts et ses landes
Quand le Breton se fait marin
Pour aller aux pêches d’Islande
Voici quel est le doux refrain” /…/

 

La cité des islandais se love entre « port et centre-ville » où se dévoilent les hôtels particuliers autre fois propriétés des armateurs, La Vielle Tour, l’église Notre Dame de Bonne Nouvelle, la maison Jezequel.

Les marins pécheurs qui ont vogué entre la côte française et islandaise, fabrique son histoire telle une légende qui se légitime sous la plume de l’historien François Chappé avec sa thèse sur « Paimpol L’Épopée Islandaise » et celle de Pierre Loti auteur du roman « Pêcheur d’Islande ».

 

Le port (ancien « portus » morutier depuis le Moyen-Age) accueille dans un vaste espace, des bateaux de pêche, de tourisme, de transport, il dispose d’un espace « cale sèche » (bassin destiné à l’entretien, la réparation et l’hébergement des bateaux), il vit au rythme de son écluse qui gère les accès, c’est aussi un lieu de fête notamment tous les 2 ans « au 15 aout » pour le « Festival du Chant Marin ».

Il est bordé de nombreux restaurants et hôtels, plusieurs petites ruelles dirigent les pas des promeneurs vers d’autres espaces de la ville où de nombreuses galeries d’art vous reçoivent avec chaleur.

Le marché du mardi et plusieurs commerçants vous proposent des produits régionaux qui font la part belle aux saveurs maritimes avec bien sûr les huitres locales.

 

En 2016, la prochaine « Solitaire » du Figaro fera un show sur ses côtes, avec ses extravagants voiliers et pour le plus grand plaisir des amateurs de ces belles « montures marines ».

L’Abbaye de Beauport est née en 1202, imaginée par le comte Alain de Goëlo et son épouse, elle marie religion et économie pendant 600 ans jusqu’à la révolution, depuis 1992 ce monument historique fait partie du Conservatoire du Littoral.

Au cœur d’un magnifique espace de verdure de 120 hectares, cette « bâtisse » impressionnante sait s’illuminer avec ferveur pour faire la fête à ses hôtes, toute la faune animale dans sa grande variété, fait bon ménage avec les couleuvres et les vipères utiles à l’écosystème, dans son domaine aquatique des oiseaux immigrés sont invités sans réserve, les petites oies « Bernache Cravant » s’y promènent en hiver puis continuent leur ballade vers de nouveaux sites accompagnées d’autres espèces.

Le Vapeur du Trieux, un train à l’ancienne, fait apparaitre en toute quiétude cette vallée qui se pavane depuis Guingamp à Paimpol en passant par Pontrieux sous le charme de ses « pas » de velours.

Déjà presque endormi, il se prépare à prendre un peu de repos pour que ses voies soient réaménagées.

 

L’île de Bréhat émerveille son monde… A quelques encablures de la ville, au milieu d’un archipel, il y a seulement 40 000 ans elle faisait « corps » avec le continent avant de s’affranchir de cette attache et saisir son « indépendance ». Aujourd’hui son paysage offre plusieurs curiosités qui appellent les visiteurs : « moulin, fort, église, chapelles, croix de Maudez, phares, sémaphore », son histoire se raconte en plusieurs lieux, enfin lors d’une ballade sur ses sentiers, chaque pas permet d’apercevoir un spectacle naturel inédit, de s’émouvoir avec passion au parfum des embruns du décor naturel offert.

 

Quelques bonnes adresses :

 

Galerie d’Art

  • Philippe Desarme, 2 rue de la Vieille Poissonnerie à Paimpol

Hôtels

  • Les Terrasses de Bréhat, Pointe de l’Arcouest à Ploubazlanec
  • Les Agapanthes, 1 rue Adrien Rebours à Ploubazlanec

Restaurant

  • Le Penn Ty, 20 rue des huit Patriotes à Paimpol
  • Le Neptune, 23 Quai Morand à Paimpol
  • Le Restaurant du Port, 17 Quai Morand à Paimpol

Boulangerie pâtisserie

 

  • Christian Gallen Gérard, 2 avenue du Général de Gaulle à Paimpol

 

 

Abbaye de Beaufort

vapeur trieux paimpol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photos: JMH et Office de Tourisme de Paimpol

Partager :