Étiquette : mode

Olivia : la chouchou d’Insta !

Olivialvs, 15 ans, en classe de 3 ème en région parisienne. D’origine portugaise et guadeloupéenne, cette ado au sourire rieur affiche ses aventures et ses stories de jeune fille d’aujourd’hui sur Insta. Plus de 62 000 internautes suivent la jolie métisse quotidiennement. Comme l’immense majorité des filles de son âge, elle aime la photo, le maquillage et la mode. Mais, qu’est-ce qui peut expliquer son succès sur la toile ?

 

Comment as-tu commencé à t’intéresser aux réseaux sociaux et à Instagram en particulier?

Lorsque j’étais en 6 ème j’ai ouvert ma première chaîne YouTube. Jusqu’au milieu de l’année suivante, je faisais des vidéos, mais j’ai fini par arrêter car cela ne me plaisait plus trop. J’étais déjà sur Instagram, mais avec très peu d’abonnés : j’étais toujours à 3000. En octobre 2017 j’ai commencé à plus m’intéresser à Instagram et à faire attention à ce que je postais. Je me suis ainsi fait des amis via ce réseau social. Aujourd’hui je cumule plus de 60 000 personnes qui me suivent et que je remercie.

Pourquoi penses-tu que tu sois si suivie sur Insta?

Pour être franche, je ne fais pas quelque chose en particulier sur Instagram. Je ne sais pas ce qui plait à mes abonnés très particulièrement, mais je ne me plains pas, car avoir tout ce monde qui te suit tous les jours c’est vraiment quelque chose !

 

Tu postes des photos de toi au quotidien. C’est un peu de ton intimité que tu livres. N’est-ce pas dangereux pour une jeune fille de ton âge de montrer où tu vas, avec qui et quand ?

Mes parents et mes amis m’ont toujours dit de faire très attention car c’est vrai que c’est très dangereux pour une fille de mon âge. En revanche j’ai ma famille, surtout ma maman qui me suit sur tous mes réseaux sociaux et qui voit tout ce que je fais : si j’étais amenée à faire quelque chose qui pourrait me mettre en danger, elle me dirait alors de le supprimer.

Comment souhaites-tu voir évoluer ton influence?

Je dirais, chaque 10 000 abonnés que tout influenceur gagne, c’est déjà son prochain objectif. Aujourd’hui mon objectif est d’avoir les 100k.

 

As-tu des modèles, des personnes qui t’inspirent sur les réseaux sociaux?

Je ne m’inspire de personne : je crée ma propre image. A chaque photo que je fais, j’essaie de m’améliorer et de faire mieux à chaque fois.

Quel métier souhaites-tu faire plus tard?

Question avenir, je ne sais pas encore ce que je veux faire plus tard !

 

Pratique:
Olivia sur Insta: Olivialvs

Partager :

Mike Sylla : bilan et nouveaux défis !

Cela fait 25 ans que Mike Sylla, designer sénégalais nous émerveille avec ses créations, véritables œuvres d’art à porter. Alors que ce passionné pluridisciplinaire s’attèle à l’organisation de son premier « Free Market Paris », prévu les 5 et 6 juillet 2018, il a bien voulu marquer une pause. Le temps de répondre aux 3 questions de FP. L’occasion pour la rédaction de rendre hommage à son génie créateur et à 25 ans de mode et de création avant-gardistes.

Partager :

Lire la suite

Balessane Fashion Week: Mode et Culture à l’Unesco

Le Studio de création Balessane organise, le lundi 5 mars 2018, à l’occasion de la Fashion Week parisienne du Prêt à Porter, un défilé de mode dans la prestigieuse enceinte du Palais de L’UNESCO.

[layerslider id=”58″]

Cet événement, auquel Femmes au Pluriel est associé, mettra en avant quatre jeunes stylistes Princesse Zaphira, Tadoupika, Maison Dupuy de Lôme et Les Diamants de L’Orient. L’occasion de découvrir de jeunes créateurs francophones à travers des créations spécialement conçues pour ce défilé hors norme. A noter, cette soirée très attendue par les aficionados de mode, sera ponctuée d’intermèdes musicaux et de belles surprises.

Un cocktail dînatoire permettra également aux convives d’échanger et de se rencontrer durant la soirée.

Serez-vous à l’Unesco lundi 5 mars prochain?

Pratique:
Billetterie >> http://balessane.com/fashion-week-paris-2018

Évènement Facebook >> https://www.facebook.com/events/824089461117002/

 

Les pages Facebook des stylistes.

https://www.facebook.com/Tadoupika/

https://www.facebook.com/maisondupuydelome/

https://www.facebook.com/PrincesseZaphira/

https://www.facebook.com/lesdiamantsdelorientparis/

https://www.facebook.com/johannartist/

https://www.facebook.com/tricefanpage/

Partager :

Liu Lisi: une mode tout en finesse

Fondée à Paris en 2014 par Liu Lisi, un jeune créateur chinois, LIU LISI Paris Couture a ses ateliers dans le 8 ème arrondissement de la capitale.

 

L’histoire de Liu Lisi ressemble à un joli conte chinois. Il se passionne pour le dessin à l’âge de 12 ans. Après un spectacle qu’il qualifie lui-même de “magique”, surviennent le déclic et la révélation : il sera designer de mode ! Très vite, Liu Lusi transforme sa passion pour le dessin en rêve de création de mode. Il quitte sa petite ville de Chengdu pour se former à Paris. Après une belle collaboration avec le styliste Eric Tibusch, le jeune prodige crée sa propre marque. Résultat ? De sublimes créations en bi ou monochrome qui exaltent les matières nobles et élégantes. La femme Liu Lisi est glorifée par des créations faites main qui les rendent si fines et si légères.

 

[layerslider id=”57″]

©DR

Partager :

5 ème édition du Oyemi Fashion Show, au Bénin

Née en 2012, Oyemi Fashion Show est un rendez-vous incontournable de la mode au Bénin. Ce Gala international de mode se tient chaque premier samedi du mois de décembre, dans la capitale béninoise. Il est ponctué par différentes manifestations ainsi que par un défilé de grands créateurs. Mais il donne aussi leur chance à de jeunes autodidactes de la couture. Organisé par “TRINITY Events”, cette grand-messe de la mode panafricaine se tiendra, pour la 5 ème fois consécutive, samedi 2 décembre 2017. Sa promotrice, Magali DOSSA, répond aux 3 questions de FP.

Partager :

Lire la suite

Sophia Amoruso, boss des affaires?

Sophia Amoruso, décrite comme « La Cendrillon de la technologie» par The New York Times, est une businesswoman Californienne. Fondatrice, PDG et directrice artistique de «Nasty Gal», une boutique en ligne de vêtements vintage. Elle est l’auteure du livre «Girlboss» qui raconte son parcours avec humour. Source d’inspiration, son ouvrage a également été adapté en série télévisée.

Partager :

Lire la suite

PARIS, FRANCE - JULY 06: Designer Imane Ayissi (C) is seen at the end the Imane Ayissi Haute Couture Fall/Winter 2017-2018 show as part of Haute Couture Paris Fashion Week on July 6, 2017 in Paris, France. (Photo by Francois Durand/WireImage for Imane Ayissi) *** Local Caption *** Imane Ayissi

« Heroes » : une collection d’héroïnes hautes en couleurs !

« L’inspiration de départ de cette collection vient du peuple Herero de Namibie et en particulier d’un livre de Jim Naughten « Conflict and Costume »/…/ Le paradoxe est que l’identité vestimentaire si particulière de ce peuple est en fait une appropriation de l’apparence du colonisateur, de l’ennemi, qui est ensuite détournée. N’est-ce pas ce que fait sans cesse la mode ? ». Ces mots sont du créateur de mode Imane Ayissi à l’occasion de son dernier défilé Printemps-Eté 2018. Il répond à nos questions.

Femmes au Pluriel : Qui sont les héros qui vous ont inspiré pour votre dernière collection ” Heroes”?

Imane Ayissi : Au départ les “héros” qui ont m’ont inspiré cette collection Printemps Eté 2018 sont membres du peuple Herero de Namibie. Victime au début du 20ème siècle d’un quasi génocide par l’armée allemande qui colonisait alors la Namibie, ils ont paradoxalement conservé les vêtements d’inspiration victorienne et les uniformes de cette époque malheureuse de leur histoire pour en faire un élément de leur identité singulière. Plus globalement, mes héros sont tous les peuples qui ont été opprimés à un moment et qui se sont reconstruits en intégrant dans leur culture des éléments de ceux qui les ont opprimés. Le nom de cette collection “heroes” est un jeu de mots sur la proximité entre le nom Herero et le mot héros (“heroes” en anglais) De là j’ai aussi pensé à tous les futurs héros africains qui feront grandir ce continent et à ce que pourrait être l’uniforme d’un super héros africain, une sorte de “Superman” africain…

FP : Qui sont aujourd’hui les femmes qui s’habillent en Imane Ayissi?

IA : Comme je vends aussi du prêt-à-porter sur un site internet et dans une boutique multimarque, bien sûr je ne connais pas toutes les femmes qui achètent et portent du Imane Ayissi. Mais je connais bien mes clientes “couture” et on ne peut pas vraiment les caractériser : elles viennent du monde entier, ont tous les âges…etc. Ce qu’elles ont en commun en général est d’être indépendante, d’avoir une vie professionnelle souvent réussie, qu’elles viennent du monde de l’art, du spectacle, de la banque, de la presse, qu’elles travaillent dans le droit ou soient entrepreneuses… Ce sont des femmes qui voyagent, ont une grande ouverture d’esprit aux différentes cultures du monde et qui sont sensibles à l’artisanat, au travail bien fait, à la préciosité d’une étoffe tissée à la main ou à la précision d’une robe coupée sur mesure…

[layerslider id=”44″]

Crédits Photos : PARIS, FRANCE – JULY 06: Models pose after the Imane Ayissi Haute Couture Fall/Winter 2017-2018 show as part of Haute Couture Paris Fashion Week on July 6, 2017 in Paris, France. (Photo by Francois Durand/WireImage for Imane Ayissi)

FP : Quelles sont vos étoffes de prédilection, et pourquoi?

IA : J’aime travailler à la fois avec de vrais tissus traditionnels africains, souvent tissés ou teints artisanalement à la main, comme les Kenté, les Faso Dan Fani, les pagnes teintés…etc. A la fois parce que je pense que c’est mon rôle de mettre en valeur la richesse esthétique des différentes cultures africaines et de montrer comment on peut l’intégrer au monde moderne, mais aussi parce que dans la mode assez uniforme du moment ces étoffes permettent d’apporter une esthétique nouvelle, différente ou en tout cas moins attendue. Mais j’ai aussi des références dans la Haute Couture, voilà pourquoi j’utilise aussi beaucoup de tissus “Couture” français ou italien, en particulier des soieries, que ce soit du taffetas, du satin, de la faille… rien ne remplace le rendu de la soie. Mais comme je pense aussi et de plus en plus à créer des vêtements confortables et faciles à porter, et que je suis très sensible à tous les problèmes liés à l’environnement que nous connaissons, j’utilise de plus en plus des tissus “organiques” comme du coton bio, du chanvre…etc.

Partager :

PAULE KA: Si Paris m’était conté…

 

 

Si Paris m’était conté, la ville le serait certainement par une femme Paule Ka: Son chic, son classicisme mais aussi sa légèreté et son lyrisme répondent en miroir aux attributs de la plus belle ville du Monde.  

“Esprit couture et ambiance haussmannienne pour cette nouvelle campagne Automne/Hiver 2017.” 

Pour la présentation de cette collection, on s’est laissés entraîner dans les couloirs haussmaniens d’un appartement fantastico-surréaliste où la directrice de la Création de Paule Ka, Alithia Spuri-Zampetti et le mannequin emblématique Anna Cleveland rendent hommage à l’élégance, à la grâce exceptionnelle de la femme Paule KA; Une Parisienne féminine et aérienne, une femme libre et fantaisiste, un style unique, à la fois classique et poétique. 

Le photographe, Miles Aldridge, la magnifie une fois de plus, avec sa palette de tons, ombres et lumières, en faisant ressortir ce “je ne sais quoi” de plus, unique à cette exquise maison de couture. 

[ot-video type=”youtube” url=”https://youtu.be/qiahA8QgeDo”]

 

 

 

Partager :

Dakar Fashion Week: 15 ans déjà!

La Dakar Fashion Week (DFW) s’est tenue du 27 juin au 2 juillet 2017, dans la capitale sénégalaise. Pour souffler les 15 bougies de ce rendez-vous de l’élégance et de la mode panafricaine, sa promotrice, Adama Paris, a convié une trentaine de créateurs venus des quatre coins de l’Afrique, mais aussi de la diaspora. Une édition-bilan haute en couleurs qui a mis en lumière quelques pépites créatives signées par des stylistes de la Côte d’ivoire, du Mali, du Liban, du Sénégal, mais aussi de l’Angola, du Congo, d’Afrique du Sud, du Maroc et de la Belgique. L’occasion de découvrir de jeunes créateurs émergents mais également de retrouver des stylistes de renommée internationale qui ont fait le déplacement au pays de la téranga pour une manifestation devenue désormais une référence sur l’échiquier de la mode. Karim Tassi, Xüly Bet, Mariah Bocoum, Elie Kuame, pour ne citer que ces derniers, étaient de cette grand-messe de la créativité et de l’excellence “made in Africa”.

[layerslider id=”41″]

Mention spéciale pour Enzo Itzaki (Liban), Lahad Gueye (Sénégal), Oumar Dicko (Mali/Belgique), Soraya Da Piedade (Angola) et Luxury By K (Maroc) pour la finesse et l’élégance de leurs collections.

 

Quels sont les créateurs de cette quinzième édition ?

  • Mariah Bocoum – Mali

  • Lydie Lende – Congo

  • Loza Maleombho – Côte d’Ivoire

  • Enzo Itzaki – Liban

  • Bibas – Guinée Bissau

  • Versailles – USA/ Sénégal 

  • Lahad Gueye – Sénégal

  • Soraya Da Piedade – Angola

  • Adama Paris – Sénégal

  • Zango – Côte-d’Ivoire 

  • Luxury by K – Maroc

  • Tipi style – Sénégal

  • Linda Likongo – Cameroun

  • Sakia lek – Congo

  • Dona Pena – Gabon

  • Sidi Counda Diambou – Sénégal

  • So’ Fatoo – Sénégal

  • Greta

  • Splendeur d’Afrique – Sénégal

  • Lahad Gueye – Sénégal

  • Elie Kuame – Côte d’Ivoire et Liban

  • Osuare – Nigeria

  • By Pathé – Sénégal 

  • Karim Tassi – Maroc

  • Rogue Wane – Angola

  • Tina Lobondi – Congo

  • Ejiro Tafiri – Nigeria

  • Sakia Lek – Congo

  • Oumar Dicko – Mali/Belgique

  • Xüly  Bet – Mali  France

 

Crédit photos: Erick-Christian Sedo AHOUNOU

 

Partager :

Beautiful: un hommage à la beauté noire

Beautiful

Mario Epanya, photographe oeuvrant sans relâche pour une Mode aux beautés plurielles, sort son livre, en hommage à sa passion de toujours, la Beauté Noire

Maquilleur et coiffeur professionnel dès 1996, Mario Epanya s’est reconverti dans la photographie en 2007. Depuis, il voyage à travers le monde pour des campagnes de cosmétiques internationales ou pour des défilés de mode hauts en couleurs. Il a toujours œuvré en faveur d’une mode aux beautés plurielles, par souci de diversité. Mais surtout et aussi par passion pour la beauté noire.

Beautiful, son livre sort dans toutes les bonnes librairies*. Une fort belle manière de souligner dix ans de photographie et d’excellence. Rencontre.

Vous nous présentez un livre-hommage avec ce qu'il convient d'appeler "les beautés de votre vie". Comment l'idée du livre vous est venue?

En novembre 2015, la maison d’édition Shokopress m’a contacté pour me proposer cette collaboration. Ayant carte blanche, j’ai décidé de rendre hommage à mon sujet de prédilection: la Beauté Noire.

Vous êtes photographe de mode et beauté. Comment définissez-vous une photo réussie?

Une photo réussie est une combinaison subtile d’une bonne composition: une belle palette de couleurs, un bel éclairage et surtout de l’ÉMOTION!

Quelle est la personnalité que vous auriez aimé photographier et que vous n'avez pas encore photographiée et pourquoi?

IMAN BOWIE! je la trouve très belle. Gracile et lumineuse. J’admire son parcours et sa force de caractère. Elle a réussi d’une main de maître à s’imposer dans le milieu de la Beauté, en tant que modèle et businesswoman, ce qui est tout sauf évident. Je lui tire mon chapeau!

Quel est votre meilleur souvenir de shooting?

Etant passionné par mon travail , chaque shooting est pour moi un moment de joie et de créativité!

Quelle est, pour vous, la plus belle femme du monde et pourquoi?

Ma mère, sans aucun doute, car elle est le premier beau visage que j’ai vu en venant au monde. Elle est l’une des sources d’inspiration de ce livre, BEAUTIFUL.

Mario Epanya
*Disponible à partir du 24 avril – Editions Shokopress – 28,83 Euros

Partager :