Étiquette : lifestyle

« Restez In », c’est elle !

Angélique Melki a une passion pour la culture et le lifestyle. De cette passion est né son blog « Restez In ». Objectif ? Partager sa passion et ses bons plans avec le plus grand nombre en leur montrant les coulisses des événements parisiens auxquels elle participe. Et en leur faisant gagner, quotidiennement, des places de ciné, de spectacle et de théâtre via des jeux concours. Elle est ce que l’on appelle aujourd’hui une « mini influenceuse » (10,2k d’abonnés sur insta et 2,9k sur Facebook, ndlr). Mais son approche originale et son dynamisme la hisseront bientôt au rang des très grandes !

Partager :

Lire la suite

Olivia : la chouchou d’Insta !

Olivialvs, 15 ans, en classe de 3 ème en région parisienne. D’origine portugaise et guadeloupéenne, cette ado au sourire rieur affiche ses aventures et ses stories de jeune fille d’aujourd’hui sur Insta. Plus de 62 000 internautes suivent la jolie métisse quotidiennement. Comme l’immense majorité des filles de son âge, elle aime la photo, le maquillage et la mode. Mais, qu’est-ce qui peut expliquer son succès sur la toile ?

 

Comment as-tu commencé à t’intéresser aux réseaux sociaux et à Instagram en particulier?

Lorsque j’étais en 6 ème j’ai ouvert ma première chaîne YouTube. Jusqu’au milieu de l’année suivante, je faisais des vidéos, mais j’ai fini par arrêter car cela ne me plaisait plus trop. J’étais déjà sur Instagram, mais avec très peu d’abonnés : j’étais toujours à 3000. En octobre 2017 j’ai commencé à plus m’intéresser à Instagram et à faire attention à ce que je postais. Je me suis ainsi fait des amis via ce réseau social. Aujourd’hui je cumule plus de 60 000 personnes qui me suivent et que je remercie.

Pourquoi penses-tu que tu sois si suivie sur Insta?

Pour être franche, je ne fais pas quelque chose en particulier sur Instagram. Je ne sais pas ce qui plait à mes abonnés très particulièrement, mais je ne me plains pas, car avoir tout ce monde qui te suit tous les jours c’est vraiment quelque chose !

 

Tu postes des photos de toi au quotidien. C’est un peu de ton intimité que tu livres. N’est-ce pas dangereux pour une jeune fille de ton âge de montrer où tu vas, avec qui et quand ?

Mes parents et mes amis m’ont toujours dit de faire très attention car c’est vrai que c’est très dangereux pour une fille de mon âge. En revanche j’ai ma famille, surtout ma maman qui me suit sur tous mes réseaux sociaux et qui voit tout ce que je fais : si j’étais amenée à faire quelque chose qui pourrait me mettre en danger, elle me dirait alors de le supprimer.

Comment souhaites-tu voir évoluer ton influence?

Je dirais, chaque 10 000 abonnés que tout influenceur gagne, c’est déjà son prochain objectif. Aujourd’hui mon objectif est d’avoir les 100k.

 

As-tu des modèles, des personnes qui t’inspirent sur les réseaux sociaux?

Je ne m’inspire de personne : je crée ma propre image. A chaque photo que je fais, j’essaie de m’améliorer et de faire mieux à chaque fois.

Quel métier souhaites-tu faire plus tard?

Question avenir, je ne sais pas encore ce que je veux faire plus tard !

 

Pratique:
Olivia sur Insta: Olivialvs

Partager :

La cosmétique fraiche qu’est-ce que c’est ?

« Connaissez-vous la COSMÉTIQUE FRAÎCHE de RINGANA ? Elle associe connaissances en phytothérapie, Ayurveda et médecine traditionnelle chinoise avec science moderne. Le résultat : une série de produits cosmétiques professionnels extrêmement efficaces comprenant des substances actives au fort pouvoir antioxydant. Ils ne contiennent ni conservateur, ni parfum, ni colorant, ni huile minérale ni formaldéhyde. De plus, RINGANA agit toujours dans le respect de l’environnement et de manière éthique. Cela commence par l’achat des matières premières, en passant par la production végane et se conclut par le principe de recyclage des emballages. »

RINGANA agit toujours dans le respect de l’environnement et de manière éthique : achat des matières premières, production végane et recyclage des emballages.
Partager :

Lire la suite

Quand l’héritage culturel devient passion…

Katia Bertrand, chef d’entreprise passionnée de décoration, d’Afrique et des Caraïbes, a créé “Ma couleur a ses merveilles”. Retrouvez cette artiste dans l’âme dans notre entretien décalé de la semaine.

Partager :

Escapade Suédoise: Le Lagom à l’honneur

L’art de la modération…

Quel mot étrange quand on y est peu familiarisé… Mais de quelles mystérieuses ressources regorge-t-il ?
Lagom (prononcez LAW- GUM) est un adverbe des plus communs, dans la langue suédoise qui n’a pas vraiment d’équivalent en français et qui désigne, dans toutes situations, l’art de l’équilibre, du “ni trop peu ni à l’excès”. Comme dit le proverbe suédois “Lagom är bäst”: “le juste milieu est le mieux” ou encore “il y a de la vertu dans la modération”.
Il paraît que c’est cette philosophie de l’harmonie, de la justesse et de la modération en toutes choses qui ferait de la Suède l’un des pays les plus heureux au monde.

sweet dessert

Le Lagom est en vous….

Siroter au calme une tasse de thé avec UN cupcake nappé de glaçage, au fond de ma chaise en bambou, c’est Lagom.
Hurler en sautant comme un cabri pour manifester ma joie, dans mon ensemble rouge pétard et bleu électrique, à un concert, ce n’est pas lagom!

Vous saisissez l’idée…
Pour celles et ceux à qui ne leur prend pas l’envie de fuir vers plus de bruits, de couleurs et de fureur, voici comment, progressivement apporter un peu plus de “lagom”, dans sa vie de tous les jours, au travail comme chez soi, dans son assiette comme dans son lit, dans ses finances comme dans sa communauté.

Voici comment vivre plus responsable, plus serein, plus connecté, à la Suédoise.

  • Pour ta consommation, afin de ne pas gaspiller et spolier les ressources de Mère Nature, afin de minimiser ton impact sur l’environnement, tu privilégieras le local et le bio en réduisant au maximum tes déchets.
  • Pour sauvegarder l’énergie, la lumière tu éteindras en sortant d’une pièce chez toi, tes ampoules tu changeras et en leds, tu t’équiperas.
  • Sur “off” et non en veille, tu mettras tes équipements électriques.
  • Dans ta maison, l’équilibre tu maintiendras en allégeant la déco, en désencombrant les pièces, en réduisant les accessoires, en adoptant un choix de couleurs minimales, chaleureuses et douces, en parsemant ici et là quelques plantes vertes pour favoriser un foyer reposant, accueillant et ordonné.
  • Tes bains, tu réduiras ainsi que tes douches pour économiser l’eau, le robinet tu fermeras quand tu te brosses les dents
  • Le tambour de ta machine à laver, tu rempliras au maximum et ton sèche-linge, tu oublieras.
  • La température intérieure, tu réduiras et de couettes de qualité et adaptées, tu t’équiperas.
  • En plaques à inductions, tu investiras car elles permettent d’économiser de l’énergie plus que tous les autres moyens de cuisson et pour les équipements A+++ (tv, réfrigérateurs, fours, machine à laver, four micro-ondes etc…) tu opteras.
  • Un lave-vaisselle tu achèteras car il est plus économique que de faire la vaisselle à la main et plus hygiénique.
  • Tu te nourriras toujours de produits locaux, si possible bio afin de privilégier la fraicheur, la qualité plutôt que la quantité et afin de favoriser les agriculteurs, éleveurs et coopératives de ta région et de réduire les coûts de transport de ta nourriture.
Se nourrir toujours de produits locaux, si possible bio, afin de privilégier la fraicheur, la qualité plutôt que la quantité.
  • Tes herbes, aromates, légumes et fruits tu feras pousser.
  • D’une liste de courses tu te doteras pour n’acheter au supermarché ou au marché que le strict nécessaire et ton frigo tu organiseras, pour éviter les achats en double et les denrées périmées jetées.
  • Ton panier en osier, ton sac en kraft ou ton tote bag tu utiliseras pour porter tes courses au lieu de dépenser des sous à acheter un sac jetable (même en amidon de maïs !).
  • Pour t’habiller, tu choisiras le fonctionnel, les fibres naturelles sans abandonner l’esthétique, l’outrance et l’extravagance tu oublieras. Quelques vêtements essentiels de bonne qualité et de vêtements de saison, tu n’auras plus l’utilité.
  • A l’art de l’upcycling*, du recyclage et de la customisation tu te familiariseras et papiers, emballages, canettes, tissus tu conserveras, transformeras et embelliras.
  • Ou alors aux organismes compétents, tu donneras pour qu’ils en fassent des objets utiles et abordables pour d’autres (bouchons plastiques, canettes en aluminium, plastiques, papiers, verre, métaux divers, etc….)
  • La bicyclette et la marche à pied tu préfèreras à la voiture et si tu ne peux pas éviter la voiture, le co-voiturage tu pratiqueras.
  • Tes dépenses tu maîtriseras et un budget tu définiras. Le superflu et l’inutile, tu oublieras afin d’économiser et du liquide tu te serviras au lieu de tes cartes bancaires.
  • La “fika” tu appliqueras: même au travail, faire un break entre amis ou collègues prendre un thé ou un café, grignoter un en-cas est indispensable et conduit à terme à bien plus de productivité.
  • La communauté et le travail collaboratif tu favoriseras plutôt que la course effrénée et individualiste à des objectifs inatteignables.
  • De ton calme et de ton sang-froid, tu ne te départiras pas, en toutes circonstances et l’exubérance de ta joie, tu calmeras car l’excès n’est pas nécessaire et l’exagération est superflue et chronophage.
  • Chaque fois que tu le peux, des espaces verts, de l’air du dehors et des éléments de la Nature, tu t’imprègneras. De ce qui t’est offert gratuitement et à volonté, profites!
S'imprégner des espaces verts, de l'air du dehors et des éléments de la Nature dès que l'on peut
S’imprégner des espaces verts, de l’air du dehors et des éléments de la Nature dès que l’on peut

Revenir à l’essentiel pour améliorer son indice de bonheur

Eh oui, cela peut sembler quelque peu drastique et radical mais dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, où nos 5 sens sont soumis en permanence à une surexcitation et à des sollicitations incessantes et ininterrompues, où le stress est devenu comme une seconde nature, revenir à l’essentiel, ralentir le rythme, prendre le temps de faire et d’apprécier les choses, se contenter juste de ce qu’il faut, avoir la juste attitude envers autrui, être juste soi sont peut-être autant d’actions à mener en conscience pour adopter un style de vie optimal, pour se poser les bonnes questions (n’est-ce pas assez? Suis-je bien, en paix? Est-ce responsable? sage ou juste? Suis-je heureux(se)?…); C’est peut-être juste assez pour améliorer son indice de bonheur, tout simplement…

* Upcycling: Réutilisation de matériaux et de produits en fin de vie afin de leur offrir une seconde vie, souvent pour un tout autre usage et en privilégiant toujours leur aspect esthétique.

Ressources:

  • LAGOM: le secret suédois du bien vivre – Lola Akinmade Åkerström – Ed. Mass Market Paperback
  • LAGOM, vivre mieux avec moins. La méthode suédoise – Anna Brones – Ed. Dunod

Vous aimerez aussi https://femmesaupluriel.com/comment-avoir-la-hygge-attitude/

Partager :

Mayshad: entre deux rives

Aujourd'hui, Mayshad est une fondation, un club de femmes, une Maison de couture, un lifestyle, une luxueuse marque de maroquinerie made in France...

Mayshad est un mouvement entraîné par sa fondatrice Nezha Alaoui qui, à 34 ans, propose une véritable alternative entre vie professionnelle surbookée et vie personnelle développée.

Aujourd’hui, Mayshad est une fondation, un club de femmes, une Maison de couture, un lifestyle, une luxueuse marque de maroquinerie made in France, mais aussi un lieu de belles rencontres. Avec les autres, mais également avec soi. Et c’est bien en cela que réside la magie du concept initié par Nezha Alaoui.

Récompensée en 2016 au Women Economic Forum en Inde pour ses initiatives, Nezha Alaoui aurait pu faire le choix de vivre une vie confortable. Mère de deux filles, la fondatrice de Mayshad se bat jour après jour pour que les femmes du monde accèdent à la meilleure vie possible comme s’il s’agissait de ses propres enfants.

MayShad, c'est la contraction des prénoms de ses filles, Maysoon et Shadeen.

Créée en novembre 2014 à New-York, la Fondation Mayshad est un programme de développement socio-économique pour les femmes du Maroc Saharien. L’idée : organiser de manière durable une activité économique viable en mettant en place des débouchés à la production par le biais de coopératives et de formations.

Aujourd’hui, le modèle établi par Mayshad est efficace. Il permet aux plus jeunes de reprendre les sentiers de l’école, et aux femmes de gagner en autonomie dans une des régions les plus reculées du globe. En considération de ces résultats, les partenaires de la fondation poussent Nezha Alaoui à exporter ce modèle dans d’autres pays d’Afrique et aussi en Pologne où une action est à l’étude.

Dans son appartement du 8 rue du Chevalier Saint Georges, à Paris 1er, Mayshad organise régulièrement des rencontres autour du thé Maison Mayshad, aux notes épicées, pour agrémenter des conversations autour de l’«empowerment», de la culture ou encore de la mode et du design. C’est dans ce bel écrin que nous avons rencontré la délicieuse Marocaine ou du moins la citoyenne du monde, Nezha Alaoui. Bienveillante et ouverte d’esprit, la fondatrice du lifestyle Mayshad a bien voulu répondre aux questions de FP. Rencontre ensoleillée.
Nezha Alaoui

Vous êtes designer, photographe et vous êtes à l'initiative d'un blog lifestyle destiné aux femmes qui vous ressemblent. Comment définissez-vous la femme Mayshad?

La Femme Mayshad est une femme contemporaine, qui accepte les différentes facettes de sa vie avec positivisme et joie de vivre. C’est une femme aux valeurs fortes qui trace son chemin de vie avec détermination et inspire les gens autour d’elle à en faire autant.

Vous être très présente sur les réseaux sociaux. Quels messages voulez-vous faire passer?

J’ai envie de transmettre le fait que devenir philanthrope n’est pas une affaire de moyens financiers, c’est avant tout une question de moyens humains, de temps et d’énergie. S’investir rapporte. Être heureux, ça ne signifie pas qu’il faut tout quitter; être heureux, c’est se rencontrer chaque jour en respectant nos besoins. Être heureux, c’est l’être ici et maintenant.

Bien vivre, c’est beaucoup de choses et ce n’est pour autant pas générer la rupture avec ce que l’on aime. Ce n’est pas parce que l’on aime manger sain, faire du yoga ou méditer que l’on doit nécessairement devenir berger dans les collines. J’aime chausser des stilettos et partir, smartphone à la main, à la conquête des rues grises de Paris ou New-York. Si certains y voient de la pierre ou du béton, j’y vois des trésors de culture et un bouillon de relations humaines inspirantes.
En tant que femmes, nous manageons sans cesse les multiples aspects de nos vies. Pour générer de belles journées et une belle vie, nous devons au quotidien nous entourer de gens motivants et positifs. C’est le message que j’essaie de transmettre par les réseaux sociaux ou lors des rencontres du quotidien. S’accepter est une des meilleures façons pour avancer sans limites et avancer avec un entourage qui bouge. Respecter son corps et son esprit est une des meilleures manières d’y parvenir.

Vous parcourez le monde depuis quelques années et vous êtes aussi l'heureuse maman de deux petites filles. Qu'avez-vous envie de leur transmettre comme valeur?

J’ai élevé mes filles sur des valeurs universelles bien qu’elles soient riches de leur triple culture marocaine, américaine et française.

Le partage, le respect, l’amour, la discipline, la générosité sont des valeurs fondamentales dans ma famille.

Quelle est votre définition de l’élégance?

L’élégance, c’est un raffinement qui passe par la simplicité. Mais c’est surtout une attitude; un sourire, une bienveillance, une éducation.

La galanterie chez l’homme et la femme sont pour moi le plus grand signe de l’élégance. Avec un jean, un t-shirt et des ballerines… Se lever pour laisser la place à une personne plus âgée… c’est cela l’élégance.

Plus d’infos:
Par Claire-Renée Mendy

Partager :

D.D. le petit doudou magique de Myriam Maxo

Myriam Maxo

Il était une fois, une jeune femme qui allait donner naissance à un petit doudou merveilleux qui allait égayer la vie des petits et des grands.

En effet, la maman de ce petit doudou a un esprit très créatif. Son parcours riche d’histoires lui a permis de se nourrir et de cultiver plein d’idées. Sensible à la vie, à la tolérance, aux différences, au handicap, elle a su préserver ses rêves au fil du temps. Myriam avait de nombreuses expériences, tant dans le décor de plateaux pour des courts et longs métrages, que dans le design, la décoration d’intérieur. L’art et la culture sont autant d’éléments qui l’ont enrichi.

Et puis, il y a les racines créoles de Myriam mélangées à la culture asiatique, anglo-saxonne, africaine aussi, sans oublier évidemment son attachement à la culture française. Myriam est donc une jeune femme sensible, cosmopolite et éclectique.

Un jour, cette jeune designer, à la suite d’une relation douloureuse et compliquée, s’est retrouvée seule, abandonnée par ses pairs. Evidemment, comme tout être qui traverse des moments parfois pénibles, elle avait besoin de se réfugier, de retrouver du rêve, de l’espoir, de la vie. Myriam n’est pas de ceux qui se laissent aller, bien au contraire. C’est une battante, une femme dynamique, radieuse, enjouée et créative, un soleil qui ne peut que rayonner et faire briller les rêves qu’elle a toujours su garder au fond d’elle.

Et puis, la lumière lui est apparue, une forme, des couleurs, des matières, des pièces de tissus, etc, etc…

Petit à petit, le visage de D.D. apparaissait, je dirais plutôt, réapparaissait puisque ce D.D., elle l’avait déjà imaginé dans ses rêves d’enfance. Mais comme tous les grands, souvent, avec le temps, on oublie. Mais là, impossible, D.D. revenait chaque jour, dans ses pensées. Tantôt petit, tantôt grand, parfois chatoyant ou plus classique, avec des dominantes jaunes, vertes ou bleues.

Myriam s’endormait, rêvait et à chaque fois qu’elle rêvait, D.D. apparaissait. Il était en basin, en jean, en lin… bref, il revenait toujours avec des styles différents, des matières différentes mais une forme unique.

D.D. était donc un petit personnage unique et bien réel qui veillait secrètement sur Myriam.

Myriam, quant à elle, espiègle et créative, avait besoin de D.D. pour l’accompagner, jour et nuit. Elle ne pouvait se contenter de ne le retrouver que dans ses rêves. Les pièces de tissus, les formes, les couleurs et les matières, c’est sympa mais il fallait le toucher, le câliner, l’avoir à ses côtés. Elle voulait sentir sa chaleur, son parfum, ses formes, sentir battre son coeur. Myriam voulait que D.D. aille avec elle au cinéma, aux concerts,  chez ses amis ou bien encore regarde la télé avec elle, dans son salon. Il lui fallait donc, enfin, une fois pour toutes, donner naissance à D.D.

Avec une volonté sans faille, avec acharnement, force et vigueur, Myriam s’attela à la tâche. Elle réunit les matières, dessina les croquis, le patron, sélectionna des matières nobles, confectionna des pièces, etc… Pour enfin donner naissance à D.D. en 2011.

C’est après de nombreuses semaines de travail, sans relâche, que naquit D.D. le petit doudou magique de Myriam Maxo. Fière de l’avoir conçu, elle partagea avec lui de merveilleuses émotions. Chacun apportait de la tendresse à l’autre, de l’écoute, ils se confiaient des secrets, se racontaient des histoires rigolotes et parfois tristes aussi.

D.D. était devenu son enfant, son ami, son confident. Au fil du temps, elle comprit pourquoi elle le voyait sans yeux et avec une poche secrètement cachée… Il était capable de tout entendre sans jamais rien dévoiler aux autres et il avait sa petite poche secrète pour y cacher des trésors… Du mot doux à la bague de fiançailles, en passant par plein de petits messages subtils… Mais chut!

Myriam, heureuse et comblée par ce petit être cher, regardait la vie et les gens autour d’elle et elle se disait que beaucoup de grands mériteraient de retrouver un peu de bonheur, de sincérité et de candeur. Si chacun avait un petit D.D. avec soi, le monde serait plus paisible, plus joyeux, plus doux et plus enfantin.

C’est alors que D.D. murmura à l’oreille de Myriam qu’il voudrait, lui aussi, plein de petits frères et soeurs dans le monde pour transmettre du bonheur, de la vie et de l’espoir aux petits et surtout aux grands.

Depuis cette confession que D.D. lui dévoila, Myriam exécuta les souhaits de D.D. pour que chacun d’entre nous, puissions nous retrouver, avec notre D.D. à nous…

Crédit photos: Charles Photography  
Pour en découvrir sur Myriam Maxo et son univers magique, allez visiter son site:

Allez, à votre tour… Parlez-nous de votre doudou et de la place qu’il occupait, dans votre vie d’enfant… ou d’adulte!… C’est, plus bas dans les commentaires… 

Partager :